"Les étendards du Roi s'avancent..." - Dimanche des Rameaux (B)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 25 mars 2018 (13ème année)                                            Mois de Saint Joseph

Dimanche des Rameaux et de la Passion (B).

(La fête de l'Annonciation de la Vierge Marie est reportée

après l'octave de Pâques: le lundi 9 avril)

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

 

            Les étendards du Roi s'avancent,

            Mystère éclatant de la Croix !

            (Hymne Vexilla regis des vêpres)(1)

 

 

            Nous entrons dans la Semaine sainte par la bénédiction et la procession des rameaux et par la première des lectures de la Passion (en Saint Marc). "Que symbolisent les rameaux ? – Ces rameaux bénits sont des sacramentaux (2) qui empêchent le démon de nuire à ceux qui les conservent avec foi. (...) (3). Dieu tout-puissant, daigne bénir ces rameaux que nous portons pour fêter le Christ notre Roi: accorde-nous d'entrer avec lui dans la Jérusalem éternelle. (4) Oui, ces rameaux sont les étendards du Roi. Non le roi temporel qui allait terrasser ses ennemis, et les ennemis du peuple juif comme il le croyait, enthousiasmé par cette perspective, mais le roi annoncé par les prophètes (Dites à la fille de Sion – Isaïe 62, 11 – voici que ton roi vient à toi, doux – et humble de cœur: Mt 11, 29 et monté sur une ânesse et sur le petit d'une bête de somme – Zach 9, 9). (5)

Celui qui règnera par le bois (Regnavit a ligno Deus, str. 3 du Vexilla regis), le bois de la Croix. Car c'est par son sacrifice d'amour offert au Père pour l'expiation de nos péchés que le Christ a vaincu Satan.

C'est là qu'il reçut la blessure d'un coup de lance très cruel (Cf Jean 19, 31-35), et fit sourdre le sang et l'eau (cf le baptême) pour nous laver de nos péchés (strophe 2). Le même sang qui, mystiquement, lave nos âmes quand nous recevons le sacrement de pénitence dans la confession.

Cette croix, à la fois repoussante et aimable (digne d'être aimée) car elle nous sauve en nous arrachant à la mort et en nous unissant au Christ: Arbre dont la beauté rayonne, paré de la pourpre du Roi... Arbre bienheureux ! ... Tu ravis leur proie aux enfers ! ... Ô croix, salut, espoir unique ! En ces heures de la Passion, augmente les grâces des saints, remets les fautes des pécheurs... Trinité, fontaine du salut, ceux que tu sauves par la croix, protège-les à tout jamais. (Str. 4, 5, 6 et 7)

   Dans nos souffrances, car la croix est le plus grand des mystères de la foi, nous crions souvent comme le Christ en son humanité (où il a assumé la nôtre, ne l'oublions pas): Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? (Psaume 21, 2 – la quatrième parole du Christ en croix: Marc 15, 34).

Si nous restons fidèles jusqu'au bout, Dieu répond et Il répond toujours. Tu m'as répondu! (v. 22b). Il n'a pas rejeté, il n'a pas réprouvé le malheureux dans sa misère; il ne s'est pas voilé la face devant lui, mais il entend sa plainte. (v. 25)

Obediens usque ad mortem... Obéissant jusqu'à la mort, mortem autem crucis... et la mort de la croix. (Philippiens 2, 8 – IIème lecture de la messe, repris dans l'Acclamation, avant l'Evangile de la Passion).

Pour être sauvés par la croix, nous devons entrer, avec le Christ, la tête de nos membres (Cf 1 Cor 12, 27), dans cette obéissance, dans cette soumission. Sinon, c'est la révolte, et la révolte c'est Satan.

 

   Le rideau du Sanctuaire (ou voile du Temple) se déchira en deux, du haut en bas (Mc 15, 38). La mort expiatrice de Jésus, Christ Roi, nous ouvre l'entrée du sanctuaire, celui de son Cœur et celui du Ciel. Le centurion romain qui commandait l'exécution et qui était là en face de Jésus, voyant comment il avait expiré, déclara: Vraiment, cet homme était fils de Dieu ! (v. 39)

 

                                                                                                       Abbé Christian LAFFARGUE.

 

(1) Hymne Vexilla regis composée par Venance Fortunat, évêque de Poitiers, au VIème siècle.

(2) Sacramentaux. Cf le Catéchisme de l'Eglise Catholique (Nn. 1667 à 1676)

(3) Les rameaux. Cf Missel quotidien du Barroux, 2013, p. 397.       (4) 1ère bénédiction des rameaux.             (5) Le dimanche des rameaux en Saint Matthieu 21, 4-5 et Jean 12, 15, évangile avant la procession.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article