"Convertissez-vous et croyez à l'Evangile" (Mc 1, 14) - 3ème dimanche du T.A.-B

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 21 janvier 2018, 13ème année.                                            

3ème dimanche du Temps liturgique (B)

Sainte Agnès (290-303, vierge martyre)

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

 

                Convertissez-vous et croyez à l'Evangile*

                  (Marc 1, 14 – Evangile)

 

                  Cette messe, bien avant le Carême, est un appel à la pénitence et à la conversion. On se souvient de la réponse de Jésus à des interlocuteurs: Si vous ne vous convertissez pas, vous périrez tous (de la même façon que les Galiléens massacrés par Pilate) (Luc 13, 3). C'est un peu plus loin que Jésus parlera de la porte étroite pour entrer dans le Royaume (13, 22-25).

Dans le livre de Jonas (IVème s. av. J.-C. et souvent cité par Jésus), le prophète parcourt la grande ville de Ninive encore païenne (à proximité de l'actuelle Mossoul en Irak) et avertit ses habitants des menaces de destruction imminente qui pèsent sur elle. La menace les toucha et ils crurent en Dieu (Jon 3, 5). Même sous l'effet d'une menace vitale, il n'est pas si facile de se convertir et beaucoup résistent, invoquant mille prétextes. On le voit à l'approche de la mort: combien demandent un prêtre pour se confesser ? La crainte est le commencement de la sagesse mais les insensés la méprise (Pv 1, 7). On sait aussi que la contrition imparfaite est le regret de ses péchés par crainte de la damnation éternelle et des autres peines dont est menacé le pécheur (Catéchisme, n° 1453).

On se dit toujours: "J'ai le temps... ! Il ne faut pas être pessimiste, ne pas se culpabiliser...! Ca n'arrivera jamais...!" (...) Et le monde qui est à feu et à sang ? Quelle est la région, le pays où l'on est, aujourd'hui, en toute sécurité ? D'autant que la sécurité policière ne règle aucune des causes qui provoquent ces "guerres"... Et Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes (Bossuet).

Frères, je dois vous le dire: le temps s'est raccourci... La figure de ce monde passe (1)

 

Après l'arrestation de Jean (le Baptiste), Jésus proclame l'Evangile du royaume de Dieu (2). Les temps sont accomplis et le règne de Dieu est tout proche. Avec un appel à la conversion et à la foi: Convertissez-vous et croyez à l'Evangile (Marc 1, 14-15). Et quand il appelle les premiers disciples, Simon et André son frère, Jacques et Jean son frère, il leur dit bien: Venez à ma suite et je ferai de vous des pécheurs d'hommes (v. 17).

Il ne les a pas appelés pour en faire des agents pastoraux ou des animateurs en pastorale ou des coordinateurs de relais paroissiaux ! Des pécheurs d'hommes: pour les arracher à l'ignorance et à l'erreur, au péché. Et tous les fidèles, de par leur caractère baptismal sont appelés à être ces apôtres-là.

 

   Appel ferme et exigeant d'un Dieu qui éclaire et qui sauve: Seigneur enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi car tu es le Dieu qui me sauve. (Psaume 24, 4-5)

Et un Dieu d'amour (qui donne envie d'être recherché, suivi et aimé !): Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours. Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse; dans ton amour, ne m'oublie pas.

(v. 6 et v. 7 non publié)

 

   Je suis la lumière du monde, dit le Seigneur, celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres: il aura la lumière de la vie. (Jn 8, 12 – Prière avant la communion)

Non loin de l'étoile de la nuit de la Nativité et de celle de l'Epiphanie, puissions-nous répondre à cet appel

et y emmener beaucoup d'autres !

                                                                                                                                                                           Abbé Christian LAFFARGUE.

                                                                                                                                                         

* l'Evangile: Non pas d'abord le livre proposé par Marc, mais la bonne nouvelle de la venue du Messie (Christos en grec), qui commença à être annoncée par la prédication de Jean-Baptiste. (Note de la Bible Crampon, N.T., rév. 2004)      (1) Car il passe, ce monde tel que nous le voyons traduit la Nouvelle Traduction Liturgique.                       (2) La N.T.L. supprime du royaume et la B. de Jérusalem précise la Bonne nouvelle venue de Dieu.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article