Le grand et premier commandement. (Mt 22, 38)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 26 octobre 2014

30ème dimanche du Temps de l'Année liturgique - A -

Mois du Rosaire.

LES TEXTES DE LA MESSE

Le grand et premier commandement.

(Mt 22, 38 – Evangile)

Nous sommes dans les jours qui ont précédé la Passion de Jésus, les controverses dans le temple de Jérusalem. Les Pharisiens et les Sadducéens, démontés et humiliés par les réponses et les arguments du Christ, dépêchent l'un des leurs, un docteur de la Loi pour le mettre à l'épreuve (vv. 34-35). Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? Jésus lui répond: Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit (ou de toute ta force. Deut. 6, 5) (vv. 36-37). Mais Il ajoute aussitôt: Et le second lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même (1) (Lv 19, 18). De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les prophètes (vv. 39-40). En Saint Marc, le Seigneur donne d'abord le début de la plus importante prière juive, la shema (Deut 6, 4): Ecoute Israël ! Le Seigneur notre Dieu est l'unique Seigneur (Mc 12, 29); et la réaction répétitive mais touchante du scribe, touché par la grâce. Et effet, celui-ci, non seulement entend la leçon, mais la comprend et l'explicite: ("Aimer le Dieu unique de tout son cœur, son intelligence et sa force et aimer le prochain comme soi-même") vaut mieux que tous les holocaustes et les sacrifices (v.33) (2)

Jésus rendra hommage au docteur de la Loi, honnête et de bonne volonté: Tu n'es pas loin du Royaume de Dieu (v. 34).

On pense à la parabole du bon Samaritain où, là aussi, un docteur de la Loi, pour l'éprouver, lui avait demandé ce qu'il devait faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? Jésus l'avait renvoyé à ce qui était écrit dans la Loi: l'amour de Dieu et du prochain. C'est alors que le légiste avait demandé qui était son prochain ? (Lc 10, 25...). Jésus l'avait renvoyé à la sainte Ecriture. Et son interlocuteur avait cité les textes du Deutéronome et du Lévitique (déjà cités). Jésus avait conclu: Tu as bien répondu; fais cela, et tu vivras (Lv 18, 5). Mais l'autre avait insisté: Et qui est mon prochain ?. C'est alors que le Seigneur avait donné la parabole du Bon samaritain avec la conclusion: Celui qui s'est montré le prochain de l'homme tombé aux mains des brigands est celui qui a exercé la miséricorde envers lui. Va, et toi aussi, fais de même (Lc 10, 36-37).

Dans l'Exode (première lecture), Dieu, par Moïse, avait demandé de ne pas maltraiter l'immigré, de ne pas accabler la veuve et l'orphelin, de ne pas agir envers le pauvre comme un usurier en lui imposant des intérêts, de ne pas garder le manteau du prochain, le seul qu'il ait pour se couvrir, mais de le rendre avant le coucher du soleil. Et s'il se plaint au Seigneur, Lui l'écoutera car Il est compatissant (Ex 22, 20-26).

Il s'agit d'imiter le Seigneur et lui, Paul, afin que tous racontent l'accueil qui leur a été fait. Là est le signe de la vraie conversion à Dieu en se détournant des idoles (1 Th 1, 9 – IIème lecture). L'idolâtrie de l'argent a toujours été un contre-témoignage car vous ne pouvez servir Dieu et l'argent (Mt 6, 24; Lc 16, 13) et l'amour de l'argent est la racine de tous les maux (1 Timothée 6, 9-10).

Dieu est amour (1 Jn 4, 16). Celui qui aime est né de Dieu: il connaît Dieu (verset de l'Alleluia).

Le Christ nous a aimés et s'est livré pour nous en offrant à Dieu le seul sacrifice qui soit digne de Lui (Ephésiens 5, 2 – Prière de la communion).

Abbé Christian LAFFARGUE.

(1) Saint Paul écrira aux romains: n'ayez de dette envers personne, sauf celle de l'amour mutuel, car celui qui aime les autres a pleinement accompli la Loi. Etc (Rm 13, 8-10)

(2) ... vaut mieux que tous les holocaustes... Marc 12, 33 : Cf 1 Sm 15, 22; Ps 40, 7-9; Amos 5, 21-25.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article