Dieu n'a pas fait la mort... (Sg 1, 13) 13ème dim du T.A.-B

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 28 juin 2015

13ème dimanche du Temps de l'Année liturgique (B) Mois du Sacré-Cœur

LES TEXTES DE LA MESSE

Dieu n'a pas fait la mort...

(Sagesse 1, 13 – Ière lecture)

...Il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants poursuit la première lecture de ce dimanche. L'auteur rappelle, qu'à l'origine, dans la création de Dieu, on ne trouvait pas de poison qui fasse mourir (Sg 1, 14).

Le Catéchisme rappelle que "Dieu crée un monde ordonné et bon". "Issue de la bonté divine, la création participe à cette bonté ("Et Dieu vit que cela était bon (...) très bon" Genèse 1, 4. 10. 12. 18. 21. 31. Car la création est voulue par Dieu comme un don adressé à l'homme, comme un héritage qui lui est destiné et confié." (Catéchisme de l'Eglise Catholique, n°299)

C'est par la jalousie du diable que la mort est entrée dans le monde; et ils en font l'expérience, ceux qui prennent parti pour lui (Sg 2, 24). Dans le 16ème verset du premier chapitre – non retenu par l'extrait de ce jour – l'auteur du livre de la Sagesse écrivait : Pourtant, les impies ont invité la Mort, du geste et de la voix; la tenant pour amie, pour elle ils se consument; ils ont fait un pacte avec elle : ils méritent bien de lui appartenir. On le voit tous les jours, quelquefois en nous et bien autour de nous.

"Les anges et les hommes, créatures intelligentes et libres, doivent cheminer vers leur destinée ultime par (un) choix libre et (un) amour de préférence. Ils peuvent donc se dévoyer. En fait, ils ont péché. C'est ainsi que le mal moral est entré dans le monde, sans commune mesure plus grave que le mal physique. Dieu n'est en aucune façon, ni directement, ni indirectement, la cause du mal moral. Il le permet cependant, respectant la liberté de sa créature, et, mystérieusement, Il sait en tirer un bien." Etc. (C.E.C. n°311)

C'est le Christ, Fils de Dieu envoyé par le Père, qui a été envoyé pour prendre sur Lui nos péchés et nous tirer de l'infortune où nous ils ont plongé. Le péché est la pauvreté la plus grande. Vous connaissez en effet le don généreux de notre Seigneur Jésus Christ : Lui qui est riche, Il s'est fait pauvre à cause de vous, pour que vous deveniez riches par sa pauvreté écrit Saint Paul aux chrétiens de Corinthe (2 Co 8, 9 – IIème lecture).

Notre Sauveur, le Christ Jésus, a détruit la mort; Il fait resplendir la vie par l'Evangile (verset de l'Alleluia).

La vie, la guérison, y compris physique, Il la rend à la fille d'un des chefs de synagogue, Jaïre. La Foi est nécessaire pour ce faire : Ne crains pas ! Crois seulement Lui dit-il (Marc 5, 36 – Evangile). Quant à la femme qui avait des pertes de sang (l'hémoroïsse) depuis douze ans et qui avait dépensé tous ses biens pour suivre les traitements de nombreux médecins sans avoir la moindre amélioration, c'est dans un esprit de foi et de pauvreté qu'elle parvient à toucher seulement le vêtement du Christ. A l'instant, l'hémorragie s'arrêta, et elle ressentit dans son corps qu'elle était guérie de son mal (Mc 5, 25-29). Ma fille, ta foi t'a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal. (v. 34)

Le mal, le péché, c'est la nuit, c'est la mort. Et leur premier effet, c'est l'obscurité qui envahit l'âme. Alors que nous sommes faits pour la lumière. Je suis la lumière du monde a affirmé Jésus (Jean 9, 5). Qui me suit a la lumière de vie (Jn 8, 12). Tant que vous avez la lumière, croyez en la lumière, pour devenir des fils de lumière (Jn 12, 36) alors que les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière (Jn 3, 19).

Voilà pourquoi la collecte de ce 13ème dimanche nous fait prier ainsi :

Tu as voulu, Seigneur, qu'en recevant ta grâce nous devenions des fils de lumière; ne permets pas que l'erreur nous plonge dans la nuit, mais accordes-nous d'être toujours rayonnants de ta vérité.

Par Jésus-Christ, ton Fils, notre Seigneur...

Abbé Christian LAFFARGUE.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article