"Soyez dans la joie du Seigneur..." (Philippiens 4, 4 – Introït) - III ème dimanche de l'AVENT-B

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 17 décembre 2017, 13ème année.                                            

3ème dimanche de l'AVENT (B) – Dimanche Gaudete

 

LES TEXTES DE LA MESSE

 

 

             Soyez dans la joie du Seigneur...

             (Philippiens 4, 4 – Introït)

 

            Cette messe ruisselle de la joie surnaturelle que notre âme éprouve car le Seigneur est proche.

Nous demandons à Dieu que cette joie, qui peut coexister avec de réelles souffrances, soit dirigée vers la joie d'un si grand mystère pour fêter notre salut avec un cœur vraiment nouveau (Collecte).

C'est une joie qui n'a rien à voir avec les guirlandes et les boules multicolores installées trop tôt, signes des fêtes commerciales de "Noël" dont la plupart de nos contemporains ne connaissent même plus la signification. Ces guirlandes seront déjà délavées, ces sapins desséchés,  arrachés par la tempête avant le deux mille dix-septième anniversaire de la naissance du Sauveur.

Ce n'est pas le sapin qui doit être le centre de nos demeures, mais la crèche, avec Marie, Joseph, l'âne et le bœuf et, le 6 janvier, pour l'Epiphanie, les rois mages venus d'Orient malgré Satan et ses sbires qui veulent les détruire ou les empêcher de venir (Les chrétiens d'Orient qui ont reçu la révélation avant nous).

Je tressaille de joie dans le Seigneur (non pas dans "les cadeaux" que certains enfants, ou de plus grands, blasés, revendent même aussitôt reçus, dans le plus grand mépris des parents et amis qui les leur ont offerts), mon âme exulte en mon Dieu écrit Isaïe (61, 10 – Ière lecture). Le prophète prend l'exemple des jeunes époux (on pense au rite du mariage chez les orientaux avec l'échange des couronnes).

L'hymne des vêpres de ce IIIème dimanche de l'Avent évoque le Créateur des cieux, le soleil des croyants, le Rédempteur du genre humain qui sort du jardin clôt d'une Vierge, mère et bénie, comme un époux dans le soleil quand le monde allait vers sa nuit.

 

C'est de cela que nous devons témoigner à temps et à contretemps (Cf. 2 Tm 4, 2), en élevant la voix avec force (cf Is 40, 9; Ière lecture de la Messe de dimanche dernier, IIème de l'Avent-B) si nécessaire, sans nous laisser impressionner ou submerger.

           Mais seuls les humbles entendront la bonne nouvelle, les cœurs brisés qui désireront être guéris, les captifs et les prisonniers du péché qui voudront être délivrés par Celui-là seul qui est venu pour vaincre le Mal (Cf. Is 61, 1). Les riches seront renvoyés les mains vides, Sa miséricorde s'étend sur ceux qui le craignent car Il s'est penché sur son humble servante, et c'est pour cela qu'avec la Vierge Marie, notre âme exalte le Seigneur et notre esprit en Dieu, notre Sauveur ! (Luc 1, 47-53 – Cantique).

            Pour être toujours dans la joie, il faut prier sans relâche et rendre grâces en toute circonstance, (1 Th 5, 16-18 – IIème lecture) même quand c'est difficile. Il suffit de ne pas se regarder soi-même, en s'exaltant ou en se révoltant, mais de regarder le Seigneur, de L'entendre et de L'aimer toujours.

En cet Avent, à l'approche de la fête de la Nativité du Sauveur, nous devons nous purifier. En désirant que le Dieu de paix nous sanctifie Lui-même tout entiers afin que notre esprit (notre mémoire en particulier), notre âme et notre corps soient gardés sans reproche pour la venue de notre Seigneur Jésus-Christ. Il est fidèle, Celui qui nous appelle, et c'est Lui qui fera tout cela en nous (vv. 23-24).

 

            Que saint Jean-Baptiste (cf Evangile en saint Jean) nous aide à préparer la voie du Seigneur en nos âmes, en celle de nos proches, des enfants et petits-enfants, de toutes les personnes de bonne volonté qui veulent entendre et voir autre chose que ce qu'on leur impose de voir et d'entendre.

D'être des témoins de la Lumière, afin que tous croient par lui (Jn 1, 7; admirable Prologue !)

 

            Dites aux esprits abattus: "Prenez courage, ne craignez pas; voici notre Dieu qui vient: il vient nous sauver" (Isaïe 35, 4 – Prière avant la communion).

 

                                                                                                         Abbé Christian LAFFARGUE.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article