La résurrection des morts. (32ème dimanche du T.A.-C)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 10 novembre 2019 - 15èmeannée                   Mois des âmes du Purgatoire

32èmedimanche du Temps de l'Année liturgique (C)

 

 LES TEXTES DE LA MESSE

          

            La résurrection des morts.

 

            Tous les textes de ce dimanche expriment la foi de l'Eglise dans la résurrection des morts. Le symbole des Apôtres nous fait professer: "Je crois... à la résurrection de la chair...". Celui de Nicée (325)-Constantinople (381): "J'attends la résurrection des morts...".

Le Catéchisme de l'Eglise Catholique dit ceci: "Nous croyons fermement, et ainsi nous espérons, que de même que le Christ est vraiment ressuscité des morts, et qu'Il vit pour toujours, de même après leur mort les justes vivront pour toujours avec le Christ ressuscité et qu'Il les ressuscitera au dernier jour (Cf Jn 6, 39-40)(N° 989)(...) Le terme chair désigne l'homme dans sa condition de faiblesse et de mortalité. La résurrection de la chair signifie qu'il n'y aura pas seulement, après la mort, la vie de l'âme immortelle, mais que même nos corps mortels (Rm 8, 11) reprendront vie." (N° 990). S'il n'y a pas de résurrection des morts, le Christ non plus n'est pas ressuscité (...) alors notre foi est vaine (1 Co 12, 13-14) (N°991)

Lors des obsèques, lors de l'absoute ou dernier adieu, au moment de l'aspersion du cercueil, le prêtre dit: "Nous espérons et nous croyons que tous, nous ressusciterons. En signe de cette foi, je bénis ce corps: au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit."

Les hommes ne meurent qu'une fois (He 9, 27) précise le Catéchisme, "Il n'y a pas de réincarnation après la mort." (N° 1013)

Ressusciteront les justes et les pécheurs (Ac 24, 15), précédant la Jugement dernier. "Ceux qui auront fait le bien ressusciteront pour la vie (la Vie éternelle, le Ciel. Ndlr), ceux qui auront fait le mal pour la damnation (éternelle: l'enfer. Ndlr) (Jn 5, 28-29 + Mt 25; 31-33, 46) (N° 1038).

 

            Ce en quoi ne croyaient pas les sadducéens (*). Dans l'Evangile d'aujourd'hui (Lc 20, 27-38) c'est eux qui tentent de prendre en faute le Christ avec le cas des sept frères qui meurent sans descendance. A la résurrection, de qui la veuve sera-t-elle l'épouse ? (v. 33).

Au Ciel, nous serons semblables aux anges,enfants de Dieu et enfants de la résurrection (v. 36).

Quand on attend la résurrection promise par Dieu (2 M 7, 14 - Ière lecture) on peut souffrir les pires persécutions comme celles que subirent les sept frères de la part du roi Antiochos († 164 av. J.-C.).

C'est du Ciel que je tiens ces membres (...) et c'est par lui que j'espère les retrouver (v. 11).

            C'est notre Seigneur Jésus Christ lui-même et Dieu notre Père qui nous a aimés et nous a pour toujours donné réconfort et bonne espérance par sa grâce qui réconfortent nos cœurs et les affermissent en tout ce que nous pouvons faire et dire de bien (2 Th 2, 16 - IIème lecture).

Il faut prier pour échapper aux gens pervers et mauvais. Le Seigneur est fidèle: Il vous affermira et vous protègera du Mal (3, 1-3) (Le Mal, le Mauvais; Cf Mt 6, 13 dans le Pater)

Que le Seigneur incline vos cœurs à l'amour de Dieu et à la patience du Christ (3, 5).

 

            Mon berger, c'est le Seigneur: je ne manque de rien; sur de frais pâturages, il me fait reposer.

              Il me mène auprès des eaux tranquilles et me fait revivre.

             (Ps 22, 1-2 - Prière avant la communion)

                                                                                                 Abbé Christian LAFFARGUE.

 

(*) Membres de l'aristocratie sacerdotale, les Sadducéens niaient la résurrection des morts, les anges, les esprits, les rétributions de l'au-delà, et s'opposaient ainsi aux Pharisiens (Cf Actes 23, 6-10) (Note de la synopse Osty/Trinquet, 1965).

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article