Juin: la dévotion au Sacré-Coeur de Jésus (+le Coeur immaculé de Marie)

Publié le par Abbé Laffargue

La dévotion au Sacré-Cœur de Jésus

 

       Haurietis aquas in gaudio… de fontibus salvatoris: Vous puiserez de l'eau avec joie aux sources du salut (Isaïe 12,3). Ce sont les premiers mots de l'encyclique du Pape PIE XII sur le Culte et la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus (15 mai 1956).

Dès les premiers siècles les Pères de l'Eglise, les Docteurs, les écrivains ecclésiastiques célèbrent l'Amour du Rédempteur en montrant que dans la blessure faite au côté du Christ (Jn 19,33-34) se trouvait l'ouverture de la source cachée d'où découlent toutes les grâces.

St Augustin écrit qu'au lieu de dire qu'on lui frappa le côté, qu'on le lui blessa, St Jean dit qu'on le lui ouvrit. C'est l'ouverture des portes de la vie, celle d'où découlent les sacrements de l'Eglise, sans lesquels il ne saurait y avoir d'accès à la vie, à la vraie vie. (…) Cette eau est celle que l'on mêle au calice du salut (à la messe). Elle sert à nous baptiser, elle sert aussi à nous abreuver.

(…) Ô mort qui rend la vie aux morts! Quoi de plus pur que ce sang? Quoi de plus salutaire que cette blessure?

(Commentaire sur l'Evangile de St Jean)

L'Eglise a repris ce commentaire dans la préface de la Messe du Sacré-Cœur de Jésus: De son côté transpercé, laissant jaillir le sang et l'eau, il fit naître les sacrements des l'Eglise, pour que tous les hommes, attirés vers son cœur, viennent puiser la joie aux sources vives du salut.

Au Moyen-Age, la sainte humanité du Sauveur devint pour les fidèles l'objet d'une piété plus tendre grâce à St Anselme (+1109), à St Bernard (+1153) surtout. Elle s'épanouit à partir du XIIIème siècle grâce à St François d'Assise et aux religieux de son ordre. Il a été blessé afin que par cette blessure visible nous apercevions la blessure invisible de l'amour (St Bonaventure).

Il faut citer aussi Ste Gertrude, Ste Mechtilde, Ste Lutgarde (+1246; cf. Thomas Merton: Quelles sont ces plaies, éd. Desclée 1953), St Albert le Grand, Ste Catherine de Sienne, St Pierre Canisius, St François de Sales.

Le Sacré-Coeur de Jésus devint un culte public avec l'appui de la Compagnie de Jésus contre le Jansénisme qui détournait les fidèles de la sainte Eucharistie (cf le livre d'Arnauld sur La fréquente communion (1643) -qu'il repoussait- car on n'était jamais assez pur pour le recevoir)

St Jean-Eudes (1601-1680) fut le promoteur du Culte public de l'Eglise envers le Sacré-Cœur de Jésus (et le Cœur de Marie).

 

Sainte MARGUERITE-MARIE (Paray-le-Monial):

Religieuse de la Visitation de Paray-le-Monial (Diocèse d'Autun, Saône et Loire), Sœur Marguerite-Marie Alacoque priait devant le Saint-Sacrement lorsque Jésus lui apparut en lui montrant Son cœur en disant: Voici ce cœur qui a tant aimé les hommes et les a comblés de tant de bienfaits et qui, pour son amour infini, non seulement ne reçoit pas de reconnaissance, mais subit les négligences et les injures, et cela, parfois, de la part de ceux qui sont tenus par un devoir d'amour spécial.

Il lui demandait de chercher à faire instituer, le vendredi après l'octave de la Fête-Dieu, une fête nouvelle destinée à rendre à Son Cœur l'honneur qui lui est dû et à expier, par de dignes hommages, les injures reçues des pécheurs dans le Sacrement de Son Amour.

Elle rencontra beaucoup d'obstacles, mais grâce à ses confesseurs, en particulier le Père Claude La Colombière s.j. (canonisé par le Pape Jean-Paul II en 1992), elle persévéra.

Les Litanies du Sacré-Cœur furent composées en 1718 par la Vénérable Anne-Madeleine de Rémusat, visitandine de Marseille (1696-1730) ou/et pour certaines invocations  par une Visitandine de Dijon, Sr Joly, et par la Mère de Sourdeilles, supérieure de la Visitation de Moulins. Elles furent  approuvées par Léon XIII (1899) qui consacra, dans le texte de la "consécration du genre humain au Sacré-Cœur", le mois de juin au culte du Sacré-Cœur.

