Un enfant est né : Dieu, notre Sauveur ! - Dimanche 25 décembre 2016 (A)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 25 décembre 2016 (12ème année)

Nativité du Seigneur (Année A)                                                                           Solennité – Blanc ou doré.

 

     LES TEXTES DE LA MESSE

 

     Un enfant est né : Dieu, notre Sauveur !         (Introït de la Messe de la nuit)

 

     Quatre messes célèbrent la messe de Noël (du latin natalis: naissance): la messe de la vigile (ou "veille au soir" comme l'intitulent les missels réformés qui suppriment ainsi les mots propres à la liturgie catholique) et trois autres messes qui célèbrent la fête de la Nativité du Sauveur.

Elles manifestent ses trois naissances : Il est né il y a plus de deux mille ans (et notre calendrier s'en fait toujours l'écho) dans la grotte de Bethléem en Judée, c'est la naissance selon la chair et c'est la Messe de la nuit; Il naît par Sa grâce dans le cœur des bergers et dans ceux qui L'accueillent et Le reconnaissent et c'est la Messe de l'aurore; Il naît éternellement dans le sein de la sainte Trinité et communique sa divinité à ceux qui Le reçoivent: c'est la Messe du jour.

Seigneur, tu as fait resplendir cette nuit très sainte des clartés de la vraie lumière; de grâce, accorde-nous qu'illuminés dès ici-bas par la révélation de ce mystère, nous goûtions dans le ciel la plénitude de sa joie…

Tout est dit dans la belle collecte de la Messe de la nuit de Noël ! Le peuple qui marchait dans les ténèbres – et nous en sommes ! – a vu se lever une grande lumière; et sur les habitants du pays de l'ombre, une lumière a resplendi. (Isaïe 9, 1 – Ière lecture). Aujourd'hui, un Sauveur nous est né: c'est le Christ, le Seigneur (refrain du psaume 95). La grâce de Dieu s'est manifestée pour le salut de tous les hommes… Car Il s'est donné lui-même pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien. (Saint Paul à Tite, 2; 11, 14 – IIème lecture).

Ne craignez point, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple: aujourd'hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur dit l'ange du Seigneur aux bergers (Luc 2, 10-11 – Evangile).

C'est ce même Christ qui par le bain du baptême nous a fait renaître et nous a renouvelés dans l'Esprit Saint (Tite 3, 5 – IIème lecture de la Messe de l'aurore). Voici ton roi qui vient, le Saint, le Sauveur du monde (Zacharie 9, 9 – antienne de communion). Le messager de la bonne nouvelle qui annonce le salut vient dire à la cité sainte: Il est roi, ton Dieu ! Eclatez en cris de joie, ruines de Jérusalem, car le Seigneur a consolé son peuple… D'un bout à l'autre de la terre, les nations verront le salut de notre Dieu (Isaïe 52; 7, 9-10 – Ière lecture de la Messe du jour). Aujourd'hui la lumière a brillé sur la terre. Peuples de l'univers, entrez dans la clarté de Dieu. Venez tous adorer le Seigneur ! (Verset de l'Alleluia)

En Lui (le Verbe) était la vie, et la vie était la lumière des hommes. Et la lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée (Jean 1, 4-5 – Evangile de la Messe du jour). Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous (v. 14). Ne soyons pas de ceux qui ne l'ont pas reconnu. De ceux qui ne l'ont pas reçu. Car à tous ceux qui l'ont reçu, il a donné de pouvoir de devenir enfants de Dieu, eux qui croient en son Nom (vv. 10-12).

Dans son amour infini, Dieu a donné son Fils au monde pour en dissiper les ténèbres;                 par le mystère de la nativité du Christ, Il a fait resplendir cette nuit très sainte (ce jour béni):    qu'Il vous sauve de l'aveuglement du péché et qu'Il ouvre vos yeux à Sa lumière…                     Par l'incarnation de son Fils, Il a scellé l'Alliance du ciel et de la terre : qu'Il vous donne Sa paix, qu'Il vous tienne en Sa bienveillance, qu'Il vous unisse dès maintenant à l'Eglise du ciel. Amen.

(Bénédiction solennelle)

Bon et saint Noël, joyeux Noël au fond de votre cœur, quelles que soient les ténèbres qui peuvent vous assaillir; et que la très sainte Vierge Marie et saint Joseph vous bénissent !

                                                                         Votre tout dévoué, abbé Christian LAFFARGUE.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article