Résister au péché. (Préface) - 1er dimanche de Carême (C)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 10 mars 2019 – 14ème année                          Mois de Saint Joseph

1erdimanche de Carême (C)

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

            Résister au péché.

            (Préface)

 

            En jeûnant quarante jours au désert, il consacrait le temps du Carême; lorsqu'il déjouait les pièges du tentateur, il nous apprenait à résister au péché, pour célébrer d'un cœur pur le mystère pascal, et parvenir enfin à la Pâque éternelle nous dit la Préface de la messe de ce premier dimanche de carême.

Les autres préfaces nous donnent aussi la marche à suivre: nousdonner davantage à la prière, témoigner plus d'amour pour le prochain, être fidèles aux sacrements qui nous ont fait renaître (1ère)

Il nous est offertce temps de grâce pour retrouver la pureté du cœur en nous libérant de nos égoïsmes en s'attachant surtout aux choses qui ne passent pas (2ème)Nos privations, tout en abaissant notre orgueil, nous invitent à imiter la miséricorde (de Dieu) et à partager avec ceux qui ont faim (3ème)Par notre jeûne et nos privations, Dieu veut réprimer nos penchants mauvais, élever nos esprits, nous donner la force et enfin la récompense, par le Christ, notre Seigneur (4ème).

 

            Saint Paul nous rappelle la première condition: la Foi. Affirmer que Jésus est Seigneur, croire que Dieu l'a ressuscité d'entre les morts, alors tu seras sauvé (Aux romains 10, 9 – IIème lecture). Et il cite le prophète Isaïe (comme saint Pierre le fera: 1 P 2, 6)Quiconque met en lui sa foi ne connaîtra pas la honte (Is 28, 16 dans le grec). Ainsi, quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé (Joël 3, 5 au v. 13).

Le peuple juif, l'élu de Dieu, a été maltraité par les Egyptiens, réduit à la pauvreté, à un dur esclavage. Mais il a crié vers le Seigneur, le Dieu de ses pères qui a entendu sa voix, les a fait sortir d'Egypte à main forte par toutes sortes de miracles pour les conduire en terre promise (Deut 26, 6-9 – Ière lecture).

A nous aussi de croire et de "crier vers le Seigneur" pour qu'il nous délivre de l'esclavage du péché et de la pauvreté spirituelle...

 

            Le premier dimanche de carême nous rappelle les quarante jours (*) où Jésus vécut dans le désert pour être tenté par le diable (Luc 4, 2 – Evangile). L'Evangéliste (comme Mt 4, 1 et Mc 1, 12) précise que c'est l'Esprit-saint, dont il était "rempli", qui l'y conduisit. Jésus jeûna, et à l'issue de de jeûne, il consentit à être tenté par Satan. Il eût faim et le diable (qui croyait bien, lui, que Jésus était Dieu) le poussa à changer les pierres en pain. Quoi de plus facile ? L'homme ne vit pas seulement de pain (Dt 8, 3), de nourriture pour le corps. Mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu (Mt 4, 4) précisera l'Acclamation qui précède l'Evangile et remplace l'Alleluia. De quelle faim avons-nous ?

Puis la tentation du pouvoir: Je te donnerai tout ce pouvoir et leur gloire qui m'appartiennent (Lc 4, 6).

Pour cela il faut se prosterner devant Satan. On l'entend tous les jours, la propagande est intense: il faut être pour l'avortement, pour les pseudos "mariages" gays, pour la PMA, la GPA, la théorie du "genre", la disparition des parents et d'abord des pères, l'idéologie égalitaire (avec une ministresse, en France, pour y veiller !), pour l'euthanasie, etc. Pour tout ce qui détruit, corrompt, offense ! Avec, à la clé, les menaces de condamnation devant les tribunaux ! On croit rêver. Et la population, hébétée, manipulée, ignorante, gavée "d'écrans", détournée de Dieu, tournant sur elle-même sans fin ni but, sur les ronds-points des samedis bruyants et agités !

Mais c'est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte (Dt 6, 13; v.8)

 

  Ne craignons pas. Si nous sommes fidèles au Christ et à son enseignement, si nous rejetons Satan, fidèles aux promesses de notre baptême renouvelées dans la profession de foi et, tous les ans, à la Messe chrismale, Dieu donnera pour toi à ses anges l'ordre de te garder et ils te porteront de peur que ton pied ne heurte quelque pierre (Ps 90, 11-12).

  Entrons, avec le Christ, notre Seigneur et notre Sauveur, dans ce combat pour passer des nuits de nos vies à la Lumière de Pâques, maintenant et à jamais !

 

                                                                                        Abbé Christian LAFFARGUE.

(*) Moïse était resté 40 jours sur la montagne de Sinaï (Ex 34, 28), Elie avait marché 40 jours vers l'Horeb (1 Rois 19, 8)

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article