12ème dim du T.A.-B: "Silence, tais-toi !" (Marc 4, 39)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 21 juin 2015

12ème dimanche du Temps de l'Année liturgique (B) Mois du Sacré-Cœur

LES TEXTES DE LA MESSE

Silence, tais-toi !

(Marc 4, 39 – Evangile)

C'est l'ordre que donna le Christ au vent et à la mer (1) lors de l'épisode de la tempête apaisée, à l'Est du lac de Tibériade et que nous rapportent aussi St Matthieu (8, 18-27) et St Luc (8, 25). Par une violente tempête les vagues s'étaient jetées sur la barque où se tenaient Jésus et ses disciples et la remplissaient. A la poupe (à l'arrière), Jésus dormait sur le coussin. En son humanité fatiguée, il se reposait; en sa divinité, Il veillait. Et les disciples ne voyaient que son humanité : Seigneur, au secours, nous périssons ! (Mt) avec ce reproche: Cela ne te fait rien que nous périssions ! (Mc 4, 38; trad. Osty). Nous aussi, nous nous agitons et nous inquiétons, à juste titre humainement, mais la faiblesse et l'inquiétude de notre nature diminuent la Foi qui devrait être la nôtre. Pourquoi avoir si peur ? (2) N'avez-vous pas de foi ? (v. 40). Leur foi, en effet, était encore balbutiante, puisqu'ils s'interrogent: Qui est-il donc, celui-là, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? (v. 41). Comme les juifs qui s'interrogeaient sur celui qui pardonnait les péchés, ne pouvant ou ne voulant pas croire (car la foi exige une conversion de l'esprit et des mœurs) en la divinité de Jésus de Nazareth.

Les psaumes rappellent l'autorité (rassurante) de Dieu par et en son fils Jésus sur la nature, non seulement le psaume de cette messe (106, str. 3), mais aussi les psaumes 65, 8 et 89, 10.

Le Christ a aussi pouvoir... sur les âmes. En tant que Dieu créateur (du ciel et de la terre, des choses visibles et invisibles. Cf le Credo), et en tant que sauveur. L'amour du Christ nous presse, persuadés que si un seul est mort pour tous, tous ont passé par la mort (...) afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes, mais pour celui qui est mort et ressuscité pour eux. (2 Cor 5, 14-15 – IIème lecture)

Non seulement l'union, par la Foi, mais par la communion, par la grâce comme l'écrit si fortement Saint Paul :

Si donc quelqu'un est dans le Christ, il est une créature nouvelle (v. 17). Régénéré par la rédemption (le sacrifice du Christ mort et ressuscité pour notre salut). Le verset suivant (non retenu par l'extrait de cette messe) l'illustre encore mieux: Tout cela vient de Dieu qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et qui nous a confié le ministère de la réconciliation (v. 18). Quelle responsabilité ! A nous de nous réconcilier avec nous-mêmes et d'être les instruments de la réconciliation: du pardon qui engendre la paix.

Le Seigneur est la force de son peuple, le protecteur et le sauveur de ses fidèles. Sauve-nous, Seigneur, veille sur nous, conduis-nous toujours (Ps 27, 8-9 – Introït)

Silence, tais-toi ! Tais-toi révolte, jugement, tempête dans nos âmes; émotions, passions, agitations. Pourquoi avez-vous peur puisque Je suis là, puisque Je veille, puisque Je vous aime d'un amour protecteur, indéfectible et rassurant même si Je semble dormir, indifférent d'apparence à tous vos combats qui sont les Miens et pour lesquels J'ai versé mon sang. Ceci est mon corps..., ceci est mon sang..., ceux de la nouvelle Alliance dont vous êtes par le baptême de l'Esprit, de l'eau et du sang (cf 1 Jn 5, 6), Toi qui ne cesses jamais de guider ceux que tu enracines solidement dans ton amour (Collecte).

Abbé Christian LAFFARGUE.

(1) La nouvelle traduction liturgique réduit l'ordre au vent. Crampon traduit: Tais-toi ! Calme-toi !

(2) Pourquoi êtes-vous si craintifs ? lit-on dans le nouveau lectionnaire, ce qui en réduit le sens. La crainte et la peur sont quand même différentes de degré. Et on se rappelle de l'exclamation du pape Jean-Paul II : Pourquoi avez-vous peur ?

(3) nous saisit (N.T.L.)

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article