Jeûne et silence médiatiques (cf. internet)

Publié le par Abbé C. Laffargue

La violence du Bien contre la violence du Mal

Dans l'agitation et la fièvre médiatique via internet (1) des Catholiques militants pour les grandes (et justes) causes, il m'est revenu en mémoire les paroles de la Mère prieure à la sous-Prieure qui avait fait faire – en son absence – le vœu du martyre aux seize Carmélites de Compiègne qui furent guillotinées à Paris le 17 juillet 1794 (2), dans la pièce écrite en 1948 par Georges Bernanos, l'année de sa mort :

J'ai toujours craint seulement que vous ne vous trompiez lorsque la générosité vous inspire d'opposer à l'exaltation du mal l'exaltation du bien, ainsi que deux voix puissantes qui cherchent à se couvrir l'une l'autre.

C'est quand le mal fait le plus de bruit que nous devons en faire le moins. (Scène XIV)

Pour les prêtres et, surtout, les religieux qui croient bon d'entrer dans la mêlée en "cliquant" surtout leur carnet d'adresses pour transmettre ce que tout le monde reçoit par ailleurs, au lieu d'élever le débat par des conseils appropriés pour le combat spirituel et la sanctification de l'âme, la suite de la phrase:

Tels sont la tradition et l'esprit d'un Ordre comme le nôtre, voué à la contemplation.

Abbé Christian LAFFARGUE.

Février 2013.

(1) Jeûne médiatique: La télévision pour certains, l'ordinateur et internet pour d'autres. Songez qu'en 2012, en France, la durée d'écoute de la télévision est passée de 3h47 à 3h50, en moyenne et par jour (cf. Médiamétrie) ! On croit rêver !

Avant l'action, la prière est primordiale (prières du matin et du soir, l'angelus trois fois par jour, le chapelet, les Heures saintes proposées par les paroisses, les sacrements (la confession fréquente notamment), la direction spirituelles, les retraites en silence annuelles. Le devoir d'état: professionnel, familial (s'occuper de son conjoint, de ses enfants, des personnes âgées de sa famille et de sa paroisse).La justice: régler ses dettes envers sa paroisse (quêtes, dons), envers son diocèse (le Denier de l'Eglise); la charité: donner à des œuvres catholiques sûres… Donner de son temps…

Si, après ces priorités, il reste du temps pour cliquer…

(2) Elles furent béatifiées par le Pape Saint Pie X en 1906.

Ab. L.

(Bulletin paroissial du 24 février 2013)

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article