Rorate, caeli, desuper…  (Introït – Is 45, 8) - IVème dim. de l'Avent (A)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 22 décembre 2019 - 15èmeannée                           Temps de l'AVENT

4ème dimanche de l'Avent - Année liturgique (Matthieu)

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

            Rorate, caeli, desuper

            (Introït – Isaïe 45, 8)

 

            Cieux, répandez d'en haut votre rosée…; que la terre s'entrouvre et donne naissance au Sauveur. On connait le très beau et très ancien motet chanté en grégorien (1). Au quatrième dimanche, l'Eglise, corps du Christ, exprime son impatience: Qu'il vienne, le Seigneur: c'est Lui, le roi de gloire ! (Refrain du psaume 23)

Voici le peuple de ceux qui le cherchent ! (v. 6)Selon la chair, le Fils est né de la descendance de David; selon l'Esprit de sainteté, Il a été établi dans sa puissance de Fils de Dieu par sa résurrection d'entre les morts, Lui, Jésus Christ, notre Seigneurécrit l'apôtre saint Paul aux chrétiens de Rome (Rm 1, 3-4 – IIème lecture). Il sera, déposé dans la crèche de l'étable de Bethléem, à la fois petit, faible et transi, selon la chair; et puissant selon l'Esprit, car Fils de Dieu (La puissance du Très-Haut vous prendra sous son ombre dira l'archange Gabriel à la Vierge Marie: Luc 1, 35).

 

C'est un appel à la Foi, à l'obéissance de la foi à laquelle toutes les nations sont appelées      (Rm 1, 5).

Il est celui que tous les prophètes avaient chanté, celui que la Vierge attendait avec amour, celui dont Jean Baptiste a proclamé la venue et révélé la présence au milieu des hommes (IIème préface de l'Avent à partir du 17 décembre)

En apparaissant à saint Joseph pour le délivrer de ses doutes, l'ange du Seigneur affirma:Ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, car l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint; elle enfantera un fils et tu lui donneras le nom de Jésus, car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés (Mt 1, 20-21 – Evangile). Ainsi s'accompliront la prophétie du Seigneur: Voici que la Vierge concevra, et elle enfantera un fils; on lui donnera le nom d'Emmanuel (Isaïe 7, 14- Ière lecture)qui se traduit "Dieu avec nous" (v. 23).

La sainte vierge Marie et saint Joseph crurent. L'Eglise répète avec force cette annonce dans l'antienne à l'Alleluia et dans la prière avant la communion de cette messe: cette hostie que vous recevrez – au moins d'intention –c'est bien le sauveur annoncé par les prophètes, c'est le gage de la rédemption éternelle.

La Foi, cette foi, c'est se tenir dans le lieu saint et c'est gravir la montagne du Seigneur (Ps 23, 3). Ne l'atteigne que l'homme au cœur pur, aux mains innocentes, qui ne livre pas son âme aux idoles (v. 4).

C'est être appelés à être saints (Rm 1, 7).

 

Demandons ce désir, demandons la ferveur : Accorde-nous une ferveur qui grandisse à l'approche de Noël, pour bien fêter la naissance de ton Fils (Prière après la communion)pour qu'Il nous trouve, quand Il viendra, vigilants dans la prière et remplis d'allégresse (IIème préface de l'Avent).                                                                                                     

                                                                                                       Abbé Christian LAFFARGUE.

 

(1) Cf le Manuel de Chants liturgiques de Mgr Besnier, maître de Chapelle de la cathédrale de Nantes de 1931 à 1983, réédité en 1998, pp. 154-155.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article