Aller avec courage à la rencontre du Seigneur (1er de l'Avent)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 29 novembre 2015 Mois des âmes du Purgatoire

11ème année.

1er dimanche de l'AVENT (Nouvelle Année liturgique : C)

LES TEXTES DE LA MESSE

Aller avec courage à la rencontre du Seigneur.

(Collecte)

Les textes de la Messe parlent des deux avènements du Christ. La première Préface de l'Avent et la première exhortation de la bénédiction solennelle l'expriment bien : Car Il est déjà venu en prenant la condition des hommes, pour accomplir l'éternel dessein de Ton amour et nous ouvrir le chemin du salut; Il viendra de nouveau, revêtu de sa gloire... (Il s'agit du jugement dernier dont nous avons parlé dans les textes du Bulletin du 33ème dimanche, le 15 novembre dernier) – Vous croyez que le Fils de Dieu est venu dans ce monde et vous attendez le jour où Il viendra de nouveau...Voici venir des jours... où le Germe de justice exercera le droit et la justice (Jérémie 33, 14-16; Ière lecture).

Alors que l'Evangile du 33ème dimanche donnait le texte de la fin du monde et de l'avènement du "Fils de l'homme" en saint Marc 13 (24-32); en ce premier dimanche de la nouvelle Année liturgique, c'est le texte parallèle en saint Luc 21 (25-28 et 34-36 sans la parabole du figuier). Les signes dans le ciel, les nations terrestres désemparées, les hommes qui mourront de peur...

Ce n'est guère réjouissant et bien loin de la poésie des crèches de Noël, bien que cette année, les évènements nationaux et mondiaux que nous vivons nous plongent dans cette frayeur annoncée par les évangélistes.

La première leçon est de se préparer, de se tenir sur ses gardes, de crainte que votre cœur ne s'alourdisse dans les beuveries, l'ivresse et les soucis de la vie et que ce jour – de la fin du monde - ne tombe sur vous à l'improviste comme un filet... Restez éveillés et priez en tout temps : ainsi vous aurez la force d'échapper à tout ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant le Fils de l'homme (Lc 21, 34-36: propre à St Luc).

En veillant dans la Foi précise la Préface de la Messe. Nous attendons l'avènement du Christ à la clarté de cette lumière qui lève (Bénéd. sol., § 1).

La Lumière divine baigne déjà la liturgie qui est le langage de l'Epouse, l'Eglise, à son Epoux, le Christ (Les textes: Tradition et Ecriture, les couleurs, l'odeur de l'encens, le décor, les gestes du célébrant et des fidèles, etc.). Jeudi à vêpres, dans le bréviaire romain, nous demandions à Dieu d'enlever les ténèbres de nos cœurs pour que nous ayons la joie de contempler sans fin sa Lumière (oraison). Et dans les prières d'intercession (avant le Notre Père), il n'était question aussi que de lumière : Lumière de lumière et Verbe de Dieu, tu es venu sauver les hommes... Tu veux nous délivrer de la puissance des ténèbres: chasse l'obscurité de nos cœurs. Etc. Avec le refrain : La nuit, pour toi, n'est pas ténèbre.

La Foi, la Lumière..., sans oublier la Charité (Cf saint Paul aux Thessaloniciens, 1 Th 3,12-4,2, IIème lect.) : Frères, que le Seigneur vous donne, entre vous et à l'égard de tous les hommes, un amour de plus en plus intense et débordant, à l'image de celui que nous avons pour vous. C'est ainsi, dans cet état d'esprit et de cœur, que le Seigneur Jésus devra nous trouver lors de sa venue avec tous les saints. Il faudra être irréprochables en sainteté devant Dieu notre Père. Et si nous nous conduisons déjà ainsi, il faut faire de nouveaux progrès. Saint Paul insiste : nous vous le demandons, oui, et nous vous en prions dans le Seigneur Jésus.

Plus que jamais, aujourd'hui, en ce monde : Allons avec courage à la rencontre du Seigneur.

Abbé Christian LAFFARGUE.

P.S.: Je confie à votre prière la retraite de Saint Ignace qui commence dimanche à 18 heures ici pour une vingtaine de dames et en ce jeudi soir, je ne sais si le prêtre prévu de longue date viendra ou non...

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article