Suivons-le dans sa Passion… (Dimanche des Rameaux)

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 13 avril 2014

Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur – A –

LES TEXTES DE LA MESSE

Suivons-le dans sa Passion

... jusqu'à la croix pour avoir part à sa résurrection et à sa vie (monition du prêtre avant la bénédiction des rameaux). Nous entrons dans "la grande semaine", la Semaine sainte. Comment ne pas être, une fois encore, bouleversés par ce que nous allons revivre ? Ne sommes-nous pas comme le peuple juif, qui, un moment, porte le Christ en triomphe, agitant les palmes de nos professions de foi, de nos promesses un jour ferventes,

un autre, oubliées avec ingratitude, abandonnées sous la menace de l'opinion publique ? Non, je ne te trahirai pas ! jurons-nous comme Pierre (Mt 26, 33) et puis, par peur d'être désignés comme de ses disciples, nous le renions parce que le vent a tourné (vv. 69-72) !

Comment ne pas être remplis d'effroi en entendant ce cri déchirant les cieux muets : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ? (Mt 27, 46 – repris dans le refrain du psaume 21)

Lui, de condition divine… s'est anéanti lui-même prenant la condition de serviteur, se rendant semblable aux hommes…, il s'est abaissé devenant obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.

(Ephésiens 2, 6-8 – IIème lecture)

"Vous avez établi le salut du genre humain dans le bois de la croix, afin que la vie rejaillît par où la mort avait surgi, et que celui qui triomphait sur un arbre fût vaincu aussi sur un arbre…" (Préface de la sainte Croix dans la forme extraordinaire de la Messe romaine) (*)

""Attristé de l'égarement de notre premier père (Adam, le péché originel, cf Genèse 3. Ndlr) qui tomba dans la mort en mordant le fruit néfaste, le créateur choisit lui-même un arbre pour réparer la malédiction de l'arbre." (Hymne Pange lingua, VIème s., Office des lectures de la Semaine sainte, str. 2)

"Ô croix, bénédiction du monde, espérance et sûre délivrance, jadis soutien de la géhenne, maintenant porte lumineuse du ciel." (Saint Pierre Damien, + 1072, Hymne de l'office de Sexte pour le Vendredi et le Samedi saints)

"Ô croix dressée sur le monde, ô croix de Jésus-Christ ! Fleuve dont l'eau féconde, du cœur ouvert a jailli; par toi la vie surabonde, ô croix de Jésus-Christ !

Ô croix, sublime folie, ô croix de Jésus-Christ ! Dieu rend par toi la vie, et nous rachète à grand prix: l'amour de Dieu est folie, ô croix de Jésus-Christ !" chanterons-nous vendredi.

"Alors, courons avec lui qui se hâte vers sa Passion; imitons ceux qui allèrent au-devant de lui. Non pas pour étendre sur son chemin, comme ils l'ont fait, des rameaux d'olivier, des vêtements ou des palmes. C'est nous-mêmes qu'il faut abaisser devant lui, autant que nous le pouvons, par l'humilité du cœur et la droiture de l'esprit, afin d'accueillir le Verbe qui vient, afin que Dieu trouve place en nous, lui que rien ne peut contenir.

(…) C'est nous-mêmes que nous devons, en guise de vêtements, déployer sous ses pas."

Saint André de Crète (+ 740), Office des lectures du dimanche des Rameaux.

Ceci est mon corps… Ceci est mon sang… (Mt 26; 26, 28 et 1 Cor 11, 23-25). Le sacrement (de l'Eucharistie), fruit du sacrifice (de la croix). Son sacerdoce, celui de la nouvelle Alliance, transmis à ses prêtres. L'unique Sacrifice perpétué sur les autels jusqu'à la fin du monde pour arracher les âmes des vivants et des morts (vivis atque defunctis, offrande du pain dans la forme extraordinaire du rite romain) à l'emprise du mal.

Entrons généreusement dans cette semaine, sanctifions-la, laissons tout le reste, préparons soigneusement notre confession pascale (faire ses pâques) et après l'avoir suivi dans les épreuves, puissions-nous entrer avec Lui dans sa gloire de ressuscité (Bénédiction solennelle).

Abbé Christian LAFFARGUE.

(*) Missel quotidien complet. Le Barroux (83), 2013, p. 1073. Le Dom Lefebvre traduisait ligno par bois.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article