Va, ta foi t'a sauvé ! (Mc 10, 52) - 30ème dim du T.A.-B

Publié le par Abbé C. Laffargue

30ème dimanche du Temps de l'Année liturgique – B – 25 octobre 2015

Mois du Rosaire

LES TEXTES DE LA MESSE

Va, ta foi t'a sauvé !

(Marc 10, 52 – Evangile)

C'est la condition essentielle demandée par Jésus pour faire un miracle ou pour obtenir le pardon de ses péchés comme pour la pécheresse de la ville qui fait irruption lors du repas chez le pharisien (Lc 7, 36-50) ou pour être sauvé (Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé Mc 16, 16).

D'abord, cet aveugle, Bartimée, fait profession de foi dans le caractère messianique de Jésus: Fils de David, Jésus, aie pitié de moi ! Et il n'a pas peur, subissant d'ailleurs les menaces de la foule pour le faire taire, tant il criait. Mais il criait de plus belle (Mc 10, 47-48). Jésus, qui sortait de Jéricho, s'arrête, l'appelle, et l'aveugle rejetant son manteau, vint d'un bond près de Jésus (v. 50). Jésus sait ce que l'aveugle veut, mais il désire qu'il fasse lui-même sa demande. A nous de demander clairement à Dieu ce que nous voulons pour notre corps et, surtout, pour notre âme. C'est un acte de foi. Dès que l'aveugle le fit, il recouvra la vue et il suivit Jésus (v. 52)

Après avoir exposé la supériorité du sacerdoce du Christ, grand prêtre compatissant et miséricordieux (He 4, 14-16) que nous avons médité dimanche dernier, l'auteur de l'épître aux Hébreux reprend l'image du médiateur de la nouvelle Alliance (8, 6; 9, 15; 12, 24) qui offre des dons et des sacrifices pour les péchés (5; 1, 3) et qui est capable d'indulgence pour ceux qui pèchent par ignorance et par erreur (v. 2).

C'est ce que fait le prêtre à la Messe, autre Christ, identifié au grand Prêtre par le sacrement de l'Ordre, participant de l'unique sacerdoce du Christ (Catéchisme de l'Eglise Catholique, n°1547). Le Catéchisme résume merveilleusement notre Foi: "Toutes les préfigurations du sacerdoce de l'Ancienne Alliance trouvent leur accomplissement dans le Christ Jésus unique médiateur entre Dieu et les hommes (1 Tm 2, 5). Melchisédech, prêtre du Très Haut (Gn 14, 18), est considéré par la Tradition chrétienne comme une préfiguration du sacerdoce du Christ, unique Grand prêtre selon l'ordre de Melchisédech (He 5, 10; 6, 20), saint, innocent, immaculé (He 7, 26), qui, par une oblation unique, a rendu parfaits pour toujours ceux qu'Il sanctifie (He 10, 14), c'est-à-dire par l'unique sacrifice de sa Croix." (n° 1544)

Comme le prophète Jérémie, nous pouvons pousser des cris de joie…, Dieu a sauvé son peuple… Ils sont tous là, l'aveugle et le boiteux, la femme enceinte et celle qui vient de mettre au monde; une assemblée immense. (Jr 31, 7-8 – Ière lecture).

Nous pouvons, si nous le voulons, être toujours consolés par le Christ compatissant, qui S'offre à Dieu son Père pour l'expiation de nos péchés, être arrachés à nos aveuglements par notre foi et notre confiance.

Le Seigneur a fait merveille: nous voici dans la joie. (Refrain du psaume 125)

Abbé Christian LAFFARGUE.

(Bulletin paroissial du 28 octobre 2012)

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article