La semence germe et grandit (Mc 4, 27) - 11ème dimanche du T. A.-B

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 17 juin 2018 (B) – 13ème année                                              Mois du Sacré-Coeur

11ème dimanche du Temps de l'Année liturgique. Vert.

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

             La semence germe et grandit.

            (Marc 4, 27 – Evangile)

 

            Nuit et jour, qu'il dorme ou qu'il se lève, la semence germe et grandit, l'homme ne sait comment. Telles sont les paroles de Jésus à la foule en lui parlant en paraboles pour se faire comprendre, et il expliquait tout à ses disciples en particulier (v. 34).

 

Si nous sommes vraiment unis au Christ par la grâce divine, elle fait son chemin, comme une semence, elle grandit, elle porte du fruit (cf vv. 27-29). C'est réconfortant. Mais cette croissance n'est pas forcément visible. Evidemment, si l'on fait des progrès dans la connaissance et l'amour de Dieu, notre comportement, corps et âme, s'en ressentira. Il faut quand même que notre entourage en bénéficie et le voit ! Pourtant – et saint Paul le rappelle – nous cheminons dans la Foi, non dans la claire vision tant que nous demeurons dans ce corps terrestre (2 Co 5, 6-7 – IIème lecture).

 

C'est une épreuve d'ailleurs car nous cheminons à tâtons. Nous aimerions tellement toucher, voir, vérifier... car nous sommes humains. Et le démon sait alors nous troubler, nous décourager. "A quoi bon se confesser pour raconter toujours les mêmes choses ?". Mais tous les jours il faut se lever, s'habiller, faire sa toilette, se nourrir..., et c'est tous les jours la même chose. Ne faut-il pas, sans cesse nettoyer sa demeure, laver la vaisselle, couper ou arracher l'herbe de son jardin ?

C'est pareil pour son âme. Mais quand il s'agit de la semence et de la vie divine, c'est pareil et c'est autre chose, car elles ont une croissance, une maturité, des fruits, propres, invisibles.

Notre ambition c'est de plaire au Seigneur (2 Co 5, 8-9), non de plaire au monde ou de donner une image la meilleure possible en jouant un rôle avantageux.

 

C'est sous le regard de Dieu, de la Vierge Marie et des saints que nous devons marcher et vivre en leur étant agréables de toutes les manières possibles, en aimant leur ressembler, nous entretenir avec eux, leur demander conseil... Car il nous faudra tous apparaître à découvert – sans fards, sans faux-semblants – devant le tribunal du Christ (à notre mort terrestre), pour que chacun soit rétribué selon ce qu'il a fait, soit en bien soit en mal, pendant qu'il était dans son corps (v. 10).

L'essentiel est d'être fidèles, du matin au soir, et la nuit: Qu'il est bon de rendre grâces au Seigneur, de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut, d'annoncer dès le matin ton amour, ta fidélité, au long des nuits. Alors, le juste grandira comme un palmier, il poussera comme un cèdre du Liban... Vieillissant, il fructifie encore, il garde sa sève et sa verdeur... (Psaume 91)

La Foi, vertu surnaturelle, infusée au baptême (comme l'Espérance et la Charité), est une petite graine, une graine de moutarde sauvage, le sénevé: Lorsqu'on le sème en terre, c'est la plus petite de toutes les semences de la terre. Mais lorsqu'elle est semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères (Marc 4, 31-32 – Evangile). Invisiblement, nuit et jour, qu'un homme dorme ou qu'il se lève, la semence germe et grandit… jusqu'au temps de la moisson. Le règne de Dieu s'avance (v. 27, 29). Les évangélistes compareront aussi le royaume des cieux au levain de la pâte (Mt 13, 33-Lc 13, 20).

 

            A nous de reconnaître notre fragilité et de compter, non sur nos propres forces, mais sur la grâce de Dieu: Dieu tout-puissant, force de ceux qui espèrent en Vous, soyez favorable à nos appels: puisque l'homme est fragile et que sans Vous il ne peut rien, donnez-nous toujours le secours de Votre grâce; ainsi nous pourrons, en observant Vos commandements, vouloir et agir de manière à répondre à Votre amour.

(Collecte).

J'ai demandé une chose au Seigneur, la seule chose que je cherche: habiter la maison du Seigneur tous les jours de ma vie (Ps 26, 4 – prière avant la communion)

                                                                                                         Abbé Christian LAFFARGUE.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article