IVème de l'Avent: "Voici la servante du Seigneur..." (Luc 1, 38

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 21 décembre 2014

4ème dimanche de l'Avent – Année B –

LES TEXTES DE LA MESSE

Voici la servante du Seigneur...

(Luc 1, 38 – Evangile)

...qu'il m'advienne selon ta parole. C'est la réponse de la Vierge Marie à l'annonce que lui porta l'archange Gabriel que Dieu l'avait choisie pour être le mère du sauveur annoncé par les prophètes. L'incarnation du Verbe. Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous (Saint Jean dans le prologue de son Evangile 1, 14).

Voici que la Vierge concevra et elle enfantera un fils; on lui donnera pour nom Emmanuel: "Dieu avec nous" (Matthieu 1, 23/ Isaïe 7, 14 – Antienne de la communion).

Cette incarnation qui se reproduit sur l'autel du saint sacrifice de la Messe lorsque le saint Esprit est appelé par le prêtre sur le pain et le vin* lorsqu'il impose ses mains sur les oblats avant la consécration. C'est ce que rappelle la prière sur les offrandes: Que ton Esprit, Seigneur notre Dieu, dont la puissance a fécondé le sein de la Vierge Marie, consacre les offrandes posées sur cet autel...

Dans le propre de la Nativité ajouté aux quatre prières eucharistiques, l'Eglise – l'Epouse du Christ – dit ceci :

Nous célébrons la nuit très sainte/le jour très saint où Marie, dans la gloire de sa virginité, enfanta le Sauveur du monde.

Dans son sermon pour Noël, que nous lirons à l'Office des lectures le 25 décembre, Saint Léon le Grand († 461), écrit : Mes bien-aimés, il nous faut rendre grâces à Dieu le Père, par son Fils, dans l'Esprit Saint; avec la grande miséricorde dont il nous a aimés, il nous a pris en pitié, et alors que "nous étions morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ" (Eph 2, 5) pour que nous soyons en lui une nouvelle création, une nouvelle œuvre de ses mains. (...) Par le sacrement de baptême, tu es devenu temple du Saint-Esprit. Garde-toi de mettre en fuite un hôte si noble par tes actions mauvaises, et de retomber ainsi dans l'esclavage du démon, car tu as été racheté par le sang du Christ.

La Collecte de la messe de ce quatrième dimanche de l'Avent reprend l'oraison de l'angelus et rappelle que le divin Enfant, dans le sein de Marie pendant neuf mois, et bientôt sous nos yeux dans la crèche de l'étable, est déjà l'hostie – la victime – qui S'offre en sacrifice pour nos péchés: Que ta grâce, Seigneur notre Père, se répande en nos cœurs: par le message de l'ange, tu nous as fait connaître l'incarnation de ton Fils bien-aimé, conduis-nous par sa Passion et pas sa croix jusqu'à le gloire de la résurrection; par Jésus-Christ...

C'est l'Alliance nouvelle du Dieu fidèle. Le mot fidélité parcourt le psaume 88: L'amour du Seigneur, sans fin je le chante; ta fidélité, je l'annonce d'âge en âge... Ta fidélité est plus stable que les cieux... Sans fin je lui garderai mon amour, mon alliance avec lui sera fidèle.

Préparons saintement, spirituellement l'anniversaire de la naissance de notre sauveur, il y a quelque deux mille quatorze ans, loin de tout matérialisme consumériste (les réveillons, si "réveillon" il y a, n'ont pas de place le 24 décembre mais le 31 !), dans la gravité de la joie surnaturelle et de l'Espérance afin que notre ferveur grandisse à l'approche de Noël, pour bien fêter la naissance du Fils de Dieu (Prière après la communion).

Bon et saint Noël en union de cœur et d'émotion avec nos frères chrétiens d'Orient chassés et persécutés !

Abbé Christian LAFFARGUE.

* C'est l'épiclèse. Le mot épiclèse tire son étymologie des deux mots grecs: epi ("sur") et kaleo ("appeler").

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article