"Qui peut comprendre les intentions de Dieu ?" (Sg 9, 13) - 23ème dimanche du T.A.-C

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 8 septembre* 2019 – 15ème année                                        

23èmedimanche du Temps de l'Année liturgique (C)   

* La fête de la Nativité de la Vierge Marie est reportée au lendemain.

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

            Qui peut comprendre les intentions de Dieu ?

            (Sagesse 9, 13)

 

Qui peut comprendre les volontés du Seigneur ? poursuit l'auteur du livre de la Sagesse.

Ses réflexions sont toujours d'actualité car la nature humaine est toujours la nature humaine depuis la Création, même si on veut la détruire aujourd'hui. Nous voulons tout comprendre, tout-de-suite, nous nous impatientons. "L'homme moderne" interpelle un dieu qu'il ne connaît plus et qu'il ne veut pas connaître. Il se fait Dieu. Il nie sa condition de créature imparfaite et dépendante.

Les réflexions des mortels sont incertaines, et nos pensées instables; car un corps périssable appesantit notre âme et cette enveloppe d'argile alourdit notre esprit aux mille pensées (Vv. 14-15).

Nous sommes dépositaires et non propriétaires. De la vie d'abord, en son corps et en son âme.

C'est le péché qui a tout abîmé et nous a rendus infirmes. Mais Dieu qui nous aime, notre Père, a envoyé son Fils pour restaurer cette nature blessée, pour lui donner la lumière, la connaissance, la vie, par sa grâce. C'est elle qui nous éclaire sur nous-même et sur ce qui nous entoure, au-delà des apparences. Qui aurait connu ta volonté, si tu n'avais pas donné la Sagesse et envoyé d'en haut ton Esprit Saint ? (v. 17)

C'est ainsi que les hommes ont appris ce qui te plaît et, par la Sagesse, ont été sauvés (v. 18b).

 

   Dans l'évangile de saint Luc, le Seigneur enseigne les foules qui le suivent. Il donne des conseils de prudence élémentaire. La Prudence est l'une des vertus morales cardinales (avec la Justice, la Force et la Tempérance). Cette vertu "dispose la raison pratique à discerner en toute circonstance notre véritable bien et à choisir les justes moyens de l'accomplir" (C.E.C. 1806).

Et d'abord, il fait commencer par s'asseoir (Lc 14, 28 et 31)Et non se précipiter dans l'action (volonté) sans réfléchir d'abord(intelligence)Agere sequitur esse: l'agir suit l'être. C'est le principe bien connu de l'ontologie thomiste.

Et le Christ donne des exemples concrets: celui qui veut bâtir une tour sans savoir s'il aura les moyens de la réaliser, celui qui veut partir en guerre alors qu'il est en situation d'infériorité. Alors, pour ce dernier, il sera plus prudent d'envoyer une délégation pour demander les conditions de paix avant qu'il ne soit trop tard.

Jésus donne la clé: le renoncement. Renoncement à ses passions qui engendrent la violence, l'irréflexion, la présomption, finalement: l'orgueil. Pour être de ses disciples, il faut renoncer à soi-même, en choisissantde Le suivre, de suivre ses commandements, de porter sa croix: Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher à ma suite ne peut être mon disciple (Lc 14, 27+ Jn 12, 25).

Et, plus loin: Ainsi donc, celui d'entre vous qui ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut être mon disciple (v. 33).

C'est dans le dépouillement, l'esprit de pauvreté, que le Seigneur nous donnera sa grâce pour comprendre et pour agir. Bienheureux les pauvres en esprit, le royaume des cieux est à eux (Mt 5, 3; la première des Béatitudes).

   Je suis la lumière du monde, dit le Seigneur, celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres: il aura la lumière de la vie (Jn 8, 12 - Prière avant la communion). Et avec la lumière, la connaissance, nous aurons la paix et la joie. Ce n'est pas la fausse lumière "des écrans" avec les artifices grossiers, mais souvent subtils, du démon, père du mensonge et prince de la nuit.

   Dieu qui donnes la grâce de te servir avec droiture et de chercher la paix... 

  (Prière sur les offrandes)

                                                                                                Abbé Christian LAFFARGUE.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article