Heureux ceux qui croient sans avoir vu. (Jn 20, 29) Dimanche de la Miséricorde.

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin du 3 avril 2016 Année jubilaire de la Miséricorde

Dimanche dans l'octave de Pâques (C)

Dimanche de la Miséricorde

LES TEXTES DE LA MESSE

Heureux ceux qui croient sans avoir vu.

(Jean 20, 29 – Evangile)

Ce dimanche s'appelle aussi le dimanche in albis depositis car c'est la veille que les baptisés de la nuit de Pâques, lors de la cérémonie de la Veillée pascale, les néophytes, avaient déposé, enlevé, le vêtement blanc dont ils avaient été revêtus. C'est aussi le dimanche de Quasimodo, du nom des premiers mots de l'Introït: Quasi modo geniti infantes, Comme des enfants nouveaux-nés (1 Pierre 2, 2). (1)

Car c'est huit jours plus tard, après l'apparition de Jésus ressuscité le soir de Pâques, le premier jour de la semaine, le jour du Seigneur (2) relatée par saint Jean au début de l'Evangile d'aujourd'hui, que Jésus apparaît spécialement à l'apôtre Thomas qui n'avait pas voulu croire le témoignage des autres disciples (Nous avons vu le Seigneur ! Jn 20, 25).

S'Il apparut spécialement à Thomas c'est aussi qu'Il n'avait pas oublié que cet apôtre avait été le seul à vouloir l'accompagner lorsque Jésus, apprenant la mort de Lazare, avait décidé de rentrer en Judée: Allons, nous aussi, pour mourir avec lui ! (Jean 11,16).

Le Pape Saint Grégoire (homélie 26 sur les Evangiles) fait ce commentaire : La bonté du Ciel agit ainsi d'une façon merveilleuse afin que ce disciple incrédule, en touchant sur son maître les blessures de la chair put guérir chez nous les blessures de l'incrédulité. Car l'incrédulité de Thomas a été plus utile à notre Foi que la Foi des disciples croyants, puisque tandis que Thomas palpant les blessures est ramené à la Foi, notre esprit, rejetant le moindre doute, est affermi dans sa Foi.

C'est une leçon pour nous : la Foi n'est pas sensible. Elle n'est pas de l'ordre des sentiments, de l'émotion, des consolations. Elle est l'adhésion de la volonté à une connaissance révélée à l'intelligence de l'âme (qui n'est pas, non plus sensible – bien que parfois elle ait une incidence sur les sens-, mais spirituelle, surnaturelle) par des témoins. Nous l'avons vu dans les textes du dimanche de la Résurrection. Quand le Christ ressuscité S'est révélé à Marie-Madeleine au matin de Pâques près du tombeau vide (Jn 20, 11-18), aux "pèlerins d'Emmaüs" alors que le soir tombait (Lc 24, 29-31), et qu'ils Le reconnurent, Il disparut. De même, le jour de son Ascension (Lc 24, 52). Ils ne l'ont pas alors cherché de façon humaine et sensible, Il était là, en eux, par la Foi et ils coururent annoncer la nouvelle à Pierre et aux apôtres, remplis de paix et de joie.

Car la paix et la joie sont les fruits de la Foi en la présence du Christ ressuscité, dans son Eglise, dans l'hostie consacrée à la Messe, conservée dans les tabernacles des églises, dans les âmes saintes.

J'étais mort, et me voilà vivant pour les siècles des siècles (Apoc 1, 18 – IIème lecture).

La paix soit avec vous ! Et ils furent remplis de joie en voyant le Seigneur (Jn 20, 19-20 – Evangile)

Ouvrez votre cœur à la joie, rendez grâces à Dieu qui vous a appelés à entrer au ciel, dans son royaume, alleluia. (2 Esdras 2, 36-37 – 2ème introït)

Dieu de miséricorde infinie, tu ranimes la foi de ton peuple par les célébrations pascales; augmente en nous ta grâce pour que nous comprenions toujours mieux quel baptême nous a purifiés, quel Esprit nous a fait renaître, et quel sang nous a rachetés. Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur... (Collecte)

Abbé Christian LAFFARGUE.

(1) Cf la présentation de ce dimanche "de la divine miséricorde" dans le Missel quotidien latin-français édité par l'abbaye bénédictine sainte Madeleine du Barroux, 2013, pp. 695-696.

(2) Cf l'Apocalypse de saint Jean 1, 10, 2ème lecture. "Pour cet anniversaire hebdomadaire de la Résurrection du Christ, Paul et Luc ne parlaient que du premier jour de la semaine (1 Co 16, 2; Actes 20, 7). C'est Jean qui officialise l'expression jour du Seigneur (dominica dies ou dimanche), qui sera reprise par toutes les Eglises." (note de la Bible Crampon, le nouveau Testament, révisé en 2004)

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article