"Le Seigneur est mon berger..." (Ps 22, 1) 16è dim du T.A.

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 19 juillet 2015

16ème dimanche du Temps de l'Année liturgique (B)

LES TEXTES DE LA MESSE

Le Seigneur est mon berger...

(Psaume 22, 1)

... je ne manque de rien. Saint Jean précisera: Je suis venu pour que les brebis aient la vie (1) et l'aient en abondance. (Jn 10, 10).

En débarquant, Jésus vit une grande foule et Il fut saisi de compassion parce qu'ils étaient comme des brebis sans berger. Alors, Il se mit à les instruire longuement. (Marc 6, 34 – Evangile). Jésus dira : Je suis le bon pasteur qui donne sa vie pour ses brebis (Jn 10, 11). Dans le Christ Jésus, vous qui étiez loin, vous êtes devenus proches par le sang du Christ (Ephésiens 2, 13) (2). Par sa chair crucifiée, Il a détruit ce qui les séparait, le mur de la haine (v. 14) et les réconcilier avec Dieu les uns les autres en un seul corps par la croix

Il a créé en Lui un seul Homme nouveau (vv. 16, 15).

Dans l'unique et parfait sacrifice de la croix, tu as porté à leur achèvement, Seigneur, les sacrifices de l'ancienne loi; reçois cette offrande des mains de tes fidèles et daigne la sanctifier... (Prière sur les offrandes)

Dans le texte parallèle de Saint Matthieu, on lira : La moisson est abondante mais les ouvriers sont peu nombreux; priez donc le Maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson. (Mt 9, 30-34).

Par Lui, en effet, les uns les autres, nous avons dans un seul Esprit accès auprès du Père. (v. 18)

On se souvient de l'une des formules d'introduction (ou salutation) de la Messe : La grâce du Seigneur Jésus Christ, l'amour de Dieu (le Père) et la communion du Saint Esprit soient avec vous tous (2 Co 13, finale).

Les prophètes – qui annoncent le Christ, le Messie sauveur – fustigent les mauvais pasteurs, les mauvais prêtres (de l'Ancienne ou de la Nouvelle Alliance) : Malheur à vous, pasteurs qui laissez périr et se disperser les brebis de mon pâturage! Vous avez laissé se disperser et s'égarer mes brebis et vous ne vous en êtes pas occupés. (Jérémie 23, 1-2) Suivent la menace des châtiments (v. 2). Le Seigneur, qui est le bon Pasteur (cf Jn 10), s'occupera d'elles et suscitera pour elles des pasteurs qui les conduiront; elles n'auront plus peur et aucune ne se perdra. (v. 4) (3)

Venez à l'écart dans un endroit désert... dit Jésus à ses apôtres, harassés par leur apostolat et pressés par les gens (Marc 6, 31 – Evangile). L'une des deux prières avant la communion rappelle que l'entretien, l'union avec Dieu en dehors du monde, de ses pressions et de son esprit : Voici que je me tiens à la porte et je frappe, dit le Seigneur; si quelqu'un entend ma voix, s'il m'ouvre, j'entrerai chez lui, je prendrai mon repas avec lui, et lui avec moi (Apoc 3, 20). Si quelqu'un entend... S'il m'ouvre... Celui qui a des oreilles, qu'il écoute ce que l'Esprit dit... v. 22). Mes brebis écoutent ma voix..., et elles me suivent (verset de l'Alleluia).

On voit les foules des migrants estivaux se précipiter vers d'autres foules pour faire nombre, vers le bruit, vers le paganisme hédoniste, mettant souvent, pour les chrétiens, Dieu... en vacances, pour Le retrouver, pense-t-on "à la rentrée"...! Dans quel état ? Mon Dieu, quelle folie ! Le repos du corps et de l'esprit est illusoire s'il n'est pas accompagné, précédé, de la nourriture et de la boisson de l'âme qui sont la prière et les sacrements.

La seule et unique préoccupation qui devrait nous habiter c'est d'habiter la maison du Seigneur (Ps 22, 6).

Abbé Christian LAFFARGUE.

(1): La vie éternelle. Jésus la donne (3, 16-36; 5, 40; 6, 33, 35, 48, 51; 14, 6; 20, 31) avec magnificence: cf A p 7, 17; Mt 25, 29; Lc 6, 38. (note de la Bible de Jérusalem, éd. de 1956)

(2) C'est la Croix de Jésus qui a opéré ce rapprochement: d'abord des juifs et des païens, vv. 14-15, ensuite d'eux tous avec le Père, vv. 16-18 (note B. de J.)

(3) On lira avec fruit Ezéchiel 34, 1+, beaucoup plus détaillé.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article