L'Esprit Saint vous enseignera tout... (Jn 14, 26)-Pentecôte

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin du 15 mai 2016 (11ème année) Année jubilaire de la Miséricorde Fête de la Pentecôte (C) Solennité Mois de Marie

LES TEXTES DE LA MESSE

L'Esprit Saint vous enseignera tout...

(Jean 14, 26 – Evangile)

L'Evangile de la fête de la Pentecôte, cette année (Jn 14, 15-26, avec moult coupures), reprend celui du 6ème dimanche de Pâques (Jn 14, 23-29) il y a quinze jours, et nous écrivions : le Père enverra en mon nom le Défenseur (le Consolateur, le Paraclet), l'Esprit Saint... (Jn 14, 26). C'est une flamme (cf la Pentecôte) qui réchauffe et qui éclaire : Lui, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit (L'Esprit de vérité vous conduira dans la vérité tout entière lit-on encore en Jean 16, 13).

Mais que peut donc enseigner de plus "l'Esprit-saint", alors que l'envoyé du Père, Jésus, le Messie, a tout dit et enseigné ? Il donnera la clé des mystères, la science, l'intelligence, la sagesse, le conseil, ces dons qui permettent de pénétrer et de vivre ces vérités. C'est l'Amour, connaissance (la lumière) et union de charité (la flamme), présence de la sainte Trinité en nos âmes purifiées et pacifiées par la vie divine (la grâce sanctifiante reçue au baptême) qui parfait la Révélation : Nous viendrons vers lui et nous ferons chez lui notre demeure* (Jn 14, 23). Celui qui ne m'aime pas ne garde pas mes paroles (v. 24), c'est-à-dire: ne comprend rien ! Ce qui était le cas des Juifs (cf Jn 8; 37, 43, 47).

L'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs par son Esprit qui habite en nous, alleluia. (Romains 5, 5; 8, 11 – Introït)

Saint Cyrille de Jérusalem († 387), dans sa catéchèse sur le Saint Esprit, a ces belles paroles : Son entrée en nous se fait avec douceur; on l'accueille avec joie, son joug est facile à porter. Son arrivée est annoncée par des rayons de lumière et de science. Il vient avec la tendresse d'un défenseur véritable, car il vient pour sauver, guérir, enseigner, conseiller, fortifier, réconforter, éclairer l'esprit : chez celui qui le reçoit, tout d'abord; et ensuite, par celui-ci, chez les autres. Un homme qui se trouvait d'abord dans l'obscurité, en voyant soudain le soleil, a le regard éclairé et voit clairement ce qu'il ne voyait pas auparavant : ainsi celui qui a l'avantage de recevoir le Saint-Esprit a l'âme illuminée, et il voit de façon surnaturelle ce qu'il ne connaissait pas (Office des lectures du lundi de la 7ème semaine de Pâques).

La belle Séquence de la Messe (Veni, sancte Spiritus du XIIème-XIIIème siècle, que ceux qui utilisent la forme extraordinaire du rite romain liront ou chanteront tous les jours pendant l'octave fort malheureusement supprimée lors de la réforme liturgique post-conciliaire) parle d'hôte très doux de notre âme, d'adoucissante fraîcheur, qui lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guérit ce qui est blessé, qui assouplit ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid, rend droit ce qui est faussé…

C'est en tant que fils de Dieu que nous avons reçu et recevons toujours cet hôte très doux de nos âmes.

Vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils; et c'est en lui que nous crions "Abba ! Père ! Nous sommes ses enfants, nous sommes aussi ses héritiers: héritiers de Dieu, héritiers avec le Christ. A une condition : Si du moins nous souffrons avec lui pour être avec lui dans la gloire (Saint Paul aux chrétiens de Rome; Rm 8; 15, 17 – IIème lecture).

C'est cela que nous sommes chargés de vivre et de diffuser à tous les peuples et à toutes les nations, à l'immensité du monde (Cf Collecte) afin que le feu d'en haut venu sur les disciples consume tout mal au fond de nos cœurs et nous fasse porter au monde sa lumière (Bénédiction solennelle, § 2).

Abbé Christian LAFFARGUE.

* Nous ferons chez lui notre demeure. C'est la traduction classique, tellement plus simple que celle de la nouvelle traduction liturgique: Chez lui, nous nous ferons une demeure.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article