Semaine de l'unité (18-25 janvier)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 24 janvier 2016 Année jubilaire de la Miséricorde.

3ème dimanche du Temps de l'Année liturgique (C)

OECUMENISME

18-25 janvier : semaine de prière pour l’unité des chrétiens. L’oecuménisme.

Le Pape JEAN-PAUL II en a fixé les règles et les modalités dans son Encyclique Ut unum sint : Qu’lls soient un (Jn 17, 21) du 25 mai 1995.

"Il ne s’agit pas – précise le Pape – de modifier le dépôt de la Foi, de changer la signification des dogmes, d’en éliminer les paroles essentielles, d’adapter la Vérité aux goûts d’une époque ou d’abolir certains articles du Credo sous le faux prétexte qu’ils ne sont pas compris aujourd’hui (ce qu’ont fait pendant des dizaines d’années, des laïcs et des clercs "en responsabilité" dans l'Eglise. Ndlr).

L’unité voulue par Dieu ne peut se réaliser que dans l’adhésion commune à la totalité du contenu révélé de la Foi. En matière de Foi, le compromis est en contradiction envers Dieu qui est Vérité. Dans le corps du Christ, Lui qui est le chemin, la Vérité et la Vie (Jn 14, 6), qui pourrait considérer comme légitime une réconciliation obtenue au prix de la Vérité ?" (n°18)

"Pour parvenir à un vrai consensus dans la Foi" le Pape Jean-Paul II donne les principes essentiels et "incontournables" pour y parvenir :

1- L’interprétation de la sainte Ecriture (la Parole) par la Tradition; (*)

2-L’Eucharistie, sacrement du corps et du sang du Christ, mémorial sacrificiel et présence réelle du Christ, effusion sanctificatrice de l’Esprit-saint;

3- L’ordination, comme sacrement au triple ministère de l’épiscopat, du presbytérat et du diaconat (cf. L’Instruction de la Congrégation pour le Clergé, du 4 août 2002, Le prêtre, pasteur et guide de la communauté paroissiale, Ière partie. Ndlr);

4- Le Magistère de l’Eglise confié au Pape et aux évêques en communion avec lui, compris comme responsabilité et autorité au nom du Christ pour l’enseignement et la sauvegarde de la Foi;

5- La Vierge Marie, mère de Dieu et icône de l’Eglise, mère spirituelle qui intercède pour les disciples du Christ et pour toute l’humanité." Le pape Jean-Paul II ajoute : "La même lucidité et la même prudence nous recommandent d’écarter de nous la tiédeur dans l’engagement pour l’unité et plus encore l’opposition préconçue ou le pessimisme qui tend à tout voir négativement" (n°79)

Abbé Christian Laffargue.

(Bulletin paroissial de Tossiat, janvier 2007)

(*) Cf l'Exhortation apostolique Verbum Domini : La Parole de Dieu du pape Benoît XVI (30 sept. 2010), "Tradition et Ecriture", nn. 17-18 dont :

"En fin de compte, c'est la Tradition vivante (et non pas la Tradition à un certain moment de la vie de l'Eglise, fixée et comme figée, arrêtée à telle date dans l'histoire. Ndlr) de l'Eglise qui nous fait comprendre de manière adéquate la Sainte Ecriture comme Parole de Dieu." (n°17)

"La Parole de Dieu se donne à nous dans l'Ecriture Sainte comme témoignage inspiré de la Révélation qui, avec la Tradition vivante de l'Eglise, constitue la règle suprême de la foi" (n°18 avec référence à la Constitution dogmatique Dei verbum sur la Révélation divine du Concile Vatican II, n° 21)

Vous avez noté qu'il est préférable de dire ou d'écrire "Ecriture sainte" ou "Saintes Ecritures" plutôt que "Bible".

Ab. L.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article