En 1765, le Pape Clément XIII approuva un office et une Messe en l'honneur du très sacré Cœur de Jésus. Le Pape Pie IX étendit le fête à l'Eglise universelle en 1856 et le culte du Sacré-Cœur se répandit dans tout l'univers. A l'aube du XXème siècle, le 25 mai 1899, le Pape Léon XIII voulut que le genre humain tout entier fut consacré au Sacré-Cœur (enc. Annum sacrum du 25 mai 1899)

Dans cette encyclique le Pape rappelle le droit inné de Jésus-Christ à sa Royauté souveraine, non seulement sur les Catholiques, sur les baptisés, mais aussi sur tous les autres.

Il cite le Psaume 2: "Le Seigneur m'a dit: Tu es mon Fils, moi-même, aujourd'hui, je t'ai engendré, Je Te donnerai les nations en héritage et les limites de la terre pour ton patrimoine"

Le Christ hérite de la puissance universelle du Père (cf He 1,2: "Dieu nous a parlé par le Fils qu' Il a  établi héritier de toutes choses"). Le Pape Léon XIII cite aussi la réponse fameuse de Jésus à Pilate: "Tu le dis, Je suis Roi" (Jn 18,37) et son affirmation solennelle aux apôtres avant de les envoyer baptiser toutes les nations: "Tout pouvoir m'a été donné au Ciel et sur la Terre" (Mt 28, 18)

 

Jésus-Christ commande par droit naturel (de Fils de Dieu) et par droit acquis (par Son sang).

C'est Lui qui "nous a arrachés à la puissance des ténèbres" (Col. 1,13), Lui aussi "qui s'est livré lui-même comme Rédemption - en rançon - pour tous" (1 Tm 2,6). St Pierre parle "de peuple acquis" (1 P 2,9).

Saint Augustin(cité par Annum sacrum) dit ceci:

   "Vous demandez ce qu'Il a acheté? Regardez ce qu'Il a donné et vous trouverez ce qu'Il a acheté. Le sang du Christ, voilà le prix versé. Ce prix là, qu'est-ce qui le vaut? Quel objet peut avoir une telle valeur, si ce n'est le monde entier ? Lequel, si ce n'est toutes les nations ? C'est pour le tout qu'Il a donné ce qu'Il a donné." (in Ps 95, n°5)

Et Saint Thomas d'Aquin: "Tout est soumis au Christ quant à la puissance, quoique tout ne Lui soit pas soumis encore quant à l'exercice de la puissance" (Somme théol. 3a, q.5, a.4)

 

   "En nous consacrant à Lui - écrit toujours Léon XIII- non seulement nous reconnaissons et nous acceptons Son empire ouvertement et avec joie, mais encore nous témoignons en fait que, si ce que nous donnons nous appartenait, nous l'offririons de tout notre cœur.

Nous Lui demandons de bien vouloir recevoir de nous ce qui est absolument à Lui".

 

   Pourquoi nous consacrer au Sacré-Cœur demande le Pape ?

 

  "Puisque le Sacré-Cœur est le symbole et l'image sensible de la Charité infinie de Jésus-Christ qui nous pousse elle-même à l'aimer en retour, il est tout naturel de se consacrer à ce cœur très saint. Agir ainsi n'est pas autre chose que de se donner et se lier à Jésus-Christ, car tout honneur, tout hommage, toute marque de dévotion offerte au divin Cœur se rapporte vraiment et proprement au Christ Lui-même."

Et le Pape Léon XIII voit "le salut dans le Cœur sacré de Jésus: Voilà d'où viennent cette multitude de maux qui, depuis longtemps, sévissent dans le monde et qui nous font demander avec instance le secours de Celui qui peut seul les écarter. Or, celui-là qui est-il, sinon Jésus-Christ le Fils unique de Dieu ?

Nul autre nom n'a été donné sous le Ciel aux hommes par lequel nous devions être sauvés (Actes 4,12)

C'est donc à Lui qu'il faut recouvrir, à Lui qui est la Voie, la Vérité, la Vie. On s'est égaré: qu'on revienne dans le droit chemin. Les ténèbres ont envahi les âmes: qu'on les dissipe par la Lumière de la Vérité. La mort a triomphé: qu'on fasse effort pour reconquérir la vie (…)

A  l'époque plus rapprochée de ses origines, où l'Eglise subissait le joug des Césars, la croix apparue dans le ciel à un jeune empereur (Constantin, cf "in hoc signo vinces")  fut le signe et le principe d'une victoire complète. Voici que, de nos jours, se présente à nos regards un autre présage favorable et tout divin: c'est le Cœur très sacré de Jésus surmonté d'une croixbrillante au milieu des flammes.

En Lui se doivent placer toutes nos espérances. C'est à Lui qu'il faut demander et de Lui qu'il faut attendre le salut de l'humanité."

 

Le Pape PIE XI donna une Messe et un office nouveaux à la fête du Sacré-Cœur.

Dans son encyclique Quas primas (11 déc. de l'Année sainte 1925) qui instituait "la fête de la royauté du Christ", il demandait de travailler avec courage à faire connaître la Royauté sociale du Cœur de Jésus et condamnait le laïcisme qui accablait d'un indigne silence le nom très doux de notre Rédempteur.

