"Soyez toujours dans la joie..."  (Ph 4, 4) - 3ème dimanche de l'Avent (A)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 15 décembre 2019 - 15èmeannée                           Temps de l'AVENT

3ème dimanche de l'Avent - Année liturgique (Matthieu)

Dimanche Gaudete (violet ou rose*)

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

            Soyez toujours dans la joie, le Seigneur est proche.

            (Philippiens 4, 4-5 - Introït)

 

        L’Introït de cette messe du troisième dimanche de l’Avent est célèbre, Gaudeteréjouissez-vous (L’épître de saint Paul aux chrétiens de Philippes - en Macédoine grecque - est donnée pour l’Année C). Le texte complet est le suivant: Réjouissez-vous dans le Seigneur en tout temps; je le répète: réjouissez-vous. Que votre bienveillance soit connue de tous les hommes. Le Seigneur est proche. Le verset suivant est aussi à citer car il nous est bien nécessaire: Ne soyez inquiets de rien, mais en toute circonstance, priez et suppliez, tout en rendant grâces, pour faire connaître à Dieu vos demandes (v. 6).

Il ne s'agit pas forcément d'une joie actuelle mais à venir. La vertu d'Espérance est le désir du Ciel et la certitude que Dieu nous donnera les grâces pour y parvenir (Cf C.E.C., n°1817). Mais déjà, sans le posséder, nous avons la joie d'y être accueillis après notre mort. Ce sont les prémices de la joie éternelle qui nous donne la force de supporter et de porter la croix à la suite de Celui qui nous a ouvert la porte du Royaume.

Les textes d'Isaïe sont un scintillement enthousiasmant et merveilleux: On verra la gloire du Seigneur, la splendeur de notre Dieu. C'est Lui qui vient vous sauver (1) (Is 35; 2, 4 - Ière lecture).  

On ne parle guère aujourd'hui de "la gloire de Dieu" ou de "l'exaltation de la sainte Eglise", ce n'est pas de mode. Au contraire, c'est celle du paupérisme ostentatoire et faussement humblemanifesté par des lieux de culte misérables et d'une liturgie indignes des saints mystères célébrés.

Isaïe est encourageant: Fortifiez les mains défaillantes, affermissez les genoux qui fléchissent, dites aux cœurs bouleversés (1) "Courage, ne craignez pas. Voici votre Dieu... (Vv. 3-4a).

Allégresse et joie les accompagneront, douleur et plainte prendront fin (v. 10). Il s'agit certes ici du retour d'exil du peuple élu, mais c'est aussi le nôtre dans nos retours à Dieu, nos conversions.

 

            Dans l'exhortation finale de sa Lettre, l'apôtre saint Jacques nous engage à patienter...

En attendant la venue du Seigneur, prenez patience. Voyez le cultivateur... Soyez patients vous aussi, affermissez vos cœurs car l'Avènement du Seigneur est proche (1) (Jc 5, 7-8 - IIème lecture)Avec une recommandation qui est valable pour tous les temps: Ne vous plaignez pas les uns des autres (v. 9).

Le verset 11 est intéressant à entendre: Nous proclamons bienheureux ceux qui ont de la constance.

 

            Jean le Baptiste est en prison, dans la souffrance du doute. C'est pourtant lui qui, voyant Jésus venir vers lui sur les bords du Jourdain, au début de sa vie publique, affirma publiquement

Voici l'Agneau de Dieu, celui qui enlève le péché du monde ! (Jn 1, 29). Et pourtant il demande maintenant s'Il est celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre ? (Mt 11, 3 - Evangile).

Jésus ne répond pas spécifiquement, mais il indique Ses œuvres, ses miracles: Les aveugles recouvrent la vue, les boiteux marchent, les lépreux sont guéris (1), les morts ressuscitent, etc. (v. 5).

Cependant, le Christ, le messie attendu et annoncé, rend à Jean-Baptiste un vibrant hommage:

Parmi ceux qui sont nés d'une femme, personne ne s'est levé de plus grand que Jean le Baptiste (v. 11a).

 

Reprenons en conclusion la prière avant la communion:

Dites aux esprits abattus: "Prenez courage, ne craignez pas;

Voici notre Dieu qui vient: il vient nous sauver." (Isaïe 35, 4)

 

                                                                                                        Abbé Christian LAFFARGUE.

        

* Cf la Présentation Générale du Missel romain, éd. 2002, n°346 f). "Violet ou rose", c'est ce qu'indiquent les Calendriers liturgiques des diocèses, notamment celui de la Province ecclésiastique de Lyon, 2020.

(1) Traduction de la Bible de Jérusalem (1955). Sont guéris et non purifiés comme traduisent les bibles récentes. Quand on va voir le médecin, c'est pour être guéri ! On ne lui demande pas d'être "purifié", c'est au prêtre qu'on le demande. De même, ces bibles remplacent âme par espritéternel par sans fincharité (vertu théologale) par le très vague et dévalorisé amour,miracle par signeen vérité par amen, etc.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article