Baptisés dans l'Esprit-Saint (Dimanche 15 janvier 2017)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 15 janvier 2017 (A)                                                (12ème année)

2ème dimanche du Temps de l'Année liturgique. Vert.

 

      LES TEXTES DE LA MESSE

 

     Baptisés dans l'Esprit-Saint.

     (Cf Jean 1, 33 – Evangile)

 

     Les textes de ce premier dimanche après la solennité de la fête de l'Epiphanie – bien qu'appelé improprement "ordinaire" (1) – sont marqués par le mystère de l'Incarnation que nous avons célébré au Temps de Noël et par le baptême du Seigneur (qui préfigure le baptême de la nouvelle Alliance) que nous avons célébré lundi. L'Epiphanie (celle des rois d'Orient) est aussi présente dans l'Introït: Que toute la terre se prosterne devant toi, Seigneur (Ps 65, 4. Cf Mt 2, 2) et dans la première lecture: Je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu'aux extrémités de la terre (Isaïe 49, 6).

Le Verbe s'est fait chair, il a établi parmi nous sa demeure (Jn 1, 14 – verset de l'Alleluia). C'est lui qui baptise dans l'Esprit Saint révèlera à saint Jean le Baptiste Celui qui l'a envoyé baptiser dans l'eau (v. 33). Il s'agit de Dieu le Père dont la voix venue des cieux avait attesté que Jésus était son Fils bien-aimé dans lequel Il s'était complu (nous avons contemplé cette scène dans l'Evangile de la fête du baptême du Seigneur, cette année en Matthieu 3, 17). Esprit vu par l'apôtre Jean (toujours les témoignages sur lesquels reposent notre foi) descendre du Ciel comme une colombe (qui deviendra langue de feu lorsqu'Il descendra sur les apôtres le jour de la Pentecôte: Actes 2, 3).

Nous avons reçu ce baptême d'eau et d'Esprit, et de sang, ajoutera saint Jean (1 Jn 5; 6, 8: les trois ne font qu'un. C'était la première lecture de la messe du vendredi avant l'Epiphanie). Baptisés dans le Christ Jésus, c'est dans sa mort que tous nous avons été baptisés. Nous avons donc été ensevelis avec Lui par le baptême dans la mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle (Romains 6, 3-4; cité dans le Catéchisme au n° 1227).

"Les baptisés ont revêtu le Christ (Galates 3, 27) – poursuit le Catéchisme – Par l'Esprit Saint, le Baptême est un bain qui purifie, sanctifie et justifie."

C'est pour cela que l'apôtre saint Paul s'adresse à ceux qui ont été sanctifiés dans le Christ Jésus, c'est-à-dire, baptisés, les chrétiens de Corinthe. Et il leur rappelle qu'ils sont appelés à être saints avec tous ceux qui, en tout lieu, invoquent le nom de notre Seigneur Jésus-Christ         (1 Cor 1, 2 – IIème lecture).

Sanctifiés, purifiés de l'intérieur par le baptême, nous sommes appelés à rester fidèles à la grâce divine, à ce "Verbe fait chair qui a établi se demeure en nous".

Nous vous exhortons à ne pas recevoir la grâce de Dieu en vain leur écrira-t-il aussi (2 Cor 6, 1).

Ce Verbe fait chair, c'est la présence divine en nos âmes (la grâce sanctifiante), c'est aussi la sainte Eucharistie: Pour moi, Seigneur, tu as dressé la table, et ma coupe se remplit de joie (Ière prière avant la communion). Même ceux qui communient d'intention (communion spirituelle) reçoivent ces dons.

Cette grâce, cette vie divine, c'est un amour, c'est l'Amour même.

Pénètre-nous, Seigneur, de ton esprit de charité, afin que soient unis par ton amour ceux que Tu as nourris d'un même pain (Prière après la communion).

     Nous avons reconnu l'amour de notre Dieu; nous le croyons: Dieu est amour. (2)                              (1 Jn 4, 16 – IIème prière avant la communion)

                                                                                                                            Abbé Christian LAFFARGUE.

 

(1) Je ne l'ai jamais nommé ainsi, le Tempus annum se traduisant par "Temps de l'Année" (l'année liturgique qui commence le premier dimanche de l'Avent). "Ordinaire", exprimant une mentalité profane de désacralisation qui a envahi et tient toujours l'Eglise latine.

(2) Citation complète dans une autre traduction (Crampon): Et nous, nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article