Cherchez d'abord le royaume de Dieu… (Mt 6, 33)

Publié le par abbé C. Laffargue

Bulletin dominical du 2 mars 2014

8ème dimanche du Temps de l'Année liturgique (A)

LES TEXTES DE LA MESSE

Cherchez d'abord le royaume de Dieu

(Matthieu 6, 33 – Evangile)

et le reste vous sera donné par surcroît affirme Jésus dans la suite de son sermon sur la montagne que nous méditons ces derniers dimanches. Il répond à l'inquiétude qui a toujours tenaillé les hommes: la peur du lendemain, la peur "de manquer", la peur d'être malade, la peur… de mourir ! Ce qui est compréhensible quand on ne voit la vie sur la terre que comme l'unique vie, le seul horizon, le début et le terme de toutes choses. D'où, chez certains, dans les pays les plus riches, le matérialisme et le consumérisme qui va avec l'athéisme, pour qu'aucun dieu ne vienne réclamer et déranger sa vie, son appétit de plaisirs, de pouvoir…

Le Seigneur Jésus reprend sous une autre forme le Que votre "oui" soit "oui", et que votre "non" soit "non"

(Matthieu 5, 37) du 6ème dimanche: Nul ne peut servir deux maîtres… Vous ne pouvez servir à la fois Dieu et l'Argent (Mt 6, 24). Si nous sommes des fils de Dieu par le baptême, si nous avons reçu la vie divine (la grâce sanctifiante), si nous sommes les temples – les sanctuaires – du Saint-Esprit (1 Cor 3, 16 – IIème lect. de dimanche dernier), nous devons être avant tout des êtres spirituels. Car nous savons bien, plus que tout autre, que le corps est périssable, mortel, et que l'âme est immortelle (pour la vie ou pour la mort éternelles d'ailleurs).

Jeudi, nous lisions la lettre de Saint Jacques (5, 1-6) qui invective les riches et les injustices qu'ils ont engendrées: Pleurez, lamentez-vous sur les malheurs qui vous attendent… Vous avez mené sur terre une vie de luxe et de plaisirs pendant qu'on massacrait des gens.

L'inquiétude est un manque de Foi. Ce qui nous est demandé, c'est de remplir aujourd'hui les devoirs qui nous incombent: familiaux, religieux, professionnels, sociaux et pas de nous soucier de ce qui appartient à Dieu: demain. Ne vous faites pas tant de souci pour demain: demain aura souci de lui-même; à chaque jour suffit sa peine (Mt 6, 34).

Nous pensons que "Dieu nous a abandonnés". C'est un manque de Foi et de confiance. Jérusalem disait: le Seigneur m'a abandonnée, le Seigneur m'a oubliée. Une femme peut-elle abandonner son petit enfant (hélas, aujourd'hui, elle fait plus: elle le tue. Quel grand malheur !), ne pas chérir le fils de ses entrailles ? Même si elle pouvait l'oublier, moi, je ne t'oublierai pas. (Isaïe, 49, 14-15 – Ière lecture). Nous sommes les enfants de Dieu et même si l'on nous abandonne, le Seigneur, qui nous aime et a donné sa vie pour nous sauver, ne nous abandonnera pas. C'est une certitude. Jamais Il ne nous oublie, même si nous l'offensons par nos péchés.

Nous ne sommes pas livrés aux jugements des hommes, qui jugent sur l'apparence, qui se trompent souvent, qui sont durs et orgueilleux. Pour ma part, je me soucie fort peu d'être soumis à votre jugement ou à celui d'une autorité humaine… Mon juge c'est le Seigneur (1 Cor 4; 3, 4 – IIème lecture).

Je n'ai de repos qu'en Dieu seul, mon salut vient de lui.

Lui seul est mon rocher, mon salut, ma citadelle.

Mon salut et ma gloire se trouvent près de Dieu, mon rocher imprenable !

(Psaume 61/62; 2-3, 8)

En Dieu seul est le repos de notre âme (v. 6 – refrain)

Abbé Christian LAFFARGUE.

On peut encore s'inscrire à la prochaine retraite (Exercices spirituels de Saint Ignace pour dames en cinq jours) - du dimanche 9 mars (18 h.) au vendredi 14 mars (17 h.) (1ère semaine du Carême) à ARS (01)

Renseignements et inscriptions :

23, rue Principale - 61400 La Chapelle-Montligeon. Tél.: 09.73. 60.76. 81 et abbe.laffargue@orange.fr

Publié dans Bulletin dominical

Commenter cet article