"Mettez la Parole en pratique..." (Jacques 1, 22) - 22ème dim du T.A.-B

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 30 août 2015

22ème dimanche du Temps de l'Année liturgique (B)

LES TEXTES DE LA MESSE

Mettez la Parole en pratique...

(Jacques 1, 22 – IIème lecture)

...ne vous contentez pas de l'écouter, ce serait vous faire illusion. Les textes de cette messe insistent sur l'obéissance due aux commandements (les décrets et ordonnances: Deut 4, 1ère lecture) de Dieu, sur leur mise en pratique (Jacques 1, 2ème lecture), sans hypocrisie (Marc 7, Evangile).

D'abord, tout ce qui vient de Dieu, du Père des lumières, est intangible, car en Lui n'existe aucune variation, ni ombre de changement (Jc 1, 17) (1). Dans le tournis actuel des évolutions et des révolutions qui assomment, perturbent et détruisent bien souvent nos contemporains, le monde instrumentalisé par les médias ne cesse de clamer: "Le monde change, il faut que l'Eglise évolue ! Elle doit se mettre au goût du jour, elle doit suivre l'évolution des mœurs, elle doit s'adapter au monde moderne ! Le Pape François va-t-il le faire ?" Etc.

Vous n'ajouterez rien à ce que je vous ordonne, et vous n'y enlèverez rien, mais vous garderez les commandements du Seigneur votre Dieu tels que je vous les prescris (Deut 4, 2).

Saint Paul écrivait de même à Timothée : Garde le bon dépôt, par l'Esprit Saint qui habite en nous (2 Tm 1,14). Et aux Hébreux : C'est pourquoi nous devons nous attacher avec plus de soin aux enseignements que nous avons entendus, de peur que nous soyons entraînés à la dérive (He 2, 1), de peur de déchoir de notre propre fermeté (2 Pierre 3, 17; épilogue). C'est toujours actuel.

Garder les enseignements du Christ et de son Eglise (la Tradition qui éclaire l'Ecriture ou Parole écrite) pour les mettre en pratique. Non de façon matérielle ou superficielle, mais "faits chair" en notre âme, ils seront notre sagesse et notre intelligence aux yeux de tous les peuples (Deut 4, 6).

Comme la grâce qui a coutume de toucher doucement, légèrement et suavement l'âme de ceux qui font chaque jour des progrès dans la vertu; c'est, pour ainsi dire, une goutte d'eau qui pénètre une éponge (au contraire de l'action du démon qui touche durement, avec bruit et agitation, comme l'eau qui tombe sur la pierre) (Saint Ignace de Loyola, Règles du discernement des esprits pour la seconde semaine, 7ème règle).

L'apôtre saint Jacques dit quant à lui : Rejetant toute souillure, recevez avec douceur la Parole semée en vous; c'est elle qui peut sauver vos âmes (Jc 1, 21). Se garder sans tache devant Dieu le Père, pur loin du monde (2), visiter les orphelins et les veuves dans leur détresse (v. 27).

Dans l'Evangile, le Seigneur fustige l'hypocrisie, l'attachement aux prescriptions rituelles vidées de leur sens et devenues pures formes, alors qu'elles devraient être l'expression de l'honneur dû à Dieu ou aux personnes humaines. Elles sont des moyens et non des fins en soi. Dans la vie quotidienne, la politesse doit être l'expression de la charité; la ponctualité exprime le respect pour ceux avec lesquels on a rendez-vous, d'autant plus s'il s'agit de Dieu et de la messe (3) et, bien sûr, dans les relations conjugales, la tendresse est la fleur de la charité. Jésus cite Isaïe (29, 13): Ce peuple m'honore des lèvres, mais son cœur est loin de moi.

Dans le sens contraire, on ne peut mépriser "les détails" et s'en dispenser. Dans la liturgie, la propreté des nappes, des vases sacrés, des autels, des aubes (prêtres et servants), des ornements, leur beauté, le soin et le respect dus à la présence réelle et substantielle du Christ dans les hosties consacrées et leurs parcelles, manifestent, ou non, la Foi et l'Amour de l'épouse du Christ, l'Eglise, en ses membres (les membres de son Corps). On pense aussi au soin apporté à la table quand on reçoit, à sa tenue vestimentaire (Cf Bulletin du 16 août : "Les textes de la Messe" et les notes)

Nous pouvons méditer aussi la Collecte de cette Messe : Dieu tout-puissant, de qui vient tout don parfait, enracine en nos cœurs l'amour de ton Nom; resserre nos liens avec toi, pour développer ce qui est bon en nous; veille sur nous avec sollicitude, pour protéger ce que tu as fait grandir; par Jésus-Christ...

Abbé Christian LAFFARGUE.

Notes des Textes de la Messe :

(1) Jc 1, 17: traduction des bibles Crampon et de Jérusalem. La nouvelle traduction liturgique traduit : Lui qui n'est pas, comme les astres (?), sujet au mouvement périodique ni aux éclipses.

(2) Jc 1, 27: trad. Crampon. Bible de Jérusalem: se garder de toute souillure du monde. Trad. liturgique: se garder sans tache au milieu du monde.

(3) Un retard non justifié par une cause grave au saint Sacrifice de la Messe, du dimanche en particulier, est cause de plusieurs péchés: 1- envers Dieu qui est offensé et qu'on traite comme le dernier des derniers, 2- envers les autres qu'on dérange si, en plus, on se fait remarquer; 3- et envers le prêtre s'il s'en rend compte et en est incommodé.

N.B.: Cette deuxième lecture est particulièrement "saucissonnée" avec les coupures du verset 20 sur la colère, des vv. 22 et 23 (le reflet fugace dans le miroir et l'accomplissement heureux de la pratique de "la loi de liberté") et le v. 26: Si quelqu'un s'imagine être religieux sans mettre un frein à sa langue, il s'abuse lui-même et sa religion est vaine.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article