Le Seigneur est roi   (Psaume 92, 1)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 25 novembre 2018 – 14èmeannée                   Mois des âmes du Purgatoire                                           

Fête du Christ, roi de l'univers, solennité (Année B)

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

            Le Seigneur est roi

            (Psaume 92, 1)

 

            ...il s'est vêtu de magnificence, le Seigneur a revêtu sa forcepoursuit le psaume de cette belle messe du Christ, roi de l'univers.

Messe revêtue de gloire et de lumière, acquis par la croix et le sacrifice... Car l'Introït (1)de la messe (Apoc. 5, 12) nous rappelle que ce roi que nous fêtons est l'Agneau immolé. Celui-là seul qui a été jugé digne d'ouvrir le Livre et d'en rompre les sceaux car Il fut immolé, rachetant pour Dieu, par Son sang les hommes de toute nation (5; 2, 9) (2). Saint Jean a ces belles paroles en parlant des quatre Vivants et des Anciens qui se jettent à ses pieds:Ils tenaient chacun une cithare et des coupes d'or pleines de parfums qui sont la prière des saints (v. 8). Il est vrai que nous fêtions ce jour-là, 22 novembre, sainte Cécile, patronne des musiciens !

La préface de la Messe dit au Père: Tu as consacré Prêtre éternel et Roi de l'univers ton Fils unique, Jésus-Christ, notre Seigneur, afin qu'Il s'offre Lui-même sur l'autel de la croix en victime pure et pacifique, pour accomplir les mystères de notre rédemption... C'est ainsi qu'Il a conquis sa royauté, non seulement parce qu'Il était Dieu, mais parce qu'Il s'est offert en sacrifice pour racheter les âmes et les remettre à son Père: Et qu'après avoir soumis à son pouvoir toutes les créatures, Il remette aux mains de Ta souveraine puissance un règne sans limite et sans fin. Et de quelle nature est ce règne ? Règne de vie et de vérité, règne de grâce et de sainteté, règne de justice, d'amour et de paix. L'opposé des règnes des souverains terrestres !

Je suis venu dans le monde – dit Jésus au procurateur romain Pilate – pour rendre témoignage à la Vérité. Quiconque appartient à la Vérité écoute ma voix. Pilate, fort surpris et incrédule, répondra: Qu'est-ce que la vérité ? (Ap. 18, 37-38 – IIème lecture).

Jésus venait d'affirmer que son royaume n'était pas de ce monde, mais qu'Il était pourtant Roi (vv. 36-37). Le jour des rameaux, lors de son entrée triomphale à Jérusalem – avant d'être trahi, pris, torturé et crucifié quelques jours après – le Christ s'était laissé honorer, acclamer: Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! Béni soit le règne qui vient... (Marc 11, 9-10 – Verset de l'Alleluia)

Sa royauté est sans partage, elle est absolue (comme la Vérité)Sa domination est une domination éternelle, qui ne passera pas, et sa royauté, une royauté qui ne sera pas détruite (Daniel 7, 14 – Ière lecture)

Le Seigneur est Roi, Il règne éternellement (Ps 28, 10 – Prière avant la communion).

A nous d'en tirer les conclusions et de mettre notre gloire à obéir au Christ, Roi de l'univers pour vivre avec Lui, éternellement, dans la demeure du Ciel (Prière après la communion).

Pour que le Christ, l'Agneau de Dieu, règne sur nos cœurs, nos intelligences (contre les tombereaux d'erreurs déversées nuit et jour dans beaucoup de "médias" du monde dont Satan est le prince), nos familles, nos communautés spirituelles et religieuses, afin que son règne arrive sur la terre comme au Ciel (Cf. le Notre Père).

 

            Le Seigneur est roi; Il s'est vêtu de magnificence, le Seigneur a revêtu sa force.

Tes volontés sont vraiment immuables: la sainteté emplit ta maison, Seigneur, pour la suite des temps.  (Psaume 92; 1, 5)

 

                                                                                                  Abbé Christian LAFFARGUE.

 

(1) Introït: Il est le début de la messe et ne peut être remplacé, "occulté", par des chants d'entrée, des cantiques, qui correspondent plus ou moins aux textes de la messe (souvent trop longs et le célébrant, qui est entré depuis longtemps, doit souvent attendre et s'y soumettre, alors que ce devrait être le contraire). Les prêtres eux-mêmes sautent l'Introït – tiré de la sainte Ecriture - alors que son texte donne vraiment le ton et le sens de la messe qui va être célébrée.

(2) Première lecture de la messe de jeudi dernier, 33èmesemaine du Temps.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article