"Le Seigneur est tendresse et pitié"... (Ps 102, 8) - 3ème dimanche de Carême

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 24 mars 2019 – 14ème année                          Mois de Saint Joseph

3ème dimanche de Carême (C)

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

            Le Seigneur est tendresse et pitié...

            (Psaume 102, 8)

 

            ... lent à la colère et plein d'amour(...) Fort est son amour pour qui le craint (v. 11). Comme Il l'affirmait à Moïse en parlant des hébreux, Il nous le dit aujourd'hui: J'ai vu, oui, la misère de mon peuple... Oui, je connais ses souffrances (Exode 3, 7 – Ière lecture). Et le Seigneur promet de les délivrer de la main des Egyptiens et les faire monter vers un beau et vaste pays (v. 8)

Il voit notre misère, Il voit nos souffrances, Il nous fera monter vers le Ciel...

 

C'est dans la flamme d'un buisson en feu qui brûlait sans se consumer qu'Il parla à Moïse précédé d'un ange (v. 2)et qu'Il se nomma: Je suis Celui qui suis (v. 14).

Saint Paul fera référence à cet épisode en rappelant que lors de la sortie d'Egypte, nos pères étaient tous sous la protection de la nuée et que tous ont traversé la mer (1 Cor 10, 1 – IIème lecture)Ils ont été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer (v. 2). Moïse est là médiateur de la première alliance. Le Christ le sera de la nouvelle. 

Je vous baptise dans l'eau dit saint Jean-Baptiste, mais Lui vous baptisera dans l'Esprit Saint et le feu (Luc 3, 16)

Saint Paul rappelle la manne dont ils étaient nourris dans le désert, figure de la sainte Eucharistie qui nous nourrit et nous réconforte; l'eau jaillie du rocher qui les abreuvait, et ce rocher était le Christ (1 Cor 10, 4). Le sang du Christ dans l'hostie, fruit du saint sacrifice de la Messe, celui de nos souffrances offertes.

 

Ces évènements devaient nous servir d'exemple pour nous empêcher de désirer ce qui est mal comme l'ont fait certains d'entre eux (v. 6)Leurs ossements jonchèrent le désert (v. 5).

Alors, cessons de récriminer comme eux: ils ont été exterminés (v. 10)Ce qui leur est arrivé doit servir d'exemple pour nous avertir (v. 11)Ainsi donc, celui qui se croit solide, qu'il prenne garde de tomber (v.12).

 

Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous comme ces Galiléens que Pilate a fait massacrer (Luc 13; 1, 3 et 5– Evangile)Je vous ai dit que vous mourriez dans vos péchés; car si vous ne croyez pas que moi, Je suis, vous mourrez dans vos péchés 

(Jean 8, 24).

Le figuier de la parabole ne donnait pas de fruits depuis des années. Le maître (Dieu) voulut alors le couper, mais le vigneron (le Christ médiateur) obtint "un sursis à exécution", le temps qu'il donne du fruit à l'avenir (v. 9).

 

Gardons toujours les yeux vers le Seigneur, Lui qui dégage mes pieds du filet.

Regarde, Seigneur, et prends pitié de moi, car je suis seul et misérable. 

(Ps 24, 15-16 – Introït)

A nous de mériter d'être pardonnés de toutes nos offenses, d'être guéris de toute maladie. Et lorsqu'Il réclamera notre vie à la tombe, Il nous couronnera d'amour et de tendresse (Ps 102, 3-4).

 

                                                                                         Abbé Christian LAFFARGUE.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article