La Sainte Famille (dimanche dans l'octave de Noël)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 28 décembre 2014

Fête de la Sainte Famille – Année B –

Dans l'octave de Noël

LES TEXTES DE LA MESSE

Les bergers trouvèrent Marie et Joseph avec le nouveau-né

(Luc 2, 16 - Introït)

… couché dans une crèche (ou mangeoire). C'est par cette scène de la Nativité où l'on voit les bergers alertés par un ange du Seigneur que dans la ville de David leur était né un Sauveur qui est le Christ Seigneur (Lc 2; 9, 11) que commence la messe de la fête de la famille modèle, Joseph, Marie et Jésus: des parents et un enfant.

Certes, me direz-vous, c'est miraculeusement que Marie a conçu (Lc 1, 34-35), mais un vrai amour l'unissait à Joseph, et, tous deux, étaient unis dans l'Amour et la Volonté de Dieu.

Joseph était bien considéré comme le chef de famille. Ce n'est pas Marie qui lui apprit l'annonce de l'archange Gabriel, c'est Dieu Lui-même par un ange (Mt 1, 20: Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse…) qui lui demande de lui donner le nom de Jésus, "le Seigneur sauve" (v. 21). C'est encore Joseph qui conduit Marie son épouse, près d'accoucher, de Nazareth à Bethléem, la ville de David pour se faire recenser (Lc 2, 4-5). C'est à lui encore que l'ange apparaît en songe pour qu'il prenne l'enfant et sa mère pour fuir en Egypte et échapper ainsi à la fureur d'Hérode (Mt 2, 13) et pour lui demander de revenir : Lève-toi; prends l'enfant et sa mère, et pars pour le pays d'Israël…(v. 20)

Pour la présentation de Jésus au Temple (4ème mystère joyeux du Rosaire - Evangile), Saint Luc parle toujours des parents de Jésus (Lc 2; 22, 27 et 33). Pour la perte et le recouvrement de Jésus au Temple (5ème mystère), aussi (vv. 43 et 48); même si c'est la Vierge Marie qui lui parle: Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ?- Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth , et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces évènements. (v. 51)

Syméon est le type même du juif juste et religieux qui attendait la consolation d'Israël (le consolateur était l'un des titres donnés au Messie. Cf Isaïe 40, 1; 52, 9). De ce fait, l'Esprit Saint était sur lui (Luc 2, 25-26). Comme la prophétesse Anne, veuve après sept ans de mariage, âgée de 84 ans, fréquentant assidûment le Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière (vv. 36-37). Ils n'attendaient pas le messie temporel, le libérateur politique puissant et efficace ! Modèles de la vertu d'Espérance quand il n'y a plus rien à espérer !

Vois: cet enfant provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de contradiction, et toi, ton âme sera traversée d'un glaive. Ainsi seront dévoilées les pensées de bien des cœurs (vv. 33-35. Trad. Osty). Il annonce les mystères douloureux, les souffrances de la Vierge Marie et les affrontements crées par le Messie entre ceux qui L'accepteront et ceux qui le combattront car "leurs pensées seront révélées". (cf aussi Lc 12, 51)

Le cher Pape émérite Benoît XVI écrivait ceci sur la famille: "Jésus a voulu naître et grandir dans une famille humaine; il a eu pour mère la Vierge Marie et Joseph a été un père pour lui; ils l'ont élevé et éduqué dans un immense amour. La famille de Jésus mérite véritablement le titre de sainte, car elle est entièrement prise par le désir de remplir la volonté de Dieu, incarnée par l'adorable présence de Jésus. D'une part, c'est une famille comme toutes les autres, et, en tant que telle, un modèle d'amour conjugal, de collaboration, de sacrifices, de confiance dans la divine Providence, de travail et de solidarité, en bref, de toutes les valeurs que la famille préserve et promeut, en contribuant de façon primordiale à former le tissu de chaque société." (cité par le mensuel Magnificat de décembre 2014, p. 395)

Faisons nôtre la Prière sur les offrandes de la Messe de la Sainte Famille:

A la prière de la Vierge Marie, mère de Dieu, et à la prière de saint Joseph, affermis nos familles, Seigneur, dans ta grâce et dans la paix...

Abbé Christian LAFFARGUE.

Je serai absent du 30 déc. au 3 janvier. Le prochain Bulletin sera expédié le samedi 3 en fin d'après-midi. Les textes de la Messe (Epiphanie) seront en ligne sur ce blog (abbe.laffargue.over-blog.com) à partir du vendredi.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article