Remarques importunes

Publié le par Abbé Laffargue

Aujourd'hui, on ne s'excuse plus (reconnaître un manquement);
pas plus qu'on ne demande pardon (reconnaître une faute);
tout au plus, on donne une raison (généralement pratique et sans gravité).
C'est le degré zéro de l'éducation (très largement répandu chez les catholiques)...C. L.

A la fin d'une conversation (cf les interviews), quand l'invitant remercie l'invité en disant "merci", ce dernier devrait ne pas répondre bêtement le même mot, mais "je vous en prie"*...
*variantes: 'avec plaisir", "tout le plaisir est pour moi", etc. C. L.

A l'église, l'avantage du plateau de communion (qui est obligatoire d'ailleurs) c'est qu'il cache les poitrines généreuses des dames (quelquefois belles) et les poitrines velues des hommes (souvent très laides).
La morale de l'histoire, c'est que l'usage du plateau de communion (la patène peut en faire usage) est certes précieux pour le recueillement du prêtre, mais que les fidèles doivent se couvrir pour fréquenter l'été des églises fraîches...
(cf notre article sur la pudeur dans "Morale") C. L.

Dans les T.G.V., sur les portes des toilettes, "dames" a été remplacé par "femmes"; "hommes" est resté identique alors qu'on disait "messieurs". L'élégance du design des voitures ne coïncide plus avec celle du vocabulaire.

Publié dans Libres propos

Commenter cet article