Parler ou se taire ? (pour les pasteurs peureux)

Publié le par abbé C. Laffargue

Doit-on parler ou se taire ? :

(les épiscopes peureux et dont la doctrine de "gouvernement" se résume à "surtout pas de vagues !" devraient s'en inspirer)

Saint Grégoire le Grand (540-604) répond: "Souvent, des supérieurs, manquant de sagesse et craignant de perdre la bienveillance des hommes, ont peur de dire franchement ce qui est bien; mais selon une parole de la Vérité en personne, ils n'accomplissent plus leur service, qui est de garder le troupeau avec le zèle des pasteurs mais, comme des mercenaires, ils s'enfuient à l'arrivée du loup lorsqu'ils se cachent dans le silence.

C'est pourquoi, le Seigneur les blâme, par la bouche du Prophète, en les traitant de chiens muets, incapables d'aboyer. Et il s'en plaint encore lorsqu'il dit: Vous n'êtes pas montés à l'assaut, vous n'avez pas construit un rempart pour la maison d'Israël, afin de tenir fermes dans le combat. Monter à l'assaut, c'est s'opposer aux puissances de ce monde, par une parole hardie pour défendre le troupeau (…). Pour un pasteur, craindre de dire ce qui est bien, n'est-ce pas la même chose que de prendre la fuite par son silence ? (…) Celui qui accède au sacerdoce reçoit l'office du héraut, qui est de proclamer la venue du juge redoutable qui le suit. Si donc le prêtre ne sait pas prêcher, comment criera-t-il, ce héraut muet ?"

(au Bréviaire, matines du dimanche de la 27ème semaine du Temps liturgique, 5 octobre)

Publié dans Foi

Commenter cet article