La venue du Christ. Le fin du monde. (Cf Mc 13 – Evangile)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 15 novembre 2015 Mois des âmes du Purgatoire

33ème dimanche du Temps de l'Année liturgique - B -

Saint Albert le Grand, évêque et docteur de l'Eglise

(1200-1280)

LES TEXTES DE LA MESSE

La venue du Christ. Le fin du monde.

(Cf Marc 13 – L'Evangile)

C'est le dernier dimanche avant la solennité du Christ-Roi qui termine l'Année liturgique. L'Eglise nous ramène aux "fins dernières", à la fin du monde et au jugement général.

Dans l'année "A", c'est la parabole des talents qui nous interpelle (Mt 25, 14-30); dans l'année "C", les secousses terribles et les persécutions des derniers temps (Lc 21, 5-19); cette fin d'Année (B) nous propose l'annonce de la fin des temps et la parabole du figuier (Mc 13, 24-32).

Avant la venue – c'est-à-dire le retour – du Christ et l'extrait de ce dimanche, saint Marc (13, 19), mais aussi saint Matthieu (24, 21) nous parlent d'une grande tribulation. Les deux évangélistes, rejoints par saint Luc (17, 23) font part de la mise en garde du Christ contre les faux Christs et les faux prophètes qui opèreront de grands signes et de grands prodiges au point d'abuser, s'il était possible, même les élus. Si quelqu'un vous dit : le Christ est ici, le Christ est là, ne le croyez pas ! Il est dans le désert, n'y partez pas !*

Et il y'en a aujourd'hui des fausses apparitions, des faux prophètes, des fausses alertes, des faux messages, les théories des complotistes, etc ! Et les crédules courent, s'agitent, tombent dans tous les panneaux que les démons leur tendent, qu'ils prennent pour la sainte Vierge ou Jésus, en les tentant sous apparence de bien, en les agitant, en les troublant, en annihilant toute prudence, tout jugement critique ! Le marché, pour la presse et les – la plutôt – maisons d'édition prospère ! Au lieu de lire et de soutenir la presse catholique sûre et digne de fiabilité, de fidélité à l'Eglise et à son magistère tout en gardant sa personnalité, sa sensibilité, son sens respectueusement critique !

Après cette grande tribulation, le Christ annonce ses signes avant-coureurs : le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa clarté, les étoiles tomberont du ciel et les puissances célestes seront ébranlées. Alors on verra le Fils de l'homme venir dans les nuées avec grande puissance (Cf la vision de Daniel 7, 13-14) et avec gloire. Il enverra les anges pour rassembler les élus des quatre coins du monde... (Mc 13, 24-27).

Il s'agit du jugement dernier qui "interviendra lors du retour glorieux du Christ". (Cf Catéchisme au n° 1040). Ce sera aussi l'heure de la résurrection de tous les morts qui le précèdera (Cf C.E.C. n° 1038).

Il placera les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche (...). Et ils s'en iront, ceux-ci à une peine éternelle (l'enfer), et les justes à la vie éternelle (Mt 25; 31-33, 46). (n°1038)

"La résurrection des morts a été révélée progressivement par Dieu à son Peuple" précise le Catéchisme de l'Eglise Catholique (C.E.C.) au n° 992, qui cite le prophète Daniel que nous lisons en première lecture : Beaucoup de gens qui dormaient dans la poussière de la terre s'éveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour la honte et la déchéance éternelles (Dn 12, 1-3).

Pour nous secourir et nous maintenir dans l'Espérance, l'unique sacrifice du Christ offert pour l'expiation et la victoire contre le péché, se perpétue sur les autels par les prêtres qui offrent chaque jour le saint Sacrifice pour nous arracher à la mort... (Cf Hébreux 10, 11-18 – IIème lecture)

Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous pourrez vous tenir debout devant le Fils de l'homme (Luc 21, 36 – verset de l'Alleluia)

Abbé Christian LAFFARGUE.

* Evangile repris dans la messe du jeudi 12 novembre.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article