"Histoire de la France, le vrai roman national" de Jean-Christian Petitfils (Fayard, 2018)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Livre recommandé: Histoire de la France, le vrai roman national de Jean-Christian Petitfils.

(Ed. Fayard, 2018, 1151 pages: bibliographie, cartes, tableaux généalogiques, index compris; 29 €).

 

Un vrai chef-d'œuvre, sans concessions (les réalités sont souvent dures et crues, même parmi les meilleurs de ceux qui "ont fait la France", et il y a beaucoup de morts), de l'an 841 au... 30 nov. 2017.

Dans l'avant-propos, l'historien (auquel on doit une solide étude historique sur Jésus paru en 2011), entend s'opposer à la déconstruction permanente, à l'intoxication des récupérations politiciennes et à l'instrumentalisation du "devoir de mémoire" par la morale, réduire notre destin à un affrontement manichéen des forces du Bien et du Mal et faire de son enseignement un cours de repentance permanent (...) toujours dans le registre convenu de l'indignation, de la compassion et du dolorisme communautaire.

(...) L'Histoire n'est pas l'instrumentalisation de petits récits éclatés, mise au service d'une vision communautariste et multiculturelle (...) comme une défiguration de la vérité par l'idéologie.

On mesure les ravages d'un tel projet crépusculaire dans une société marquée par la dictature de l'émotion, la tyrannie des réseaux sociaux et la culture délétère de l'immédiateté. (...)

Le pays semble devenu amnésique. La France perd la mémoire (Jean-Pierre Rioux) et ce faisant perd son âme. (fin de citation)

   Jean-Christian Petitfils considère que "la France s'est bâtie sur quelques grands piliers fondateurs qu'on pourrait assimiler aux lois fondamentales de son histoire." Cinq d'entre eux lui paraissent essentiels: 1- Un Etat-nation souverain et centralisé, 2- Un Etat de justice au service du bien commun, 3- Un Etat laïque aux racines chrétiennes, 4- Un Etat marqué par des valeurs universelles, 5- Un Etat multiethnique mais assimilateur.

   Deux chapitres "valent le détour", car les faits qu'ils recouvrent sont mal-traités ou passés sous silence ailleurs: La Libération (1945-1947), Epuration et condamnations (Chap. 41); et Une nouvelle idéologie, l'antiracisme (dans le chapitre 47: L'échec du socialisme à la française, 1981-1986, p. 1011).

Les portraits d'hommes politiques contemporains sont brossés avec talent et acuité: de Gaulle (pp. 850-851, 866, 938: son inutile cruauté pour les 90.000 harkis abandonnés), G. Pompidou (981), Giscard d'Estaing (983-985), F. Mitterrand (Le prince de l'ambiguïté, p. 996-998, 1031), J. Chirac (985-986) avec sa "demande expresse de supprimer la référence aux racines chrétiennes de l'Europe dans la Constitution européenne" (p. 1048), N. Sarkozy (1050-1051), F. Hollande (1054) et E. Macron (1059)Ab. L.

(Bulletin dominical du 2 septembre 2018)

Publié dans Livres recommandés

Commenter cet article