J'établis mon alliance avec vous... (Gn 9, 9)-1er dim de carême-B

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 22 février 2015

1er dimanche de Carême (Année B)

LES TEXTES DE LA MESSE

J'établis mon alliance avec vous...

(Genèse 9, 9 – 1ère lecture)

Après le déluge (cf Gn 6, 5 à 7, 23), suprême purification terrestre, cette nouvelle alliance avec les rescapés préfigure la nouvelle Alliance dans le sang de Jésus qu'Il scellera sur la Croix, le Vendredi-saint. Le signe de cette alliance avec la nouvelle humanité purifiée et déjà rachetée est l'arc-en-ciel. A cette époque là, accrocher son arc au mur, était le signe d'un temps de paix. L'arc-en-ciel est cet arc que Dieu accroche dans le ciel, sa tente (note de la Bible des peuples).

Saint Pierre (cf IIème lecture) explique que l'arche de Noé était une figure du baptême qui nous sauve aujourd'hui. Baptême qui ne purifie pas de souillures extérieures mais qui sauve l'âme par la résurrection de Jésus-Christ, monté au Ciel à la droite de Dieu (1 P 3, 21-22). En passant, saint Pierre mentionne la descente de l'âme du Christ unie à sa personne divine aux enfers (cf le Credo): aux esprits en captivité. Ce sont "les âmes des sauvés qui attendaient leur libérateur, le Rédempteur, dans le sein d'Abraham, pour libérer les justes qui L'avaient précédé".

(cf Catéchisme, nn. 632-637)

Les quarante jours de carême sont à l'image des quarante jours que le Christ poussé par l'Esprit passa dans le désert (le désert de Juda, au mont de la Quarantaine, non loin de Jéricho) pour être tenté par Satan (Marc 1, 12-13 – Evangile). C'est en saint Matthieu (4, 1-11) que seront détaillées les tentations que subit Jésus et que nous méditons dans l'année liturgique A. L'acclamation de l'Evangile (qui remplace l'Alleluia) choisie par certains missels en porte la trace (de même la première prière avant la communion): L'homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu (réponse de Jésus à Satan: Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. Mt 4, 3-4)

La Préface exprime admirablement le sens de cette quarantaine: En jeûnant quarante jours au désert, il consacrait le temps du Carême; lorsqu'Il déjouait les pièges du tentateur, il nous apprenait à résister au péché, pour célébrer d'un cœur pur le mystère pascal, et parvenir enfin à la Pâque éternelle.

De nouveau, nous entendons le Christ nous dire aujourd'hui: Les temps sont accomplis: le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l'Evangile ! (v. 15)

C'est d'abord de la Lumière dont nous avons besoin, pour nous connaître à la lumière de la connaissance de Jésus-Christ. C'est ce qu'indique la Collecte de la Messe: Accorde-nous, Dieu tout-puissant, tout au long de ce carême, de progresser dans la connaissance de Jésus-Christ et de nous ouvrir à sa lumière par une vie de plus en plus fidèle...

Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve (Psaume 24, 4-5).

Quand mon serviteur m'appelle, dit le Seigneur, je lui réponds, je reste près de lui dans son épreuve.

Je vais le délivrer, le glorifier, de longs jours je vais le rassasier. (Introït – Psaume 90, 15-16)

Paroles pleines de consolation (non sensible !) et d'Espérance au milieu de nos maux (qui, souvent, n'ont pas commencé au temps liturgique du carême !)

Abbé Christian LAFFARGUE.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article