Indissolubilité du mariage (Cf Mc 10; 9, 11-12) - 27ème dimanche du T.A.-B)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 7 octobre* 2018 – 14ème année                                                    

27ème dimanche du Temps de l'Année liturgique (B)

* Notre-Dame du Rosaire

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

 

             Indissolubilité du mariage.

            (Cf Mc 10; 9, 11-12 – Evangile)

 

            C'est à une question des pharisiens que Jésus aborde le mariage. Moïse avait permis de renvoyer sa femme, de la répudier (v. 4, Dt 24, 1), mais Jésus précise que c'est en raison de la dureté de leurs cœurs qu'il avait prescrit cette règle (v. 5). Il rappelle l'origine du mariage: la création de l'homme (Ish), puis de la femme (Ishsha), tirée "de la côte d'Adam, os de ses os, chair de sa chair" (Genèse 2, 22-23 – Ière lecture). Au commencement de la création – rappelle Jésus – Dieu les fit homme et femme (Mc 10, 6; littéralement: mâle et femelle). Le Créateur n'a pas créé un "sexe indifférencié" qui évoluerait dans un sens ou dans un autre "selon un choix personnel ou les conditions sociales" (théories féministes et du gender), c'est faux et même ridicule. Il n'y a que des cerveaux fêlés, tordus, enténébrés par des idéologies, qui peuvent produire un tel délire de la pensée !

Dieu fit l'homme et la femme pour qu'ils quittent leurs parents, aillent l'un vers l'autre, ne soient plus deux, mais deviennent une seule chair (Gn 2, 24; Mc 10, 7-8). Voilà le mariage, selon la nature des choses créées: de droit naturel. Indissoluble, poursuit Jésus: Donc, ce que Dieu a uni, que l'homme ne le sépare pas ! (Mc 10, 8) (1). Ce n'est qu'à Cana, lorsque le Christ fit son premier miracle lors des noces auxquelles il fut invité avec ses apôtres, qu'Il "éleva le mariage à la dignité de sacrement"(2)

De retour à la maison, les disciples l'interrogent de nouveau sur cette question et Jésus précise fortement: Celui qui renvoie sa femme et en épouse une autre devient adultère envers elle. Si une femme qui a renvoyé son mari en épouse un autre, elle devient adultère (vv. 11-12).

   Ceux qui sont appelés par Dieu à une autre vocation (religieux, religieuses, prêtres, "consacrés"), sacrifient (offrent) un amour conjugal pour un autre amour, tout aussi "conjugal" dans la chasteté, pour une autre fécondité, à l'image de l'amour des époux, pour suivre l'Agneau partout où Il va (Ap 14, 4) (3). Ceux qui sont seuls (veuvage, célibat), par choix ou par les circonstances de la vie, doivent veiller à intensifier leur relation d'amour avec Dieu, par l'oraison avant tout, afin de s'épanouir en leur état et de donner de bons fruits de sainteté et d'amour au service du prochain; c'est leur mission propre.

   Chacun vivra généreusement et joyeusement le mystère de la Rédemption: Jésus qui a été abaissé un peu au-dessous ("pour un peu de temps": trad. Crampon) des anges, nous le voyons couronné de gloire et d'honneur à cause de sa Passion et de sa mort. Celui qui est à l'origine du salut d'un grand nombre de fils, pour qui et par qui tout existe, a voulu conduire ceux qui sont sanctifiés jusqu'à la gloire (He 2, 9-11 – IIème lecture).

Le Maître de l'univers qui a fait le Ciel et la terre et les merveilles qu'ils contiennent (Cf Introït, Est 13...) a donné l'amour à ceux qu'Il a créés, homme et femme, pour qu'ils s'aiment et répandent cet amour de Dieu les uns envers les autres afin qu'Il demeure en eux et, qu'ainsi, Son amour atteigne la perfection (1 Jn 4, 16 – verset de l'Alleluia).

Mais il faut se tourner vers Lui et Le rechercher pour recueillir Sa bonté (Cf Lm 3, 25 – prière avant la communion). Alors dans cette communion d'amour, nous trouverons notre force et notre joie afin que nous puissions devenir ce que nous avons reçu: le corps du Christ.

(Prière après la communion)

                                                                                                           Abbé Christian LAFFARGUE.

 

 

(1) Nature du mariage et indissolubilité: cf le Catéchisme de l'Eglise Catholique, nn. 2331-2336.

"Le mariage dans l'ordre de la création": C. E. C. nn. 1601-1605.

(2) Le sacrement de mariage: C. E. C. n° 1613. (3)"La virginité pour le Royaume": C. E. C. n° 1618-1620.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article