Benoît XVI et la communion dans la main

Publié le par Abbé Laffargue

Pourquoi, après le Pape Jean-Paul II, le Pape Benoît XVI préfère-t-il donner la Communion sur la langue et à genoux ?

Vous le comprendrez bien en lisant le petit livre publié par les éditions "Tempora" (*) de Perpignan, 93 pages, 12€.
Il comprend un petit livret: Dominus est (titre du livre) publié en italien par la Librairie Editrice Vaticane, de Mgr A. Schneider, évêque auxiliaire au Kazakhstan, sur cette question et, en annexe, les circonstances, les consultations, qui ont entouré la publication de l'Instruction Memoriale Domini du Pape Paul VI, avec ses interventions, ses efforts pour contrecarrer l'usage de la communion dans la main qui s'était répandu en France, en Allemagne et en Hollande, notamment, sans autorisation du Saint-Siège.
Le livre est préfacé par Mgr Malcom Ranjith, secrétaire de la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des sacrements qui écrit ceci: Aujourd'hui, je crois que le moment est arrivé de bien évaluer cette pratique, de revoir et, si nécessaire, d'abandonner la pratique actuelle qui, en réalité, ne se trouve indiquée ni dans Sacrosanctum Concilium (Conc. Vat. II. Ndlr) lui-même, ni par les Pères conciliaires, mais qui fut acceptée après avoir été introduite abusivement dans certains pays. Aujourd'hui, plus que jamais, il est nécessaire d'aider les fidèles à retrouver une foi vive en la présence réelle du Christ dans les espèces eucharistiques, dans le but de renforcer la vie même de l'Eglise et de la préserver au milieu des dangereuses déviations de la foi que de telles situations continuent de provoquer.
(pp. 10-11).
Jean-Paul II: A la question "Que pensez-vous de la communion dans la main?", le Pape répondait:
"Une lettre apostolique a été écrite qui prévoit que, pour cela, il faut une autorisation spéciale valide. Mais je vous dis que je ne suis pas en faveur de cette pratique, et que je ne la recommande pas non plus." (p. 88)

C'est le cérémoniaire du Pape Benoît XVI, Mgr Guido Marini, qui donne le sens de la façon de procéder du Saint Père (qui n'a pas légiféré parce que la loi existe en la matière), en silence mais clairement, sans condamner personne, en disant à l'Osservatore romano (26 juin 2008): "Nous ne devons pas oublier que la distribution de la communion dans la main est toujours, d'un point de vue juridique, un indult (une exception autorisée. Ndlr) par rapport à la loi universelle (où on ne touche pas l'hostie. Ndlr). (C'est ce qu'exprime) le mode de distribution de la communion adopté par Benoît XVI.
En outre, nous pourrions peut-être y voir aussi une préférence pour cette manière de distribuer la communion qui, sans s'opposer à l'autre, souligne mieux la vérité de la présence réelle dans l'Eucharistie, contribue à la dévotion des fidèles et introduit plus facilement le sens du mystère. Aspects que, d'un point de vue pastoral à notre époque, il est urgent de souligner et de retrouver." (pp. 92-93)
(*) www.editionstempora.fr
abbé Christian Laffargue.

Bulletin paroissial de Tossiat, 14 décembre 2008.

Publié dans Liturgie

Commenter cet article