"Je suis la lumière du monde" (Jn 8, 12) - 5ème dimanche du T.A.-A

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 5 février 2017 (A) (12ème année)                                                                       5ème dimanche du Temps de l'Année liturgique. Vert.

     LES TEXTES DE LA MESSE

 

     Je suis la lumière du monde.                                                                                                                       (Jn 8, 12 – Alleluia)

 

     Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie.            Telle est la citation complète du verset de l'Alleluia de cette messe. En saint Matthieu (Evangile), Jésus affirme à ses disciples: Vous êtes la lumière du monde et le sel de la terre       (Mt 5, 13-14).  Surprenant et réconfortant !

Il nous le dit aussi, plus que jamais, alors que les chrétiens n'ont jamais été aussi faibles, divisés, persécutés. Mais ils restent disciples et membres du corps du Christ par le baptême et par la grâce.                                                                                                                   Il nous encourage à ne pas céder à la tentation du découragement, du repliement (identitaire) dans lequel le monde veut les enfermer pour réduire leur existence, leur visibilité, leur témoignage.

     On n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau; on la met sur le lampadaire, et elle brille (…) devant les hommes. Lumière de la foi, mais aussi de la charité: alors, voyant ce que vous faites de bien, ils glorifieront votre Père qui est aux cieux (vv. 15-16). C'est aux actes que nous serons jugés, par les hommes et par Dieu: Partage ton pain avec celui qui a faim, accueille chez toi les pauvres sans abri (il n'est pas dit qu'ils doivent occuper la maison et expulser ceux qui les accueillent !), couvre celui que tu verras sans vêtement. Alors ta lumière se lèvera comme l'aurore, et tes forces reviendront vite (Isaïe 58, 7 – Ière lecture).

C'est la charité, l'amour du prochain, qui fait resplendir la lumière: ta lumière se lèvera dans les ténèbres et tes nuits deviendront lumière de midi (v. 10).                                                      Lumière des cœurs droits, il s'est levé dans les ténèbres, homme de justice (cf Mt 5, 6; 2ème prière de communion), de tendresse et de pitié. (Psaume 111, 4)

    Saint Paul rappelle aux chrétiens de Corinthe que c'est dans l'humilité que cette lumière et ce sel de la terre (cf Mt 5, 13) sont reçus de Dieu. C'est dans la faiblesse, la crainte et tout tremblant qu'il s'est présenté devant eux. Il n'est pas le disciple d'un Dieu triomphant et conquérant selon le monde, mais d'un crucifié: lorsque je suis venu chez vous pour vous annoncer le mystère de Dieu, ce n'est pas avec le prestige du langage ou de la sagesse, mais je n'ai rien voulu vous faire connaître d'autre que Jésus Christ, et Jésus Christ crucifié (1 Cor 2, 1-2 – IIème lecture). Ma parole et ma prédication ne tenaient pas de discours de la sagesse (humaine) mais de la puissance de l'Esprit (-saint) qui se manifestait pour que votre foi repose sur la puissance de Dieu et non sur la sagesse des hommes (vv. 4-5).

     C'est en acceptant d'être les disciples d'un crucifié, moqués avec Lui par les princes de ce monde (v. 8), sans honte ni présomption, aimants, pardonnants et généreux envers tous, que nous serons le sel de la terre et la lumière du monde, manifestations de l'Esprit Saint emplissant notre cœur.

Proclamons l'amour du Seigneur, ses merveilles pour les hommes: car Il étanche leur soif et comble de biens les affamés (Ps 106, 8-9 – Ière prière de communion)

                                                                                                          Abbé Christian LAFFARGUE.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article