Article publié depuis Overblog

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 8 novembre 2015

32ème dimanche du Temps de l'Année liturgique Mois des âmes du Purgatoire.

LES TEXTES DE LA MESSE

Bienheureux les pauvres de cœur…*

(Mt 5, 3 – Antienne de l'Alleluia)

…le Royaume des cieux est à eux ! C'est la première des béatitudes du sermon sur la montagne que nous avons lues le 1er novembre en la fête de tous les Saints.

Une veuve pauvre mit deux piécettes dans le tronc du Trésor du Temple. Des gens riches y mettaient beaucoup d'argent. Jésus, assis devant l'entrée, avait vu la scène, parfaite illustration de cette béatitude. Le Christ loue sa générosité avec solennité : En vérité, je vous le dis: cette pauvre veuve a donné plus que tous les autres. Car tous ont pris sur leur superflu, mais elle, c'est de son nécessaire : elle a mis tout ce qu'elle possédait, tout ce qu'elle avait pour vivre ! (Marc 12, 41-44 – Evangile).

Elle l'a fait, non pour les hommes ou pour être vus d'eux, mais pour le Seigneur, pour les prêtres du Temple de Dieu. Quelle foi et quel amour !

Elle est semblable à la veuve de Sarepta (entre Tyr et Sidon, l'ancienne Phénicie, aujourd'hui au Liban) ce que nous rapporte le premier Livre des Rois (17, 10-16 – Ière lecture). Si sa charité va resplendir, sa foi peut être grandement louée ! Le prophète Elie va d'abord demander simplement de l'eau pour qu'il puisse boire (v. 10). Puis, bien plus: du pain (v. 11). C'est pour l'éprouver, car Dieu qui inspirait Elie, savait bien qu'elle n'avait presque plus rien pour elle et son enfant: un peu de farine, un peu d'huile, le minimum, avant de se laisser mourir. Mais elle va cuire ce dernier pain et le partager avec celui qui le lui demande (v. 12).

Pour récompenser sa foi et sa générosité, son esprit de pauvreté, son humilité aussi car elle n'est pas révoltée, Dieu va faire que la farine ne s'épuisera pas et que l'huile sera toujours abondante pour la nourrir, elle et son fils (vv. 14-16). Quiconque aura tout laissé recevra au centuple et héritera de la vie éternelle (cf Mt 19, 29).

Le Christ a beaucoup insisté sur le détachement des biens de ce monde. Il a recommandé de s'abandonner à la Providence et de n'amasser que des trésors pour le Ciel.

Ne soyez pas inquiets (plus on est matérialiste, plus on accumule et plus on est inquiet) pour votre vie, de ce que vous mangerez, comment vous vous vêtirez… Regardez les oiseaux du ciel… Ils n'amassent point dans des greniers et votre Père céleste les nourrit ! Ne valez-vous pas plus qu'eux ? Qui d'entre vous d'ailleurs, à force de soucis, peut ajouter une seule coudée à la longueur de sa vie ? (Mt 6, 25-27 et Lc 12, 22-25). Avec la leçon: Cherchez d'abord le Royaume et sa justice, et le reste vous sera donné par surcroît (Mt 6, 33 et Lc 12, 31), ne vous mettez donc pas en souci du lendemain, à chaque jour suffit sa peine (Mt 6, 34).

Le Christ reste notre grand Prêtre, le médiateur de la Nouvelle Alliance, qui a souffert sa Passion une fois pour toutes… pour détruire le péché… et offrir le salut à ceux qui l'attendent (Hébreux 9; 26, 28 – IIème lecture). Un seul Sacrifice, une seule messe, perpétuée par les prêtres, autres Christs, sur l'autel, jusqu'à la fin du monde "pour le salut des vivants et des morts". Il faut offrir des messes, beaucoup de messes pour ceux qui souffrent en purgatoire d'avoir trop aimé les biens de ce monde, qui ont peu donné, ou, mêmes riches, seulement de leur superflu...

Dieu qui êtes bon et tout-puissant, éloignez de nous tout ce qui nous arrête, afin que sans aucune entrave, ni d'esprit ni de corps, nous soyons libres pour accomplir votre volonté. Par Jésus... (Collecte)

Abbé Christian LAFFARGUE.

Notes :

* Pauvres de cœur : Heureux les pauvres en esprit (plutôt que pauvres de cœur. Les cœurs purs qui verront Dieu sont mentionnés dans la sixième béatitude) le Royaume des Cieux est à eux (Sermon sur la montagne, 1ère béatitude, Mt 5, 3, refrain de l'Alleluia). In "Textes de la Messe " du 11 octobre dernier.

- Remarque sur Hébreux 9, 27 (IIème lecture): Comme le sort des hommes est de mourir une seule fois et puis d'être jugés... "Cette précision répond sans ambiguïté aux diverses théories orientales soutenant la réincarnation et la dissolution ultime de l'âme humaine personnelle dans le grand Tout divin indifférencié. Bien au contraire, selon la révélation biblique, l'avenir de l'homme voulu par Dieu est trinitaire, relationnel et éternellement bienheureux." (note du Nouveau Testament, édition révisée en 2004, Téqui, dont nous avons déjà parlé: cf note 3 du Bulletin du 18 octobre dernier)

D'être jugés : Il s'agit du jugement particulier (Cf le Catéchisme de l'Eglise Catholique, nn. 1021 et 1022).

N° 1022 : Chaque homme reçoit dans son âme immortelle sa rétribution éternelle dès sa mort en un jugement particulier qui réfère sa vie au Christ, soit à travers une purification (citations), soit pour entrer immédiatement dans la béatitude du ciel (citations), soit pour se damner immédiatement pour toujours (citations).

Il apparaîtra une seconde fois, non plus à cause du péché, mais pour le salut de ceux qui l'attendent (v. 28, à la fin de l'extrait de ce dimanche) : Il s'agit du jugement dernier ou jugement général (C.E.C. nn. 1038-1041) qui suivra la résurrection des morts (n°1038) lors du retour glorieux du Christ (n°1040).

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article