Entre Pères et Mères (jeux de mots)

Publié le par Abbé Laffargue

Cérémonie au couvent: entre Pères et Mères…

"Passant devant un grand parc dont le portail était ouvert, je vis l'inscription "Journées portes ouvertes". Il s'agissait d'un couvent. Je vis alors Monseigneur l'évêque, invité en vertu de ses pouvoirs sacerdotaux, arriver avec la Mère Cedesse (la Mercedes aussi çà sert d'auto).
Habituellement, la Mère Veilleuse surveillait l'entrée, mais ce jour-là, afin de faciliter l'accès, on l'avait remplacée par le Père Méable.
Monseigneur fut alors accueilli par le Père Imètre, qui lui proposa de faire le tour du parc. De très beaux massifs dont le Père Vanche avait la charge, bordaient les allées. Puis, ils gagnèrent le potager, le Père Syl l'avait semé de beaux légumes.
Au fond du parc, une grande volière abritait de nombreuses volailles. Le Père Choir en était le responsable. Elevées, elles étaient ensuite conduites au marché par la Mère Cantile avec l'abbé Taillère. Le Mère Curiale fixait les cours.
Le tour du parc achevé, Monseigneur gagna la chapelle afin d'y présider une cérémonie. En effet, deux des plus anciennes pensionnaires devaient être décorées: Mère Itante et Mère Itoire. Agenouillées dans le chœur, elles étaient entourées de toutes leurs consoeurs, de la plus jeune: la Mère Deuse, à la plus ancienne: le Mère Ovingienne.
Alors que l'abbé Nitier aspergeait la foule, les orgues retentissaient sous les mains expertes de l'abbé Mole et de l'abbé Care. Pendant que le Père Hoquet prononçait l'homélie, le Père Turbateur taquinait l'abbé Cassine, mais le Père Huquier le ramena à la raison en lui tirant les cheveux. On remarquait aussi quelques absents: le Père Missionnaire, parti voir le Père Igord avec l'abbé Cane, le Père Itonite, hospitalisé pour une intervention (il avait avalé une pièce de 5 francs; à l'opération on n'a retrouvé que quatre francs cinquante, le reste s'était dissous!).
Puis, le Père Cepteur fit la quête.
La cérémonie terminée, tout le monde se retrouva dans la salle à manger. L'apéritif fut servi (variante: le Père Itif avait préparé les boissons préliminaires. Il fut servi) aux femmes par la Mère Picon, aux hommes par le Père Naud.
Ensuite, le Père Sillet servit la charcuterie suivie de la lotte proposée par la Mère Icaine.
Puis, l'abbé Chamel apporta le sauté de veau. Après le fromage, un camembert des moines.
Sœur Bay servit la glace accompagnée d'une religieuse. Pendant ce temps, le Père Colateur préparait le café. A la demande pressante du Père Sévérant, le Père Siffleur fredonna quelques couplets.
Quelques formules de remerciements à l'évêque furent ensuite bafouillées par la Sœur Naite et la Sœur Thy l'accompagna jusqu'à la Mercedes sous un concert de carillon interprété par le Père Cussion.
Ainsi s'acheva l'abbé Nédiction."

avec l'aimable autorisation de M. René Tissu (Gleizé, 69).
Publié dans le Bulletin paroissial de Tossiat du 9 août 2009.

Publié dans Libres propos

Commenter cet article