Accomplis toute chose dans l'humilité (22ème dim-C)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 28 août* 2016 (11ème année) Année jubilaire de la Miséricorde

22ème dimanche du Temps de l'Année liturgique (C) * Saint Augustin, évêque et docteur de l'Eglise, patron de l'Afrique (354-430)

LES TEXTES DE LA MESSE

Accomplis toute chose dans l'humilité

(Siracide 3, 17 – Ière lecture)

Avec douceur traduit la Bible de Jérusalem. En effet, douceur et humilité vont de pair (Apprenez de moi que je suis doux et humble de cœur : Mt 11, 29).

Plus tu es grand, plus il faut t’abaisser pour trouver grâce devant le Seigneur (v.18). Avec cette leçon terrible : La condition de l’orgueilleux est sans remède, car la racine du mal est en lui (v. 28). Les versets qui ont été sautés évoquent la présomption qui est la marque de l’orgueilleux : Ne cherche pas ce qui dépasse tes forces, ne te lance pas dans ce qui dépasse tes forces. Leur présomption a égaré bien des gens, une prétention coupable a égaré leurs pensées (vv. 21, 24).

Et le sage met aussi en garde sur une autre expression de l’orgueil : la curiosité intellectuelle, curiosité malsaine qui n’est pas l’humble approfondissement de la Sagesse ou de la Révélation (ou donné révélé). Médite ce qu'on t'a prescrit: tu n'as pas à t'occuper des choses cachées. Ne sois pas curieux de ce qui te dépasse: déjà ce qu'on t'a enseigné est au-delà de l'esprit humain (vv. 22-23). Avec un avertissement pour les entêtés durs de cœur: Un cœur endurci finira dans le malheur, il sera écrasé de peines, et les présomptueux: Celui qui aime le danger s'y perdra (v. 26). On ne parle aujourd'hui que de "dépasser les limites", en sport, en aventures dangereuses dans des pays dangereux, dans le domaine sexuel (on sait ce que veut dire souvent: "faire la fête"!). Ce n'est que de l'orgueil, décuplé par l'abus d'internet et des "réseaux sociaux".

L'Evangile de la messe d'aujourd'hui, propre à saint Luc, fait aussi l'éloge de l'humilité (14, 7-14). Quand tu es invité, va te mettre à la dernière place (sauf évidemment, si on doit prendre la place qu'une fonction exige; sinon, c'est une fausse humilité). Quiconque s'élève sera abaissé; et qui s'abaisse sera élevé (vv. 10-11). Et aussi, le souci des pauvres: Quand tu donnes une réception, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles... Invitation désintéressée (la vraie charité): car ils n'ont rien à te donner en retour (v. 14). Aimez vos ennemis, faites du bien et prêtez sans rien attendre en retour (Lc 6, 35).

L'humilité n'aime pas l'ostentation, le spectaculaire, le bruit, tout ce dont le monde est rempli aujourd'hui qui se donne l'illusion d'être quelque chose alors qu'il n'est plus rien. Il veut ainsi combler le vide d'esprit et de vie qui creuse et alimente sa tristesse profonde.

Nous ne trouverons pas Dieu, qui seul donne un sens à toutes choses et remplit notre âme de paix et de joie, dans les ténèbres, l'ouragan, les sons de trompette, les paroles insupportables (cf Hébreux 12, 18-19 – IIème lecture), mais dans la beauté (et la beauté est silencieuse): la ville du Dieu vivant, la Jérusalem céleste entourée de myriades d'anges... (v. 22) Vous êtes venus vers Jésus, le médiateur d'une alliance nouvelle (v. 24, qui coupe la suite: et du sang de l'aspersion qui parle plus éloquemment que celui d'Abel*).

L'humilité passe par le silence pour écouter Celui qui parle: Prenez garde de résister à Celui qui parle (v. 25). C'est alors que nous serons des artisans de paix dans un monde en guerre :

Heureux les artisans de paix: ils seront appelés fils de Dieu ! (Mt 5, 9 – Prière avant la communion)

Abbé Christian LAFFARGUE.

(*) He 12, 24: cf la note précieuse du la Bible Crampon (Nouveau Testament, 2004)

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article