Fraternité Saint Pie X: la Messe, les canonisations...

Publié le par Abbé Laffargue

La Messe selon la Fraternité Saint Pie X:

Dans sa "Lettre aux amis et bienfaiteurs" n°77 de décembre 2010, l'abbé Régis de Cacqueray, supérieur du district de France, parle de "la bonne messe" (entendez la "Messe de Saint Pie V" appelée aujourd'hui "forme extraordinaire du rite romain ou latin" célébrée… par les prêtres de la Fraternité Saint Pie X ou affiliés à elle).

Il écrit aussi que "la crise terrible qui détruit l'Eglise de fond en comble" "vous interdit l'entrée de la plupart des églises" "où l'on célèbre cette liturgie nouvelle à laquelle il est impossible de prendre part indépendamment des meilleures intentions que nous supposons chez celui qui la célèbre." (pp. 1 et 2)

"La nouvelle liturgie demeure toujours outrageante pour le Cœur de Dieu". Il la compare à "un pain avarié" et à un "rite corrupteur de la Foi".

Il déconseille aussi "ces autres messes de saint Pie V célébrées à la faveur des indults (permissions) successifs par des prêtres placés sous la dépendance et sous la surveillance des évêques".

"Nous ne voulons pas – explique-t-il – que vous vous placiez dans des circonstances dangereuses où, allant assister à ces messes, vous risqueriez, vous-mêmes ou vos enfants, cette corrosion parfois insidieuse due aux imprécisions dans l'expressions de la Foi…" (p. 2)

Il engage ses "amis et bienfaiteurs" de "ressusciter en eux le choix qu'ils firent de ne jamais assister ou de ne plus vouloir assister à la nouvelle messe" en dépit des conséquences. (p. 3)

Il les engage à pratiquer la communion spirituelle "pour unir vos âmes à toutes les vraies messes qui sont célébrées (p. 27).

Les fidèles "de cette religion", séparée des prêtres qui obéissent fidèlement aux directives pontificales et à la Foi de l'Eglise sur la messe et la liturgie (cf. le Catéchisme de l'Eglise Catholique – qu'ils récusent – sur le sacrement de l'Eucharistie, nn.1322 à 1419, en particulier sur le sacrifice eucharistique, n°1365, qui rend présent le sacrifice de la Croix et en applique le fruit, nn.1366-1368; sur la présence substantielle du corps, du sang et de la divinité de N.-S. J.-C. dans la sainte eucharistie: nn. 1374-1376) en communion avec leurs évêques, eux-mêmes en communion avec notre Saint Père le Pape, ne communient pas à leurs messes jugées dangereuses pour la Foi.

La Messe du Pape est dangereuse pour la Foi, elle n'est donc pas catholique ! Le Pape n'est pas catholique !

Quand un prêtre de la Fraternité Saint Pie X, ou uni à elle, célèbre la messe dans une église où, par charité, le curé ou l'évêque du lieu l'a autorisé à célébrer, il ne donne la communion qu'avec les hosties qu'il a lui-même consacrées à l'exception des hosties qui se trouvent dans le tabernacle, issues des messes anciennes ou nouvelles célébrées par le curé du lieu ou un "prêtre conciliaire". Non pas qu'ils pensent que ces messes sont invalides, mais que les hosties "sont mauvaises" et inoculeraient le virus "de la nouvelle messe".

Voilà la réalité.

Canonisations, béatifications:

La Fraternité Saint Pie X ne se sent pas plus engagée par les canonisations et béatifications opérées par les Papes "conciliaires", notamment celle du Pape Jean-Paul II le 1er mai prochain. Voilà ce qu'en dit Mgr Fellay, son supérieur général (interview du 2 février 2011 in La Porte latine du 25):

Comment de vrais miracles pourraient-ils être permis par Dieu pour authentifier une fausse doctrine, à l’occasion des multiples béatifications et canonisation faites ces dernières décennies ?

C'est tout le problème : est-ce que ce sont des vrais miracles ? Est-ce que ce sont des prodiges ? Selon moi, il y a des doutes. Je suis très étonné de la légèreté avec laquelle on traite ces choses-là, pour autant que je puisse le savoir.

Si la canonisation engage l’infaillibilité pontificale, peut-on refuser les nouveaux saints canonisés par le pape ?

C'est vrai qu'il y a un problème sur la question des canonisations actuelles. Cependant on peut se demander s'il y a une véritable volonté d'engager l’infaillibilité dans les termes utilisés par le souverain pontife. On a changé ces termes pour la canonisation, ils sont devenus beaucoup moins forts qu’auparavant. Je pense que cela va de pair avec la mentalité nouvelle qui ne veut pas définir dogmatiquement en engageant l'infaillibilité. Cependant reconnaissons qu’on reste là sur des pistes… Il n'y a pas de réponse satisfaisante, si ce n’est celle de l’intention de l’autorité suprême d’engager ou non son infaillibilité.

(Le Supérieur général de la Fraternité Saint Pie X admet que, dans le cas du Père Maximilien Kolbe ou du Père Pio de Pietrelcina – canonisés par Jean-Paul II -, on peut admettre la validité de leur canonisation qui bénéficient d'une dévotion populaire massive. Mais ce Pape n'a-t-il pas bénéficié, à sa mort, d'un mouvement populaire réclamant sans attendre sa canonisation ?).

Rappelons que "la Fraternité Saint Pie X" considère que le Catéchisme de l'Eglise Catholique "n'est pas catholique"*, qu'elle a ses tribunaux pour juger de la validité des mariages (elle s'est attribué ainsi le pouvoir de lier et de délier qui n'a été confié par le Christ qu'à Pierre et à ses successeurs: Mt 16, 19; 18, 18; Jn 20,23), que les évêques suspens ont érigé un Institut "des Coopérateurs du Christ-Roi" le 28 oct. 2007 en raison de la carence de l'autorité ecclésiastique par l'autorité supplétoire que nous concède la Sainte Eglise (2-Décret), etc.

* Cf.  mon livre Pour l'amour de l'Eglise, éd. Fayard, p. 67

   Ab. L.

20 mars 2011 

Publié dans Actualité

Commenter cet article