Nul ne peut servir deux maîtres… (Lc 16, 13) 25ème dimanche (C)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 18 septembre 2016 (11ème année) Année jubilaire de la Miséricorde

25ème dimanche du Temps de l'Année liturgique (C)

LES TEXTES DE LA MESSE

Nul ne peut servir deux maîtres

(Luc 16, 13 – Evangile)

…Vous ne pouvez servir Dieu et l’argent. Juste après la parabole du fils perdu et repenti (l’enfant prodigue), Saint Luc retranscrit la parabole de l’économe habile (dite aussi : de l’intendant malhonnête) et la citation mise en titre est l’une des deux conclusions avec Celui qui est fidèle dans les petites choses, l’est aussi dans les grandes (v. 10).

Jésus a souvent fustigé les riches, non en tant que tels, mais parce que l’argent durcit le cœur et éloigne de Dieu. Malheur à vous, les riches, car vous avez ici, en ce monde, votre consolation (Lc 6, 24). Vendez vos biens et donnez-les en aumônes. Amassez-vous des trésors dans le ciel, où ne sont ni voleurs, ni mites, ni vers. Car où est votre trésor, là aussi sera votre cœur (Lc 12, 33-34 ; Mt 6, 19-21).

Il faut choisir. L’un des deux étendards mis en scène par Saint Ignace de Loyola dans ses Exercices spirituels : L’un de Jésus-Christ, notre chef souverain et notre Seigneur ; l’autre de Lucifer, ennemi mortel de la nature humaine (nn. 136-148, IIème Semaine). Il n’y a pas de troisième voie, de "plan B", de voie médiane, de neutralité ou de centrisme, de consensus aimable où l’on n’est d’accord sur rien !

Celui qui est fidèle dans les petites choses est l’humble qui fait discrètement ce qu’il a à faire, à la maison, au travail, par honnêteté et, pour un chrétien, sous le regard de Dieu et non des hommes. Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, née dans ce diocèse, à Alençon (le 2 janvier 1873), avait choisi la petite voie , inspirée par la bouche de la Sagesse éternelle : Si quelqu’un est tout petit, qu’il vienne à moi (Proverbes 9, 4) (Man. Autob., juin 1897).

Jésus-Christ s’est fait pauvre, lui qui était riche, pour qu’en sa pauvreté vous trouviez la richesse écrit admirablement le verset de l’Alleluia.

Donner de son argent (et non pas quelques miettes !), mais aussi de son amour, de son amitié, de son pardon, de ses talents, de son temps, donner de tout ce que nous avons reçu gratuitement du Seigneur à ceux qu’Il nous fait rencontrer et que nous n’avons pas forcément choisis.

Un maître, parce qu’il n’y a qu’un seul Dieu notre Sauveur qui veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la pleine connaissance de la vérité. Car il n’y a qu’un seul Dieu, qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes (1 Timothée 2, 3-5 – IIème lecture). Suivent des recommandations de tenue vestimentaire et de comportement pour les femmes. Quant aux hommes, ils doivent prier en tout lieu, en élevant les mains, saintement, (les mains pures: trad. Crampon ; des mains pieuses pour la B. de J.), sans colère ni dispute (v. 8).

Le prophète Amos (Ière lecture) qui fustige les riches qui écrasent les pauvres pour les faire disparaître du pays (8, 4) rappelle et nous rappelle que Dieu, tout miséricordieux qu’Il est (pour ceux qui Lui demandent pardon : Mon père, j’ai péché contre le Ciel et contre toi dit le fils repenti de dimanche dernier, en Lc 15, 18), est aussi juste et punit les méchants (cf la suite du texte : vv. 8-14). Un père qui ne se fait pas respecter et qui ne punit pas un enfant désobéissant, après avoir essayé tous les moyens dictés par la patience et par l’amour, n’est pas un bon père. Généralement, c’est la justice immanente qui se développe d’elle-même. Vous mourrez dans votre péché dit Jésus aux juifs qui ne voulaient pas le reconnaître comme l’envoyé de Dieu le Père (Jean 8, 21). Celui qui se soustrait à la Vérité, à l’Amour de Dieu, risque de les perdre à jamais, pour l’éternité (l’enfer).

Celui qui fume aura un cancer des poumons très tôt ; celui qui boit, une cirrhose du foie ; celui qui est infidèle et impur, le sida ; celui qui se moque des limitations de vitesse et du code de la route devra payer beaucoup d’amendes punitives, perdra ses points et bientôt le permis. Il se sera mis, malgré les avertissements, dans une situation grave pour sa famille, son travail, etc.

Mais Dieu est toujours là, si nous le voulons bien : De la poussière il relève le faible, il retire le pauvre de la cendre (du fumier traduit la B. de J.) pour qu’il siège parmi les princes (Psaume 112/113, 7-8).

Abbé Christian LAFFARGUE.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article