Lumière, Foi et joie. (4ème dimanche de Carême-B)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 15 mars 2015

4ème dimanche de Carême (Année B)

Dimanche Laetare Mois de Saint Joseph.

LES TEXTES DE LA MESSE

Lumière, Foi et joie.

Ce dimanche Laetare (premier mot de l'Introït de la messe: Réjouissez-vous...), où le prêtre peut revêtir des ornements roses et où on peut "toucher l'orgue" (comme au dimanche Gaudete, troisième de l'Avent), est mêlé de douleur (s), de lumière et de Foi..., d'Espérance aussi avec la perspective de la résurrection et du salut.

De douleur (s): avec le pillage de Jérusalem et la déportation à Babylone du peuple juif qui avait multiplié les infidélités et imité les abominations des nations païennes, profanant la Maison du Seigneur à Jérusalem (2 Ch 36, 14). Quand on lit que les jeunes gens et jeunes filles à l'intérieur du sanctuaire, les vieillards et les infirmes ne furent pas épargnés par le roi des Chaldéens, que tous les trésors liturgiques et le mobilier furent emportés (et Dieu le permit à cause de l'opposition des croyants aux envoyés de Dieu et à leur enseignement) (2 Ch 36; 15-19) , on pense à tant de chrétiens martyrs de par le monde, exilés, de tant de saccages de lieux-saints...!

De lumière, parce que le Christ, en offrant Son sacrifice sur la croix, a vaincu les ténèbres de l'ignorance, du péché et de la mort. Ne soyons pas de ceux qui ont préféré les ténèbres à la lumière. Pourquoi ? Parce que leurs œuvres étaient mauvaises et que celui qui fait le mal déteste la lumière de peur que ses œuvres ne soient dénoncées (Jean 3, 19-20 – Evangile). Et ils n'aiment pas les prêtres qui touchent les points sensibles, ceux qui sont à réformer... Vérité et lumière vont de pair (cf v. 21) Et nous ne devons pas avoir peur, nous ne devons pas nous laisser intimider, même par les profanateurs !

Cette Lumière de la Vérité, de la présence de Dieu (dans l'Eucharistie notamment), nous a été confiée : Vous êtes la lumière du monde. Une ville ne peut être cachée quand elle est située sur une montagne. On n'allume pas non plus une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais sur le lampadaire, et elle resplendit pour tous... (Matthieu 5, 14-15)

Lumière de la Foi. Car Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle (Jn 3, 16).

Nous étions morts par suite de nos fautes, Il nous a donné la vie avec le Christ: c'est bien par la grâce que vous êtes sauvés (Ephésiens 2, 5 – IIème lecture) car Dieu est riche en miséricorde (v. 4). Richesse surabondante de la grâce de Dieu par bonté pour nous dans le Christ Jésus. Et Saint Paul insiste : C'est bien par la grâce que vous êtes sauvés, et par le moyen de la Foi. La grâce divine ou sanctifiante n'est pas méritée et toutes nos bonnes actions n'y suffiraient pas : Cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. Cela ne vient pas des actes (des œuvres) : personne ne peut en tirer orgueil (afin que nul ne se glorifie: trad. Crampon) (Eph 2, 8-9).

Ce ne sont pas d'abord les (bonnes) œuvres qui comptent, c'est d'abord de vivre dans la Lumière et la Vérité qui sont Dieu Lui-même : Celui qui accomplit (qui fait, traduit la nouvelle traduction liturgique) la vérité vient à la lumière, pour qu'il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en (union avec ajoute la N. T. L.) Dieu (v. 21, finale).*

Comme pour la finale du deuxième livre des Chroniques (1ère lecture), après les destructions et les profanations, les reniements du peuple élu, vint le roi de Perse Cyrus qui s'engage à "rebâtir la maison de Dieu à Jérusalem de Juda" (2 Ch 36, 23). Dieu ne nous abandonnera pas et le relèvement, la résurrection, se produira lorsque "les hommes préfèreront - à nouveau – la lumière aux ténèbres"...

Laetare Jerusalem... Réjouissez-vous avec Jérusalem, exultez à cause d'elle, vous qui l'aimez ! Ainsi vous serez nourris et rassasiés de l'abondance de sa joie. (Isaïe 66, 10-11 – Introït)

Abbé Christian LAFFARGUE.

* (...) Le bien survient alors quand on fait la vérité en soi et hors de soi par retour vers la Lumière, qu'on l'accueille dignement et qu'on lui reste fidèle jusqu'au bout. (Note de la Bible Crampon, éd. 2004, pour le Nouveau Testament)

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article