L'Immaculée conception (8 décembre)

Publié le par Abbé C. Laffargue

L'Immaculée conception (8 décembre)

par le Père Gabriel de Sainte Marie-Madeleine, o.c.d.

dans Intimité divine, méditations sur la vie intérieure pour tous les jours de l'année.

 

   "La fête de l'Immaculée s'harmonise parfaitement avec l'esprit de l'Avent; tandis que l'âme se prépare à la venue du Rédempteur, il est bien juste de penser à Celle qui fut sa Mère, la toute pure.

La promesse même du Seigneur est jointe, ou plutôt, est incluse dans la promesse de cette Vierge sans pareille; après avoir maudit le perfide serpent, Dieu dit: Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ton lignage et le sien. Il t'écrasera la tête (Genèse 3, 15). Et voici que la Vierge annoncée s'avance blanche comme la neige, resplendissante comme le soleil, pleine de grâce et bénie entre toutes les femmes.

En prévision du sublime privilège qui fera d'elle la Mère du Verbe incarné, Marie, seule entre toutes les créatures, fut préservée du péché originel. Cependant, dans l'Immaculée, nous n'admirons pas seulement cette préservation, l'absence absolue de la moindre ombre d'imperfection, mais nous voyons également le côté positif de ce mystère qui la rendit, dès le premier moment, pleine de grâce.

Les théologiens enseignent que la Très Sainte Vierge Marie commença sa "carrière spirituelle" avec une somme de grâce beaucoup plus grande et plus parfaite que celle que possèdent les grands Saints au terme de leur vie. Si l'on considère ensuite que, tout au long de sa vie, la Vierge bénie correspondit de la façon la plus pleine et la plus totale à chaque mouvement de la grâce, à chaque invitation divine, l'on peut comprendre combien la croissance en elle de la charité et de la grâce connut un progrès incessant et rapide, jusqu'à en faire la créature la plus sainte, la plus totalement unie et perdue en Dieu.

 

   Saint Jean de la Croix, pour décrire les merveilles de l'état de parfaite union avec Dieu, nous présente comme prototype et modèle la Vierge Immaculée : La très glorieuse Vierge Notre Dame, étant dès le commencement élevée à ce haut état, n'eut jamais en son âme de forme imprimée d'aucune créature, ni jamais ne se mut par elle, mais toujours sa motion fut du Saint Esprit* (Montée du Carmel, Livre III, chap. 2)

Nous voyons donc se réaliser pleinement en Marie, les deux conditions essentielles de l'état d'union.

La première – préalable et négative – exige que dans la volonté humaine il n'y ait rien de contraire à la volonté divine: rien, c'est-à-dire aucun attachement qui la rende prisonnière de la créature, au point que celle-ci puisse dominer, de quelque manière, en son affection et la pousse à agir, par amour de cette créature même. Toutes ces attaches doivent être éliminées. La seconde condition - positive et constructive, conséquence de la première – consiste en ce que la volonté humaine ne soit mue, en tout et pour tout, que par la seule volonté de Dieu. Cette dernière se réalisa si bien dans l'âme très pure de l'Immaculée qu'il n'y eut jamais, en elle, la moindre ombre d'attache, même minime, à la créature, donc (…) elle n'agissait que sous l'impulsion et la motion du Saint-Esprit.

 

Colloque (extrait): O Vierge Immaculée, faites-moi comprendre, à moi qui suis si indocile, si lent et avare dans le don de moi-même, si plongé dans les choses terrestres, combien mon cœur doit être pur pour ne jamais rien refuser au Seigneur, pour pouvoir répéter toujours avec vous le fiatd'une âme docile et pleinement disponible."

 

* Traduction du Père Cyprien de la Nativité de la Vierge ("Jean de la Croix, Œuvres complètes", éd. Desclée de Brouwer, 4èmeédition, Paris, 1967)

 

Préface de la messe:

 

   (…) Car Tu as préservé la Vierge Marie de toutes les séquelles du premier péché, et Tu l’as comblée de grâce pour préparer à Ton Fils une mère vraiment digne de Lui ;

en Elle, tu préfigurais l’Eglise, la fiancée sans ride, sans tache, resplendissante de beauté.

Cette vierge pure devait nous donner le Sauveur, l’Agneau immaculé qui enlève nos fautes.

Choisie entre toutes les femmes, elle intervient en faveur de Ton peuple et demeure pour lui l’idéal de la sainteté…

Publié dans Vierge Marie

Commenter cet article