Pentecôte: " L'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs..." (Rm 5, 5)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 8 juin 2014

Fête de la Pentecôte, solennité. Mois du Sacré Cœur de Jésus

LES TEXTES DE LA MESSE

L'amour de Dieu a été répandu dans nos cœurs...

... par son Esprit qui habite en nous, alleluia (Romains 5, 5 – Introït). En nos cœurs est la traduction exacte. "Dieu est Amour (1 Jn 4; 8, 16) et l'Amour est le premier don, il contient tous les autres" dit le Catéchisme; qui poursuit: "Cet Amour, Dieu l'a répandu dans nos cœurs par l'Esprit qui nous fut donné (Rm 5, 5) (n° 733)*

Cinquante jours après Pâques, les apôtres étant réunis au cénacle à Jérusalem, comme le Christ l'avait ordonné avant son Ascension, avec la Vierge Marie, ils furent tous remplis de l'Esprit-Saint (Actes des Apôtres 2, 4 – Ière lecture). Il se manifesta par le vent et par le feu (vv. 2, 3). Ce sont deux manifestations et symboles du Saint-Esprit (avec l'onction, la nuée et la lumière, le sceau, la main, le doigt, la colombe). "Alors que l'eau – du baptême en particulier – signifiait la naissance et la fécondité de la Vie donnée dans l'Esprit Saint, le feu symbolise l'énergie transformante des actes de l'Esprit Saint." écrit le Catéchisme (n° 696) qui cite: Je suis venu jeter un feu sur la terre et combien je voudrais qu'il fût déjà allumé (Luc 12, 49) et N'éteignez pas l'Esprit (1ère épître aux Thessaloniciens 5, 19).

Comme Il est lumière, la Lumière même de Dieu, Dieu Lui-même, c'est Lui qui donne la connaissance, la Foi.

Sans le Saint-Esprit, personne n'est capable de dire: Jésus est le Seigneur. Un païen, au contraire, entraîné sans contrôle vers les idoles muettes, jettera l'anathème sur le Christ Jésus (1 Corinthiens 12, 2-3 – IIème lecture).

La Foi est un don, une vertu théologale infuse, reçue au baptême, développée par l'éducation chrétienne ("le catéchisme", école de la foi) – ou contrariée, empêchée, dissoute en son absence - , confirmée et amplifiée par le sacrement de Confirmation. La Foi n'est pas un bloc monolithique, un système de pensée, une idéologie, une tradition même, figée et fermée, mais une vie. Voilà pourquoi, Saint Paul écrit : Les dons de la grâce sont variés, mais c'est le même Esprit. Les services sont variés, mais c'est le même Seigneur. Les activités sont variées, mais c'est le même Dieu qui agit en tout et en tous (1 Cor 12, 4-6). Le corps forme un tout, il a pourtant plusieurs membres... qui, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps. Il en est ainsi pour le Christ (v. 13)

La réception, l'accroissement, de l'Esprit-Saint en nos âmes est inséparable de la mission d'Evangélisation du monde dans lequel la Providence nous a placés. Bien que nous ne soyons pas du monde (dont il faut nous garder: cf Jn 17, évangile de mercredi dernier, à compléter avec Jn 16, 25-33), nous sommes dans le monde, non pas pour nous conformer à son esprit et à ses mœurs, mais pour lui faire connaître et aimer le Christ sauveur fils de Dieu

Le soir de Pâques, quand Jésus ressuscité apparaît à ses apôtres, leur montrant ses mains et son côté (Jean 20, 20 – Evangile), Il les envoie en mission: Comme le Père m'a envoyé, moi aussi, je vous envoie (v. 21). Pas pour parler de la pluie et du beau temps et, surtout "ne pas parler de Dieu et de la Foi", comme me le disait un jeune prêtre ces jours-ci au Sanctuaire (aumônier d'une école "catholique", il avait osé proposer une prière aux enfants et s'était fait vertement reprendre par la directrice !) ou des membres d'aumônerie ("catholique") d'hôpitaux ou de maisons de retraite, mais pour obéir à "l'ordre de mission" du Christ: Allez ! De toutes les nations faites des disciples: baptisez-les au nom du Père..., apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. (finale de Mt 28, 19-20). Et, en premier lieu, pour sauver les âmes en les purifiant de leurs péchés, c'est-à-dire, comme pour la messe, en continuant l'œuvre rédemptrice du Christ: Recevez l'Esprit Saint. A qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus (Jn 20, 22-23).

Et ceci dans la grâce singulière de ce singulier Esprit Saint : Hôte très doux de notre âme, adoucissante fraîcheur, qui lave ce qui est souillé, baigne ce qui est aride, guérit ce qui est blessé, assouplit ce qui est raide, réchauffe ce qui est froid et rend droit ce qui est faussé… (Séquence de la Messe : Veni, sancte Spiritus , XIIème-XIIIème siècle).

Alors, nous pourrons dire avec ferveur: Viens, Esprit Saint ! Pénètre le cœur de tes fidèles ! Qu'ils soient brûlés au feu de ton amour ! (verset de l'Alleluia)

Abbé Christian LAFFARGUE.

* Il est recommandé de relire l'article 8 (Je crois en l'Esprit Saint) du Credo ("La profession de foi chrétienne") dans le Catéchisme de l'Eglise Catholique (C.E.C.) qui précise où le Saint-Esprit se manifeste et se fait connaître: "Dans les Ecritures qu'Il a inspirées; dans la Tradition, dont les Pères de l'Eglise sont les témoins toujours actuels; dans le Magistère de l'Eglise (Magistère ordinaire et extraordinaire du Pape et des évêques unis au Pape. Ndlr) qu'Il assiste; dans la liturgie sacramentelle, à travers ses paroles et ses symboles, où l'Esprit Saint nous met en communion avec le Christ; dans la prière dans laquelle Il intercède pour nous; dans les charismes et les ministères par lesquels l'Eglise est édifiée; dans les signes de vie apostolique et missionnaire; dans le témoignage des saints où Il manifeste sa sainteté et continue l'œuvre du salut." (n°688)

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article