Dimanche de Pâques: la Résurrection du Christ

Publié le par Abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 20 avril 2014

Dimanche de Pâques: la Résurrection du Seigneur

LES TEXTES DE LA MESSE

Vous êtes ressuscités avec le Christ.

(Colossiens 3, 1 – IIème lecture)

Au terme des quarante jours de Carême, au terme de la Semaine sainte et surtout du triduum pascal, en fonction de la mort à nous-même que nous avons opéré, nous sommes ressuscités, libérés, rendus à la vie. Le Vidi aquam, du début de la messe – qui remplace l'asperges me et que nous garderons jusqu'à Pentecôte –

où nous sommes aspergés de l'eau bénite de la veille par le célébrant, nous rappelle notre baptême et celui qu'ont reçu les catéchumènes en la nuit pascale. Le Christ est vainqueur de la mort. Avec lui et en lui, nous sommes ressuscités: le baptême, en effet, nous a plongés dans sa mort pour nous faire partager sa résurrection. Que cette eau vienne renouveler nos cœurs et raviver en nous la grâce de la vie ressuscitée. Qu'elle nous purifie et nous redonne la joie de croire pourra dire le célébrant.

Le jeudi dans l'octave de Pâques, à l'office des lectures, nous lirons ce texte d'une catéchèse de Jérusalem aux nouveaux baptisés: Celui qui est dans la nuit ne voit plus rien, tandis que celui qui est dans le jour vit dans la lumière. C'est ainsi qu'en étant plongés comme dans la nuit vous ne voyiez rien; mais en sortant de l'eau vous vous retrouviez comme dans le jour. Dans un même moment vous mouriez et vous naissiez. Cette eau de salut est devenue à la fois votre sépulture et votre mère.

Aujourd'hui, Dieu notre Père, tu nous ouvres la vie éternelle par la victoire de ton Fils sur la mort, et nous fêtons sa résurrection. Que ton Esprit fasse de nous des hommes nouveaux pour que nous ressuscitions avec le Christ dans la lumière de la vie. Par Jésus-Christ... (Collecte)

Cette lumière de la foi est douce. Elle n'est pas aveuglante. Elle n'est pas péremptoire. Au centurion Corneille, Pierre dira que "Dieu a ressuscité Jésus le troisième jour. Il lui a donné de se manifester, non pas à tout le peuple, mais à des témoins qu'Il avait choisis (...) et qui ont été chargés de L'annoncer à tous." (Actes des apôtres 10, 40-42 – Ière lecture). Il laisse la liberté de voir, de toucher, d'entendre spirituellement ceux qui veulent bien Le chercher, Le connaître, L'aimer et Le suivre.

Parmi ces témoins, après la très Sainte Vierge Marie, sa mère, il y a celle qui avait accepté de mourir à ses péchés, de changer de vie et de le suivre dans sa mort: Marie de Magdala, Marie-Madeleine. L'Evangile d'aujourd'hui relate en saint Jean (20, 1-9) la découverte qu'elle fit de grand matin du tombeau vide. Elle ne restera pas (mais elle reviendra, car son cœur aime, et nous aurons le récit de la rencontre mardi en Jn 20, 11-18) , mais courra aussitôt vers l'Eglise, vers Simon-Pierre (qui, pourtant, n'avait pas été au pied de la croix)...

Dis-nous, Marie-Madeleine, qu'as-tu vu en chemin ? J'ai vu le sépulcre du Christ vivant, j'ai vu la gloire du Ressuscité. J'ai vu les anges ses témoins, le suaire et ses vêtements. Le Christ, mon espérance, est ressuscité !

Nous le savons : le Christ est vraiment ressuscité des morts. Ô Roi victorieux, prends-nous en pitié. Amen. Alleluia ! (Séquence Victimae paschali laudes, XIème s.)

Frères, vous êtes ressuscités avec le Christ. Recherchez donc les réalités d'en haut: c'est là qu'est le Christ, assis à la droite de Dieu. Tendez aux réalités d'en haut, non à celles de la terre. En effet, vous êtes morts avec le Christ, et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu (Saint Paul aux chrétiens de Colosses: 3, 1-3)

Que demeure en vous la grâce de Dieu, la grâce pascale qu'Il vous offre aujourd'hui: qu'elle vous protège de l'oubli et du doute... Qu'Il vous rappelle toujours cette joie, que rien, pas même la mort, ne pourra vous ravir... Suivez maintenant les pas du Ressuscité; suivez-le désormais jusqu'à son royaume où vous posséderez enfin la joie parfaite.

Et que Dieu tout-puissant vous bénisse, le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Amen, Alleluia !

(Bénédiction solennelle)

Abbé Christian LAFFARGUE.

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article