" Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur" (Lc 12, 34) - 19ème dim. du T.A.-C

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 11 août 2019 – 14ème année                                        

19èmedimanche du Temps de l'Année liturgique (C)   

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

            Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur.

            (Luc 12, 34 - Evangile)

 

            Faites-vous des bourses qui ne s'usent pas, un trésor inépuisable dans les cieux où les voleurs n'ont pas d'accès et où les mites ne rongent point (v. 32).

Dimanche dernier, le Seigneur mettait en garde contre l'amour des richesses, la soif de posséder qui est une idolâtrie comme nous le rappelait saint Paul (Parabole du riche insensé, Luc 12, 16-21).

Il évoquait ce riche qui ne savait où entasser sa récolte, projetant de construire de plus grands greniers, puis d'en profiter de nombreuses années pour se reposer, manger, boire et jouir de l'existence (v. 19)Mais Dieu lui dit: Tu es fou, cette nuit même, on va te redemander ta vieEt ce que tu auras accumulé, qui en profitera ? (v. 20). Demandons souvent "la grâce d'une bonne mort" (fruit du 4èmemystère glorieux: l'Assomption de la Bse Vierge Marie), qui n'est pas "la mort subite" dont nous demandons d'être préservés dans les Litanies des saints (1). Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus se plaignaient que les amis mondains d'Alençon ne pensaient pas assez à la mort (2).

Il faut être prêt ! Restez en tenue de service, votre ceinture autour des reins, et vos lampes allumées. Non par simple peur, mais par amour :Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte.Vous aussi, tenez-vous prêts, c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra (Lc 12 ; 36, 40). 

Pensons-y malgré l'insouciance attachée aux vacances (près d'un français sur deux ne partent pas).

Quand nous quittons notre domicile, quand nous montons en voiture, (3.259 morts en 2018), prions pour que les saints anges nous protègent (et n'oublions pas de remercier et d'avertir nos proches que nous sommes bien arrivés).

Chacun de nous a des responsabilités dont nous devrons rendre compte: dans notre famille naturelle et spirituelle, dans nos communautés religieuses ou sacerdotales, dans la société.

Ce que nous faisons de bien enrichit ses membres, ce que nous faisons de mal l'appauvrit et même, peut détruire une famille, une œuvre, une communauté...

Nous devons être des intendants fidèles et avisés (v. 42) que notre Maître, quand il viendra, trouvera à son ouvrage (v. 43), et non à celui dont on n'est pas chargé, ou à celui qu'on s'est choisi pour se mettre en valeur en un orgueil subtil et secret encouragé et alimenté par le démon ! celui-là sera puni, et sévèrement d'après le Seigneur (Cf. v. 47).

 

            Notre premier trésor, c'est notre Foi. La deuxième lecture (Epître aux hébreux 11, 8-19) est une véritable hymne à la foi. L'auteur, proche de saint Paul (ou saint Paul lui-même selon la tradition de l'Eglise d'Orient) (3) donne cette définition de la foi: La foi est la ferme assurance des choses qu'on espère, la conviction (de connaître) les réalités qu'on ne voit pas (v. 1). La foi est une soumission libre aux vérités révélées par Dieu et enseignées comme telles par l'Eglise. (4)

Abraham en est vraiment le modèle ! C'est par la foi qu'Abraham, obéissant à l'appel de Dieu, partit sans savoir où il allait (v. 8)C'est par la foi qu'Abraham, mis à l'épreuve, offrit son fils uniqueIsaac en sacrifice (v. 17). Nous, nous voulons tout régler, tout "programmer", tout comprendre avant d'avancer; nous fixons, finalement, à Dieu, nos conditions, pour... qu'Il s'y soumette !

            Le Livre de la Sagesse rappelle la Pâque, ô combien douloureuse, comme les nôtres:La nuit de la délivrance pascale a été connue d'avance par nos Pères; assurés des promesses auxquelles ils avaient cru, ils étaient dans la joie (Sg 18, 6 - Ière lecture).

            Bienheureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu !

Dieu veille sur ceux qui le craignent, qui mettent leur espoir en son amour...

Que ton amour, Seigneur, soit sur nous comme notre espoir est en toi !

            (Psaume 32; 12, 18, 22)

                                                                                               Abbé Christian LAFFARGUE.

 

(1) Litanies des saints. A subitanea et improvisa morte, libera nos, DomineDe la mort subite et imprévue, délivrez-nous, Seigneur. Les versions actuelles sont expurgées, on ne trouve plus cette demande ou simplement: de la mort éternelle, délivre-nous, Seigneur.

(2) Dans ses Manuscrits autobiographiques, Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus écrivait: A dix ans le cœur se laisse facilement éblouir, aussi je regarde comme une grande grâce de n'être pas restée à Alençon; les amis que nous y avions étaient trop mondains, ils savaient trop allier les joies de la terre avec le service du Bon Dieu. Ils ne pensaient pas assez à la mort et, cependant, la mort est venue visiter un grand nombre de personnes que j'ai connues, riches et heureuses ! (A Mère Agnès de Jésus, éd. O.C.L., 1957, p.87)

(3) Cf note du Nouveau Testament de Crampon, rév. 2004, éd. Téqui (He 1,1).

(4) Relire le Catéchisme de l'Eglise Catholique, nn. 144 à 164: "L'obéissance de la foi" (I), "Je sais en qui j'ai cru", 2 Tm 1, 12 (II); "Les caractéristiques de la foi" (III): "La foi est une grâce", "La foi est un acte humain", "La foi et l'intelligence", "La liberté de la foi", "La nécessité de la foi", "La persévérance dans la foi", "- commencement de la vie éternelle". 

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article