"Mes brebis écoutent ma voix" (Jn 10, 27) - Dimanche du "bon pasteur"

Publié le par Abbé Laffargue

Bulletin dominical du 12 mai*2019 – 14ème année                                       Mois de Marie                                     

4èmedimanche de Pâques (C) Dimanche du bon Pasteur.                                                                                                                  Journée mondiale de prière pour les vocations.                                                                          

* "Les saints de glace": Nérée, Achille et Pancrace.

 

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

                  Mes brebis écoutent ma voix... (Jean 10, 27 – Evangile)

 

            ...moi, je les connais, et elles me suivent. Jésus est à Jérusalem. C'est l'hiver pendant les huit jours de fête en l'honneur de la dédicace (consécration au culte divin) du Temple (Cf 1 Mac 4, 36-59). Les juifs, faisant cercle autour de lui, le pressaient pour qu'Il se révèle ouvertement être le Christ (v. 24). Bien qu'Il l'ait affirmé à de multiples reprises, Il se refuse à "les forcer à croire" par quelque geste spectaculaire, bien qu'Il ait attesté sa divinité par de nombreux miracles.

 

Non, il veut les amener à une vraie démarche de foi, non à une adhésion personnelle traversée de sentiments divers (ambition politique, désir de revanche, de reprendre un pouvoir perdu, etc.). Jésus n'est pas venu "instaurer une nouvelle religion" meilleure que les précédentes dont il serait "le leader" (on connaît, dans l'Histoire, "les grands leaders", "les grands timoniers", les personnages providentiels qui veulent conquérir le monde en sacrifiant à leur ambition partagée des millions de morts !). Il est venu pour révéler au monde que Dieu est un Père aimant, qui a envoyé son fils pour sauver les âmes de leurs péchés en S'offrant en sacrifice. Que la foi est le fruit d'une rencontre personnelle. Mes brebis écoutent ma voix; je les connais et elles me suivent.

 

La foi est une connaissance qui entraine la confiance et l'amour. Le vrai Dieu n'offre pas en contrepartie d'une obéissance aveugle: le pouvoir, l'argent, la gloire – ce qu'offre le démon -Il offre la vie éternelle ! Je leur donne la vie éternelle: jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main (v. 28). Dans l'allégorie du bon pasteur il dira être la porte des brebis et si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé (Jn 10; 7, 9).

 

Pendant la Passion, nous avons contemplé le Christ-roi dont la couronne était d'épines, le manteau royal rouge de son sang, le sceptre un roseau... Notre maître, notre roi, notre berger, c'est l'Agneau. Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde affirme Jean-Baptiste sur le bord du Jourdain en désignant Jésus (Jn 1, 29)L'Agneau qui se tient au milieu du Trône sera leur pasteur pour les conduire aux sources des eaux de la vie. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux (Ap 7, 17- IIème lecture). Et les disciples du Christ qui ont souffert avec Lui sur la terre pour entrer dans le royaume des cieux viennent de la grande épreuve; ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'Agneau (v. 14).

 

            C'est le message que nous devons porter, le commandement que le Seigneur nous a donné: "J'ai fait de toi la lumière des nations pour que, grâce à toi, le salut parvienne jusqu'aux extrémités de la terre" (Is 49, 6) (Actes des apôtres 13, 47 – Ière lecture).

Comme les païens écoutant Paul et Barnabé, puissions-nous nous réjouir en entendant ces paroles et remplis de joie et d'Esprit Saint (vv. 48, 52).

 

                                                                                         Abbé Christian LAFFARGUE.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article