"Il cherchait à voir qui était Jésus"  (Lc 19, 3) - 31ème dimanche du T.A.-C

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 3 novembre 2019 - 15èmeannée                     Mois des âmes du Purgatoire

31èmedimanche du Temps de l'Année liturgique (C)

 

             LES TEXTES DE LA MESSE

 

            Il cherchait à voir qui était Jésus

            (Lc 19, 3 - Evangile)

 

            Ce chef des publicains, collecteurs d'impôts pour le compte de l'occupant romain, qui était très riche, cherchait à voir Jésus. Pas seulement par curiosité mondaine, mais sûrement pour le connaître. Et il ne va pas s'en cacher aux yeux du monde, puisqu'il courut en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus passer (v. 4). Quand on cherche le Christ, Il se révèle un jour à nous et se produit une rencontre. Arrivé à cet endroit, Jésus leva les yeux et se proposa de venir chez lui : descends vite, car il me faut aujourd'hui demeurer dans ta maison (v. 5). Incroyable proposition ! 

Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie (v. 6). Merveilleuse rencontre et merveilleuse conversion puisque le collecteur d'impôt déclare au Seigneur qu'il va faire don aux pauvres de la moitié de ses biens et, s'il a fait du tort à quelqu'un, il lui rendra quatre fois plus (1) (v. 8)

Jésus loue cette attitude en s'exclamant: Aujourd'hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d'Abraham (2) (v. 9).

Avec la morale, essentielle: Car le Fils de l'homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu (v. 10).

On pense tout de suite à cette parole de Jésus lors d'une scène similaire lorsqu'Il appela le publicain Lévi à Le suivre, ce qu'il fit immédiatement, et à l'issue du festin que le pécheur repenti offrit en l'honneur du Sauveur: Ce ne sont pas les bien-portants qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler les justes à la conversion, mais les pécheurs (Lc 5, 31-32) (3).

 

            La première lecture, tirée de l'admirable Livre de la Sagesse (Sg 11), est beau et émouvant. L'auteur, juif d'Alexandrie, si imprégné de la culture d'une Egypte hellénisée, présente à Dieu ses créatures. Il les a créées et Il les aime. Il a pitié des hommes pécheurs, Il ferme les yeux sur leurs péchés - non pas pour les "tolérer", les tenir pour rien - pour qu'ils se convertissent (v. 23)

Il aime tout ce qui existe et n'a de répulsion envers aucune de ses œuvres (v. 24a). Il permet que nous subsistions, que nous restions vivants. Il nous épargne, Il nous anime de son souffle impérissableparce que nous sommes à Lui et qu'il est le Maître qui aime les vivants (24b-26). "Qui aime les vivants..."

Avec la patience et la tendresse: Ceux qui tombent, tu les reprends peu à peu, tu les avertis, tu leur rappelles en quoi ils pèchent, pour qu'ils se détournent du mal et croient en toi, Seigneur. (12, 2)

 

            Resterons-nous insensibles à l'appel qu'il nous adresse aujourd'hui, après avoir contemplé et désiré le Ciel, le Royaume de Dieu, les Saints; après avoir médité sur les peines subies au Purgatoire le jour des fidèles Défunts ? Allons, sans tarder, faire une bonne confession en profitant de l'indulgence plénière accordée jusqu'au 8 novembre.

 

            Dieu a tellement aimé le monde qu'Il a donné son Fils unique, afin que ceux qui croient en Lui (ne périsse point, maisaient la Vie éternelle. (Jn 3, 16 - verset de l'Alleluia)

 

 

                                                                                                Abbé Christian LAFFARGUE.

 

 

(1) Peine à laquelle la loi juive condamnait le voleur de bétail (Ex 21, 37 et 2 Sm 12, 6).

(2) C'est la qualité de "fils d'Abraham" qui conférait aux juifs leurs privilèges (Cf Lc 3, 8; Rm 4, 11; Gn 3, 70) (Note de la Bible de Jérusalem). Malgré son état de vie méprisé, il était un héritier des promesses faites par Dieu à Abraham (Cf Mt 21, 31; Ez 34, 16) (Note de la synopse d'Osty/Trinquet).(3) Cf aussi "les paraboles de la miséricorde" en saint Luc: La brebis égarée, la drachme perdue et le fils prodigue; 15, 1-32.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article