Dans son encyclique Miserentissimus Deus (8 mai 1928) Pie XI définissait le culte à rendre au Cœur de Jésus: "Le caractère propre de cette fête est le devoir commun de réparation et d'expiationpour l'injustice qui est faite au divin Cœur par les négligences de l'oubli ou par les injures de l'offense (…)

Quelles expiations, dira-t-on, peuvent consoler le Christ qui règne dans la joie du Ciel? Nous répondons avec Saint Augustin: Donnez-moi quelqu'un qui aime et il comprendra ce que je dis."

 

Le Pape PIE XII, le 15 mai 1956, publiait sa magnifique encyclique Haurietis aquas sur le culte et la dévotion  au Sacré-Cœur de Jésus. Elle compte cinq parties: I- "L'estime du Culte du Sacré-Cœur repose sur de solides principes"; II-"Le Nouveau Testament et la Tradition"; III-"Le Cœur de Jésus et la mission salvatrice du Rédempteur"; IV-"La naissance et le développement du culte du Sacré-Cœur; V-"Pour une pratique plus éclairée et plus étendue du culte du Sacré-Cœur"

Parmi les dons du Cœur de Jésus: la sainte Eucharistie. Le Pape PIE XII affirme que la divine Eucharistie, en tant que sacrement par lequel il se donne aux hommes et sacrifice par lequel Il s'immole perpétuellement, ainsi que le sacerdocesont des dons du Cœur très sacré de Jésus (n°36).

Don également très précieux: Marie, la Mère de Dieu et aussi notre Mère très aimante à tous (n°37).

Les fidèles doivent associer le culte du Cœur très sacré de Jésus au culte envers le Cœur immaculé de Marie qui  a été indissolublement unie au Christ dans l'œuvre de la Rédemption humaine afin que notre salut vienne de l'amour de Jésus-Christ et de ses souffrances intimement unis à l'amour et aux douleurs de sa Mère (n°73).

 

Le Pape JEAN-PAUL II n'a pas traité directement du Sacré-Cœur de Jésus mais de la Miséricorde.dans sa Lettre du Jeudi-saint 2001 aux prêtres (n°6 et suiv.) en particulier.

La Congrégation pour le Clergé a publié un document écrit à la lumière de cette Lettre intitulé:

Prêtre, tu es mystère de Miséricorde (8 sept. 2001). On lira en particulier le chapitre 12: Avec le cœur même du Christ. Le document publié aux éditions Téqui (2001) cite (p.39-40) l'homélie du Pape Jean-Paul II pour la canonisation de Sœur Faustine Kowalska  le 30 avril 2000: A travers le cœur du Christ crucifié, la miséricorde divine atteint les hommes…

Le Pape BENOIT XVI, à l'angelus du dimanche 5 juin 2005 déclarait: Grâce à la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus, les chrétiens comprennent l'amour de Dieu pour l'humanité.

 

 Abbé Christian LAFFARGUE (juin 2005).

 

 

L e Cœur immaculé de Marie

   Le culte liturgique du Cœur très pur de Marie était déjà suggéré par les Pères dans leurs commentaires du Cantique des Cantiques; il fut associé à celui du Sacré-Cœur de Jésus par saint Jean Eudes au XVIIème siècle. Ce n'est cependant qu'au début du XIXème siècle que le Pape PIE VII commença à accorder à certains lieux une fête en son honneur, fixée au dimanche après l'octave de l'Assomption. PIE IX y attacha une messe et un office propres. Le Pape PIE XII qui, le 8 décembre 1942 - pour le 25ème anniversaire des apparitions de Fatima-, avait consacré tout le genre humain au Cœur immaculé de Marie, a étendu à toute l'Eglise, le 4 mai 1944, un office nouveau du Cœur immaculé fixé au jour de l'octave de l'Assomption.

Dans l'ancien calendrier liturgique la fête du Cœur immaculé de Marie était célébrée le 22 août; la congrégation bénédictine de Subiaco fêtait alors le Cœur très pur de Marie le samedi après la fête du Sacré-Cœur de Jésus (comme aujourd'hui). La Collecte de ces Messes était la suivante:

Dieu Tout-puissant et éternel qui avez préparé dans le Cœur de la bienheureuse Vierge Marie un temple digne du Saint-Esprit, faites, nous vous en supplions, que célébrant avec dévotion la fête de ce Cœur immaculé, nous soyons capables de vivre selon votre propre Cœur; par J.-C…

Le texte actuel de la Collecte est plus bref: Dieu qui as préparé dans le cœur de la Vierge Marie une demeure digne de l'Esprit Saint, accorde-nous, par son intercession, de devenir le temple de ta gloire; par Jésus…

 Ab. L.

 

Publié dans Spiritualité

Commenter cet article