Si quelqu'un m'aime... (Jn 14, 23)-6ème dim de Pâques-C

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin du 1er mai 2016 Année jubilaire de la Miséricorde

11ème année.

6ème dimanche de Pâques (C)

LES TEXTES DE LA MESSE

Si quelqu'un m'aime...

(Jean 14, 23 – Evangile)

...il gardera ma parole; mon Père l'aimera, nous viendrons à lui et nous ferons chez lui notre demeure.

Inouï ! Un Dieu qui vient "faire sa demeure" dans une âme humaine ! C'est pourtant bien cela le mystère de l'Incarnation, l'incarnation du Verbe (Jn 1, 14). On retrouve cette doctrine de vérité (les vérités de Foi) dans saint Paul : Ne savez-vous pas que vous êtes un temple de Dieu et que l'Esprit de Dieu habite en vous ? (1 Cor 3, 16 + Rm 8, 9; Gal 4, 6; 2 Tm 1, 14). Nous sommes le Jeudi-saint et Jésus donne ses dernières instructions à ses disciples avant de mourir. Si l'Eglise a choisi ce texte en ce dernier dimanche de Pâques avant l'Ascension, c'est que le Ressuscité va un peu partir aussi en Son corps glorieux. Il partira pour... rester. Pour rester en nous par la grâce sanctifiante, la vie divine, la vie trinitaire. Et la vie divine, c'est la vie de l'Esprit (l'amour du Père et du fils). Voilà pourquoi le Christ L'annonce : le Père enverra en mon nom le Défenseur (le Consolateur, le Paraclet), l'Esprit Saint... (Jn 14, 26)

C'est une flamme (cf la Pentecôte) qui réchauffe et qui éclaire : Lui, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit (L'Esprit de vérité vous conduira dans la vérité tout entière lit-on encore en Jean 16, 13). Ce n'est pas le monde qui enseigne avec ses "médias", ce ne sont pas "les réseaux sociaux" – bien que ce sont des moyens qui peuvent transmettre aussi la vérité, au moins naturelle - , telle ou telle personnalité, c'est l'Esprit de Dieu envoyé du Père au nom de son Fils, Jésus, mort et ressuscité !

Celui qui n'aime pas (le Christ) ne garde pas (n'accepte pas) Ses paroles (Jn 14, 24). Aujourd'hui, comme hier, beaucoup ne veulent pas entendre les paroles de vérité et veulent faire taire les chrétiens, faire taire les prêtres (même dans les églises !). Vous cherchez à me faire mourir, parce que (pour que, pourrait-on dire) ma parole ne pénètre pas en vous (Jn 8, 37+ 43 et 47).

Enseigner, c'est faire connaître, c'est transmettre une connaissance qu'on ne trouve pas en soi-même, qu'on ne prend pas, mais qu'on reçoit (comme l'hostie dans la communion eucharistique).

Cette connaissance (de Dieu révélé en Jésus-Christ) mène à l'amour et l'amour à la paix, car l'amour remplit et apaise l'âme. Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix, non celle du monde (Jn 14, 27). Saint Pierre le dira aussi dans la salutation qu'il adresse à ceux qui ont reçu avec nous la foi de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ : que la grâce et la paix croissent en vous de plus en plus par la connaissance de Dieu et de Jésus notre Seigneur ! (2 P 1, 1-2). Le monde, au contraire, communique et distille la haine, la confusion, l'erreur...

La paix et la joie. Les deux fruits du temps pascal. Même s'Il part – et notre cœur se serre – Il reste, parmi et avec nous (cf v. 28), dans son Eglise, par les sacrements qu'Il a institués. La Ville sainte, Jérusalem, descend – toujours – du ciel, d'auprès de Dieu, avec en elle le gloire de Dieu; son éclat – que ne peuvent obscurcir les vicissitudes de ses membres – est celui d'une pierre très précieuse comme le jaspe cristallin (Apoc 21, 10-11 – IIème lecture). Son sanctuaire, c'est l'Agneau... La gloire de Dieu l'illumine et l'Agneau est son flambeau (vv. 22-23).

Que nos prières montent vers Toi, Seigneur, avec ses offrandes pour le sacrifice. Dans Ta bonté purifie-nous, et nous correspondront davantage aux sacrements de Ton amour. Par Jésus, le Christ, notre Seigneur.

(Prière sur les offrandes)

Abbé Christian LAFFARGUE.

N.B.: Lundi, mardi et mercredi (avant l'Ascension) les Rogations (cf notre article)

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article